Sciences et Web

Facebook Twitter

53 shares, 82 likes par article : est-ce que Facebook discute de l'actualité ? Participe-t-on à une discussion lorsqu’on “like” un article de presse ?

53 shares, 82 likes par article : est-ce que Facebook discute de l'actualité ?

Que change Facebook à notre façon de nous informer et de discuter de l’actualité ? Qui sont les internautes qui commentent et pourquoi le font-ils ? Ce sont quelques unes des questions sur lesquelles se concentre Irène Bastard, chercheuse en sociologie, et lauréate des SMC Research Awards. Focus sur ses travaux. Les discussions sur l’actualité sont nées en même temps que les médias. Pour envisager ces questions, Irène Bastard a travaillé sur un corpus de 18.000 articles produits par 6 médias français entre le 04/04/2012 et le 16/05/2012.

Les clics semblent se répartir quotidiennement entre un share régulier, pratique informationnelle ; et des likes et comments irréguliers, répondant à certains sujets dans des pratiques relationnelles. Retrouvez l’article d’Irène Bastard dans son intégralité ici : Aratta : La contre soirée #scienceetweb... Blogs scientifiques. [Bibliographie] Le blogging scientifique. Édit du 7 mai (16h) : Antoine Blanchard (merci !)

[Bibliographie] Le blogging scientifique

Me signale sa propre bibliographie sur le sujet. Très complète concernant les références peer-reviewed.Dernière révision : 19 février 2013. Articles & ouvrages Blanchard Antoine, « Ce que le blog apporte à la recherche », in OpenEdition Press, Cléo/OpenEdition, 2010, p. 157-166. URL : Chartron Ghislaine, « Une économie renouvelée de la publication scientifique », in Perspective documentaire en éducation, 62, 2006. Dacos Marin et Mounier Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », in Lieux de savoir, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, vol. 2, 2010. Drouin Josée Nadia et Lapointe Pascale, « Science, on blogue ! Gallezot Gabriel et Le Deuff Olivier, « Chercheur 2.0 ? Gunthert André, « Why Blog ? Mounier Pierre, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ?

Blogs & carnets de recherche Pourquoi bloguer ? « To blog or not to blog », 2006. Analyses. Blogs de sciences. Réseaux sociaux scientifiques. Prezi: 10 ways researchers can use Twitter. Dans deux ans, la recherche publique britannique sera sur le Web. Dès 2014, tous les travaux universitaires financés par les contribuables britanniques seront disponibles en ligne gratuitement et immédiatement pour les universités, entreprises et particuliers. Le Guardian décrit ce mouvement comme "le plus radical remaniement de l'édition universitaire, depuis l'invention de l'Internet".

Cette décision du gouvernement britannique intervient au moment où les éditeurs de revues scientifiques sont de plus en plus pointés du doigt par les universités du monde entier pour ne supporter qu'une infime partie des coûts de production des travaux scientifiques universitaires, réalisant ainsi des bénéfices exorbitants. Le ministre britannique de l'enseignement supérieur et de la science, David Willetts, a indiqué qu'il y aurait des avantages économiques "énormes" à rendre la recherche disponible à tous. David Willetts a tenu à insister sur le fait que ce projet bénéficiera aux chercheurs comme aux contribuables. Mais Outre-manche, ce projet fait débat. Les 10 blogueurs de Science Online 2012 à découvrir. Ils bloguent pour Scientific American, Wired, Discover Magazine, BoingBoing, etc.

Les 10 blogueurs de Science Online 2012 à découvrir

Ils sont journalistes, pigistes, scientifiques : incontournables lors de la conférence Science Online 2012, nous vous incitons à découvrir ces 10 blogueurs scientifiques. 1. Bora Zivkovic : @BoraZ (Chapel Hill, USA) Créateur et organisateur de Science Online. Rédacteur en chef et Community Manager de réseau des blogs sur Scientific American, auteur de A Blog Around the Clock. 2. Organisateur de Science Online. 3. Journaliste scientifique freelance, geek, auteur du blog Not Exactly Rocket Science. 4. Journaliste Scientifique à BoingBoing et auteur du livre Before The Lights Go Out sur le futur de l’énergie, qui sort en avril 2012. 5.

Auteure du blog Superbug pour Wired, chroniqueuse pour le Scientific American, auteure de livres, journaliste presse santé. 6. Journaliste et auteur d’ouvrages scientifiques. 7. 8. 9. 10. ICWSM-11 - 5th International AAAI Conference on Weblogs and Social Media. Les 13 minutes d'hiver. 13 minutes / TED, des formats adaptés pour la diffusion des connaissances. La quantité d’informations disponibles sur internet offre à l’utilisateur la chance incroyable d’assouvir son désir d’informations et de se plonger dans différents territoires d’exploration des connaissances.

13 minutes / TED, des formats adaptés pour la diffusion des connaissances

La diffusion d’idées s’est adaptée à nos nouveaux modes de consommations de loisirs. Ils sont drôles, poétiques ou dynamiques. Ils parviennent à stimuler nos neurones pour créer un véritable engouement pour les sciences : ce sont les 13 minutes, les TED, le théâtre scientifique, les Ernest… Retour sur ces différents formats adaptés à la diffusion orale des connaissances. Courts et drôles pour marquer les esprits L’éducation est encore synonyme de longues heures de cours devant un enseignant, le tout ponctué de quelques questions et interactions. Du point de vue cognitif, il semble que notre concentration ne puisse s’exercer que sur un laps de temps court.

(c) 13 minutes Mais pourquoi ce format fait-il le succès de ces événements ? Les conférences TED ont un succès planétaire. Vulgariser, est-ce politique ? Hacker la Science au Planétarium de Chicago. Après le succès des événements parisiens Hack the Press II et Museomix, c’est au tour de la Science d’être hackée. MyScienceWork est allé à la rencontre des organisateurs d’un nouvel événement participatif : Science Hack Day in Chicago.

Les 12 et 13 mai 2012, l’Adler planétarium de Chicago accueillera des scientifiques, des techniciens, des artistes et des fans de sciences, en somme des geeks et passionnés en tous genres. Pendant 48 heures, ils travailleront ensemble pour proposer des projets innovants dédiés à la communication des sciences. Ils peuvent être utiles, subtiles, absurdes ou juste divertissants, ces projets devront permettre au public des musées scientifiques d’expérimenter des concepts et des idées en lien avec la science. Science Hack Day à l'Adler planetarium de Chicago (IL) - source : BK|Photograffi / Flickr Science Hack Day: « Get excited and make things… with science! Créés en 2005 par Yahoo! En mai, Chicago hacke la Science Science Hack Day à Chicago (en anglais)

Mieux communiquer pour mieux comprendre. Communicating Science and Technology II : From the 15th century to the present Paris, 9th & 10th March 2012 - Centre Alexandre Koyré Histoire des Sciences et des Techniques. Programme Centre Alexandre Koyré EHESS - CNRS - MNHN Modalités de la communication scientifique et technique II : du 15e siècle à nos jours Communicating Science and Technology II : From the 15th century to the present Paris, 9 et 10 mars 2012 Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm 75005 Paris Responsabilité scientifique Muriel Le Roux muriel.le.roux@ens.fr Avec le concours de Pietro Corsi, Christophe Charle, Robert Fox, Jeanne Peiffer, John Perkins, Thomas Le Roux et Serge Plattard, Modalités de la communication scientifique et technique II : du 15e siècle à nos jours Communicating Science and Technology II : From the 15th century to the present Vendredi 9 mars 2012 Session 1 Accueil 13.00, salle des Actes Président de séance : Christophe Charle, Professeur à Paris I et directeur de l’IHMC 13.15 – 13.25 Muriel Le Roux, Chargée de recherche IHMC – CNRS - ENS, muriel.le.roux@ens.fr , Introduction générale 14.00 – 14.25 Erica Charters, Lecturer, University of Oxford, erica.charters@history.ox.ac.uk Session 2.

Communicating Science and Technology II : From the 15th century to the present Paris, 9th & 10th March 2012 - Centre Alexandre Koyré Histoire des Sciences et des Techniques

Science et curation : nouvelle pratique du Web 2.0. Internet permet de publier et d’échanger chaque jour des milliards de données, auxquelles accèdent plus de 2 milliards de personnes dans le monde.

Science et curation : nouvelle pratique du Web 2.0

Cette masse d’information rend difficile, lorsque l’on mène une recherche, la différentiation entre le bruit de fond et les informations pertinentes et utiles. De plus, ces recherches sont chronophages et peuvent dépasser largement le temps que nous avons à y consacrer. Aujourd’hui, Google et les moteurs de recherche spécialisés comme Google Scholar reposent sur des algorithmes éprouvés. Mais ces algorithmes sont-ils suffisamment en phase avec le besoin des utilisateurs ? Et si le web avait besoin du cerveau humain pour trier et mettre en avant les informations pertinentes, et non pas une information basée sur la « popularité » et des opérations lexicales et sémantiques ?

La curation sur le World Wide Web ©Beboy-Fotolia Web 2.0 : nouvelles pratiques, nouveaux usages ©Zothen-Fotolia Sommes-nous arrivés à l’ère d’un « chercheur 2.0 » ? Educsciences. 24 heures de science avec Jacques Kirouac. Lors de notre voyage au Québec pour le Forum International Sciences et société, nous avons eu la chance de rencontrer Jacques Kirouac, directeur du réseau de culture scientifique Science pour tous.

24 heures de science avec Jacques Kirouac

L’occasion de revenir avec lui sur la fête de la science québécoise : « les 24 heures de science. » Pourriez-vous nous présenter les 24 heures de science ? La première édition a eu lieu en 2006, mais le projet a été initié en 2004, lors d’un colloque Science pour Tous donné à l’Université de Sherbrooke. Les participants souhaitaient organiser une « fête de la science », un événement scientifique annuel qui se déroulerait sur 24 h. Nous avons donc fait une présentation aux régions pour les convaincre de s’impliquer. Quand vous dîtes « 24 heures », cela veut dire qu’il se passe aussi des choses la nuit ? Oui, c’est une ouverture ! Y a-t-il des critères de sélection pour les projets d’activités qui vous sont proposés ? Non. Quels sont vos partenaires ? Est-ce toujours le même type de public ? La ténacité d’un Nobel : A la source. Promotion of research articles to the lay press: a summary of a t.

Les métadonnées de la publication scientifique. À la manière d’une définition de mot dans un dictionnaire, les metadata sont des données qui décrivent un objet numérique ou physique.

Les métadonnées de la publication scientifique

Pour avoir une idée de leur utilité, nous pouvons les comparer aux étiquettes utilisées en Grèce antique pour décrire le contenu de papyrus, ces derniers étant entassés en grand nombre sur des étagères. L'étiquette attachée à chaque papyrus permettait d'obtenir rapidement une idée de son contenu sans devoir le sortir ni le dérouler. Si en Grèce ancienne un tel système était efficace, aujourd’hui la masse de données numériques rend primordiale l’amélioration de l’efficacité des systèmes de classification.

Une version en anglais de cet article est disponible ici. Le principe des métadonnées s'inspire de méthodes de référencement qui existaient bien avant l’ère numérique. Les métadonnées pour mieux classer et identifier Nous avons déjà abordé le cas des métadonnées de l’industrie de la musique au long d’une série d’articles disponibles ici. Pourquoi la science a besoin du web. Florian Douam propose un retour d’expérience de la soirée organisée le 18 avril par le service Science et Société de l’Université de Lyon dans le cadre du off du www2012, en partenariat avec Le Grand Mix.

Pourquoi la science a besoin du web

À l’extérieur du laboratoire… Étant doctorant en virologie moléculaire, la plupart de mes journées sont consacrées à mes travaux de thèse avec en théorie peu d’occasions de laisser mon esprit divaguer à autre chose que la structure moléculaire de protéines virales. Pourtant, je m’intéresse aussi de près à la culture scientifique, aux différents types de relations entre « science et société ». Ayant un intérêt particulier pour les sciences de l’évolution et la manière dont elles sont appréhendées, j’ai pu réaliser avec un camarade un ouvrage de vulgarisation scientifique sur ce sujet il y a deux ans. Une contribution modeste que nous souhaitons bien prolonger dans le futur avec de nouveaux ouvrages.

Apprendre à s’ouvrir et à collaborer La soirée était divisée en deux temps. Ressources, retours d'expérience et réflexions collectives sur les questions science-société. 10 ways Twitter is reinventing the College Lecture. Réseaux sociaux et recherche. Communiquer autrement. Raconter la science ensemble. (with images, tweets) · Aratta.