background preloader

Rythmes circadiens

Facebook Twitter

Rythmes circadiens. Plus de lumière le jour, moins endormi le soir Rythmes, douleur et conscience chez les invertébrés Les différentes vitesses de notre perception du temps Trois modèles à revoir en neurosciences Lumière, mélatonine et système immunitaire Les comportements de presque tous les animaux terrestres suivent des rythmes d'origine endogène. Les rythmes circadiens sont donc des cycles biochimiques, physiologiques et comportementaux qui oscillent selon une périodicité d’environ 24 heures. Ce processus d’entraînement de notre horloge biologique avec la lumière du jour est nécessaire parce que le rythme endogène de notre horloge n’est pas exactement de 24h.

Cette horloge centrale coordonne l’activité de nombreuses horloges situées dans différents tissus périphériques et possédant eux aussi leurs propres oscillateurs moléculaires. Ces fluctuations passent habituellement par un maximum et un minimum qui coïncident avec une période particulière de la journée. Adapté de : Gerry Wyder. Le manque de lumière bleue du matin fait veiller tard. Un manque d'exposition à la lumière matinale du soleil contribuerait au manque de sommeil chez les adolescents, selon une étude américaine publiée dans la revue "Neuroendocrinology letters". La lumière du matin est nécessaire pour stimuler le système biologique circadien qui régule le cycle veille/sommeil ainsi que la température corporelle, la vigilance, l'appétit et les hormones, indiquent les chercheurs. Les Drs. Mariana Figueiro et Mark Rea du Rensselaer Polytechnic Institute ont mené cette étude avec des élèves de 8e année.

Pendant 5 jours, ils portaient des lunettes spéciales qui bloquait la lumière bleue caractéristique du matin. Ils ont constaté que la survenue du sommeil était retardée de 30 minutes. "Supprimer la lumière bleue du matin, retardait la libération de mélatonine, l'hormone qui indique à l'organisme que c'est la nuit", explique Dr. Voyez également: Psychomédia avec source: Science Daily. Circadian Rhythms, the Chinese Clock and How To Live in Sync. Our bodies have a number of processes that happen at regular intervals throughout the day.

We respond to light and dark, hot and cold, and other natural polarities - in effect "yin and yang". Through spending less time in natural environments, working long hours, eating at odd hours and all of the other less natural behaviors we conduct we may disrupt these processes. Western medicine uses the term "circadian rhythms" to describe these processes and the changes that happen internally in response to our environment. While researchers do not yet understand all of the rhythms and their effects, we are beginning to explore the relationship between disruptions in these rhythms and the development of illness. What Is A Circadian Rhythm? Circadian rhythms describe regular events that happen to all humans, plants and animals on a daily basis. The image below shows many of the circadian rhythms: We also see that our lowest body temperature is at 4:30am and our highest is at 7pm. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Être éveillé n’est pas le fruit du travail d’un « centre de l’éveil » dans le cerveau. mais bien le résultat de l’activation d'un réseau complexe et redondant d'une dizaine de groupes de neurones répartis de l’hypothalamus au bulbe rachidien.

Ces neurones communiquent entre eux grâce à différents neurotransmetteurs mais ont tous en commun de diminuer ou d’arrêter complètement leur activité pendant le sommeil. Un premier groupe de neurones activateurs de l’éveil utilise comme neurotransmetteur. Situés à la jonction de la protubérance et du mésencéphale, ces neurones projettent leurs axones sur les cellules thalamocorticales du thalamus qu’elles excitent grâce à l’acétylcholine.

Des neurones produisant de participent aussi à l’éveil. Les des noyaux du raphé jouent également un rôle important dans l’éveil en bloquant par exemple . Dans l’hypothalamus postérieur, certains neurones à histamine sont actifs dès le réveil, mais sont complètement silencieux durant le sommeil paradoxal. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Depuis les années 1970, des laboratoires de recherche sur le sommeil ont émergé un peu partout dans le monde. Grâce à eux, on a découvert que les problèmes de santé causés par le manque de sommeil sont bien plus nombreux qu’on l’avait imaginé. Ces laboratoires ont aussi identifié plus de 100 dérèglements qui peuvent affecter notre sommeil.

Outre les insomnies et les problèmes liés au rythme circadien, les hypersomnies et les parasomnies constituent les deux autres grandes catégories des pathologies du sommeil. La narcolepsie, autrefois appelée « maladie du sommeil », est une hypersomnie qui se caractérise par une somnolence excessive durant la journée pouvant aller jusqu’à des attaques de sommeil brutales et irrépressibles plusieurs fois par jour.

La personne tombe donc littéralement endormie à toute heure du jour. De plus en plus d’études chez l’animal et chez l’humain (voir encadré à gauche) convergent vers une implication des hypocrétines dans la narcolepsie. Neurones éveil et sommeil. L’électroencéphalogramme (ou EEG) permet de visualiser l’activité globale des neurones du cortex cérébral. Ses tracés qui reflètent les fluctuations de l’état de vigilance du sujet. Ces rythmes oscillatoires dépendent en partie de l’activité de neurones du thalamus et des boucles de rétroaction qu’ils entretiennent avec le cortex (voir encadré).

Ces neurones du thalamus peuvent en effet être considéré comme des oscillateurs neuronaux à un seul neurone puisque ces neurones ont une activité rythmique spontanée. C’est grâce à un ensemble particulier de canaux ioniques dépendants du potentiel de membrane que ces cellules sont capables d’émettre des selon un certain rythme sans être obligé de subir une quelconque influence extérieure. Mais comment certains neurones du thalamus, lorsqu’ils s’activent de façon rythmique, peuvent représenter un pacemaker puissant pour l’ensemble du cortex ? Cette dépolarisation, qui survient durant l’éveil, . Sommeil et insomnie (1/2) Le sommeil, un besoin vital. Ce que les scientifiques ne disent pas, c'est qu'il est vital parce que nous avons besoin de rêver, que ''l'âme'' s'évade pendant la nuit pour aller se recharger. Ils ne le disent pas parce qu'ils ne considèrent l'être humain que comme une machine biologique.

Par Elizabeth Kolbert Mars 2013 Nathaniel Kleitman, connu comme le ''père de la recherche moderne sur le sommeil'', est né en 1895 en Bessarabie – aujourd'hui la Moldavie – et a passé sa vie à courir. D'abord, les pogroms l'ont conduit en Palestine ; puis la première guerre mondiale l'a chassé vers les USA. À l'âge de 20 ans, il atterrit à New York sans un sou ; à 28 ans, il a fait son chemin au City College et a acquis un doctorat à l'université de Chicago. Jusqu'à l'arrivée de Kleitman, le sommeil était, comme l'a décrit un commentateur, ''un immense trou noir dans les sciences de la physiologie''.

La découverte du sommeil paradoxal mena à l'élaboration d'une complète taxonomie du sommeil. À suivre. Sommeil et insomnie (2/2) Wolf-Meyer accuse le capitalisme en général et le capitalisme américain en particulier de transformer un comportement autrefois parfaitement ordinaire en une affaire méritant des médicaments. ''Le modèle de sommeil d'une traite est fondé sur un durcissement des autres heures institutionnalisées de la société américaine, avant tout le temps de travail'', écrit-il. C'est ''largement un sous-produit d'une journée de travail dans l'industrie, qui commençait à l'aube et finissait au crépuscule et durait entre douze et seize heures et s'est raccourcie pour n'arriver à huit heures qu'au tournant du 20ème siècle''.

Il y a tellement de gens qui ont des difficultés à trouver assez de sommeil entre 23 h et 7 h du matin parce qu'ils ne sont pas adaptés à ces horaires. Chacun de nous possède une horloge interne, ou, pour utiliser le terme de l'auteur, un ''chronotype''. Pour les alouettes, le problème est inverse. Selon Roenneberg, l'âge a aussi une grosse influence sur le chronotype. Pinéale.