background preloader

Pays homophobe ( lois, discriminations )

Facebook Twitter

Homophobie endémique ? Viols et violences en Afrique du Sud - Afrik.com : l'actualité de l'Afrique noire et du Maghreb. Les homosexuels sont fortement discriminés en Afrique du Sud et sur l’ensemble du continent.

Homophobie endémique ? Viols et violences en Afrique du Sud - Afrik.com : l'actualité de l'Afrique noire et du Maghreb

Ils encourent une peine de prison dans une majorité de pays. Mais certaines évolutions apparaissent. Il en va ainsi de la condamnation de quatre personnes accusées du meurtre d’une jeune lesbienne le 1er février dernier. Certaines explications discutables mettent en avant le machisme des sociétés africaines qui serait à l’origine des violences faites aux lesbiennes et aux homosexuels en général. Homophobie : Ces pays qui pratiquent encore la peine de mort. L'homosexualité n'est plus un crime en France depuis 1982.

Homophobie : Ces pays qui pratiquent encore la peine de mort

Mais 21 ans après sa suppression de la liste des maladies mentales par l'OMS, environ 80 états (76 en 2010) continuent encore à pénaliser les gays, lesbiennes et trans avec des peines de prison pouvant aller de dix ans jusqu'à la perpétuité voire la peine de mort. C'est en Afrique que la liberté des homosexuels est la plus bafouée. Pour ce seul continent, 39 pays en 2010 sur 53 pénalisaient encore les relations homosexuelles. Quatre d'entre eux pratiquant même la peine de mort : Mauritanie, Soudan, 12 États du Nigeria et les parties méridionales de la Somalie. Les trois autres pays au monde appliquant encore, contre les homosexuels, la condamnation ultime de la peine de mort - également abolie dans 95 pays à ce jour pour tous les crimes – se trouvent chacun en Asie : Arabie saoudite, Iran, Yémen. Nigeria : l'ONU critique une loi homophobe « qui viole les droits de l'homme »

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a fortement critiqué la loi qui interdit les unions entre personnes de même sexe et restreint les droits des homosexuels.

Nigeria : l'ONU critique une loi homophobe « qui viole les droits de l'homme »

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay, a fortement critiqué jeudi 13 mars la loi promulguée en janvier par le président Goodluck Jonathan, qui interdit les unions entre personnes de même sexe et restreint les droits des homosexuels. « Je suis inquiète des implications de la loi récemment votée qui interdit le mariage entre personnes du même sexe », a-t-elle déclaré lors d'une rencontre au Nigeria avec le ministre de la justice, Mohammed Bello Adoke. En Afrique, l’homosexualité hors la loi. La conditions des homosexuels se durcit sur le continent : sur 54 pays africains, 38 pénalisent l'homosexualité.

En Afrique, l’homosexualité hors la loi

Du courage et une dose de colère. C'est ce qu'il a sans doute fallu à l'écrivain kényan Binyavanga Wainaina pour se lancer. Kenya : Violences homophobes dans la région côtière. (Nairobi, le 28 septembre 2015) – Dans la région côtière du Kenya, des individus ont été la cible de nombreux assaillants en raison de leur identité et de leur orientation sexuelles, ont déclaré PEMA Kenya et Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui.

Kenya : Violences homophobes dans la région côtière

Lors de six incidents au moins perpétrés entre 2008 et 2015 dans les comtés de Mombasa, de Kwale et de Kilifi, des foules ont menacé ou s’en sont pris violemment à des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) ou à des personnels de santé au service de cette communauté, en l’absence d’une réaction suffisante de la part des autorités. « Pour de nombreuses personnes LGBT de cette région, la sécurité est une préoccupation quotidienne », a déclaré Esther Adhiambo, Directrice exécutive de PEMA Kenya. « En dépit d’une amélioration de l’attitude de la police vis-à-vis des personnes LGBT ces dernières années, la discrimination demeure un problème majeur. Les homosexuels racontent leur calvaire. Un projet de Human Rights Watch donne la parole à dix gays et lesbiennes burundais pour interpeller leur pays sur le calvaire des homosexuels.

Les homosexuels racontent leur calvaire

Un calvaire qui risque d’empirer avec la criminalisation, en avril, des relations entre personnes de même sexe. Le 22 avril dernier, les homosexuels burundais sont devenus des criminels : c’est ce jour-là que le président Pierre Nkurunziza a promulgué le nouveau code pénal qui abolit la peine de mort, mais rend illégales les relations sexuelles entre personnes de même sexe. En vertu de l’article 567, les gays et lesbiennes encourent de trois mois à deux ans de prison et une amende de cinquante à cent mille francs, ou une de ces deux peines. Nigeria: une loi homophobe votée au Parlement. Au Nigeria, la Chambre des Représentants vient d'adopter la loi «Jail all the gays» («Enfermons tous les gays»).

Nigeria: une loi homophobe votée au Parlement

Pour les LGBT nigérian-e-s, elle symbolise un violent retour en arrière, alors qu'ils/elles subissaient déjà de nombreuses discriminations. UNE LOI CONTRE LES HOMOS… ET LEURS ALLIÉ-E-SQue prévoit concrètement cette loi? Nigeria : quatre hommes fouettés pour homosexualité. Les quatre hommes condamnés par un tribunal islamique du nord du pays ont reconnu avoir créé un club homosexuel, ce que la loi nigériane interdit.

Nigeria : quatre hommes fouettés pour homosexualité

Un tribunal islamique du nord du Nigeria a fait fouetter quatre hommes reconnus coupables d'homosexualité, que la loi nigériane interdit, jeudi 6 mars. Les quatre hommes, âgés de 22 à 28 ans, ont reçu chacun quinze coups de fouet. La sentence, prononcée par une cour islamique de la ville de Bauchi, n'a pas été exécutée en public. Selon le greffier Abdul Mohammed, l'affaire a été jugée à huis clos pour des raisons de sécurité, car une foule en colère avait attaqué le tribunal pendant le procès, réclamant l'exécution des quatre hommes et forçant le tribunal à suspendre l'audience. Les quatre hommes faisaient partie d'un groupe accusé d'avoir créé un club homosexuel. Au #Nigéria, les mariages d’enfants, c’est oui, l’#homosexualité, c’est non ! En août dernier, un homme a été tabassé dans le quartier de Kotodayo à Ota, dans l’ouest du Nigéria, en raison de son homosexualité présumée.

Au #Nigéria, les mariages d’enfants, c’est oui, l’#homosexualité, c’est non !

L’homme, connu sous le nom de Sadiq, a rapidement été évacué des lieux. Il était conscient mais on n’a pas d’information sur son état de santé actuel. Cela s’est produit alors que le 30 mai de cette année, la Chambre des représentants du pays a voté une loi qui criminalise le mariage homosexuel, les relations entre personnes du même sexe et l’appartenance à des groupes militant pour les droits des homosexuels. Le président, Goodluck Jonathan, doit approuver cette loi afin qu’elle puisse entrer en application. Le Nigeria promulgue une loi interdisant l'homosexualité. INFOGRAPHIE - Le texte prévoit une peine de 14 ans d'emprisonnement en cas de mariage gay et de 10 ans contre les personnes affichant publiquement une relation homosexuelle.

Le Nigeria promulgue une loi interdisant l'homosexualité

Les droits des homosexuels reculent un peu plus au Nigeria. Le président nigérian, Goodluck Jonathan, a promulgué cette semaine une loi interdisant explicitement les unions entre personnes de même sexe. Le Nigeria promulgue une loi interdisant l'homosexualité. La loi, adoptée à l'unanimité par les parlementaires nigérians en mai dernier, prévoit notamment une peine de 14 ans de prison en cas de mariage homosexuel.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a promulgué une loi interdisant explicitement les unions entre personnes de même sexe et restreignant les droits des homosexuels, a affirmé Reuben Abati, son porte-parole, lundi 13 janvier. La loi, adoptée à l'unanimité par les parlementaires nigérians en mai dernier, prévoit une peine de 14 ans de prison en cas de mariage homosexuel et 10 ans d'emprisonnement pour les personnes de même sexe affichant publiquement leur relation.