background preloader

Jalegendre

Facebook Twitter

Jacques-Aimé Legendre

When you talk too much for Twitter.

Exploitation des ressources

Comportement en société. Sciences. Aide sociale. Tourisme à Québec. Ville de Québec. Réchaufement de la planète. Référendum 20 mai 1980. Ceux qui disent NON au Québec. Photos de Jalegendre. Musique. Déficit. La souveraineté. Économie. Religion. When you talk too much for Twitter. L’affaire PKP dérape. Crédit photo | Annik MH De Carufel - Le Devoir Cette lettre a été publiée simultanément dans les journaux à travers le Québec le jeudi le 30 octobre 2014 La Fédération professionnelle des journalistes du Québec estime que toute la question de l’arrivée éventuelle du grand patron de presse Pierre Karl Péladeau à la chefferie du Parti Québécois est en plein dérapage.

L’affaire PKP dérape

Depuis le saut en politique de M. Péladeau, le débat porte sur le conflit d’intérêts dans lequel se trouve un politicien qui contrôle 40 % de l’information produite au Québec. Un politicien qui pourrait de surcroît devenir chef d’un des deux plus importants partis politiques du Québec. Mais voilà que depuis une semaine apparaît soudainement un énorme problème que personne n’avait vu jusque-là : tous les médias du Québec seraient potentiellement sous l’influence de leurs propriétaires, qui pourraient exercer une forme de contrôle sur leur contenu! La presse québécoise est libre. When you talk too much for Twitter. Situation patrimoniale: PKP n'a par l'intention de vendre se actions. Le député péquiste de Saint-Jérôme, Pierre-Karl Péladeau, a répondu vendredi à Jean-François Lisée concernant sa situation patrimoniale sur Facebook.

Situation patrimoniale: PKP n'a par l'intention de vendre se actions

«Mon collègue de l’Assemblée nationale, le député de Rosemont, Jean-François Lisée s’est exprimé sur ma situation patrimoniale en disant : "Il faut choisir, on fait de la politique ou on est patron de presse". Le choix que j’ai fait et que je vais continuer à faire est de respecter les lois telles qu’elles existent», répond PKP. Le député péquiste «croit que toutes les autres questions sont hypothétiques et dans ces circonstances, ne requièrent pas de réponses hypothétiques» mais assure qu'il n'a pas l’intention de vendre les actions qu'il détient dans Québecor.

«Probablement aussi que mon collègue a confondu dirigeant d’entreprise – ce que j’ai été pendant près de 28 ans avant de me présenter comme candidat du Parti Québécois dans le comté de Saint-Jérôme - avec patron de presse», souligne PKP en réponse aux propos de Jean-François Lisée. Jacques-A Legendre sur Twitter : "SVP une une motion #PKP inversée... Débat sur la propriété d'entreprises de presse : Péladeau va trop vite, dit Couillard.

Médias et politique québécoise La question épineuse de la propriété d'entreprises de presse lorsqu'on est un élu ne cesse d'alimenter les débats parmi les députés à Québec et rejoint le premier ministre Philippe Couillard jusqu'en Chine, où il effectue sa première mission à l'étranger.

Débat sur la propriété d'entreprises de presse : Péladeau va trop vite, dit Couillard

Questionné à ce sujet, Philippe Couillard recommande à Pierre Karl Péladeau de ne pas aller trop vite dans ses affirmations ou ses actions. Pour M. Couillard, la question qu'il faut se poser est la suivante : est-ce que d'être un élu est compatible avec la possession d'un grand pourcentage d'actions dans un groupe médiatique? « Je pense que c'est ça la question, il [ Pierre Karl Péladeau ] va beaucoup trop vite. PKP et ses actifs : compte rendu de Sébastien Bovet Mardi matin, sur sa page Facebook, Pierre Karl Péladeau se questionne : « Le premier ministre est-il en train de reculer? Tout a commencé par une motion. Paul Desmarais, homme d'influence politique. Paul Desmarais en 1981 Photo : PC/CHUCK MITCHELL En sus de son considérable pouvoir économique, Paul Desmarais a détenu une influence considérable sur le plan politique, tant au provincial qu'au fédéral, et même à l'échelle internationale.

Paul Desmarais, homme d'influence politique

Certains observateurs comparent même la puissance de la famille Desmarais à celle des Rockefeller aux États-Unis. Le fondateur de Power Corporation comptait parmi ses amis la plupart des anciens premiers ministres du Québec et du Canada. S'il prônait le fédéralisme et qu'il appuyait l'idéologie conservatrice, Paul Desmarais a su cultiver des liens avec des politiciens venant de tous les horizons, tels Pierre Elliott Trudeau, Jean Chrétien et Paul Martin, mais aussi Brian Mulroney, Lucien Bouchard et même Bob Rae. En matière d'économie, les dirigeants de Power Corporation, à l'instar d'autres chefs d'entreprises, sont toujours sollicités pour prendre part aux comités qui élaborent des plans d'action ou surveillent la situation économique.

Pensées

Partis politiques.