background preloader

Izaack

Facebook Twitter

News - Konami : Stupeur et tremblements - Konami, Business. Il y a quelques mois, un ancien employé de Valve comparait l'ambiance régnant dans le studio à celle d'une prison.

News - Konami : Stupeur et tremblements - Konami, Business

On espère que le gars en question n'a pas retrouvé du boulot chez Konami, car si l'on en croit les témoignages d'employés au micro du journal Nikkei compilés et traduits par Kotaku, c'est encore moins joyeux là bas : Des caméras, installés dans les locaux, permettraient de surveiller les employés. Les employés devraient pointer s'ils décident de manger à l'extérieur. Ceux qui resteraient trop longtemps hors du bureau auraient leur noms affichés partout dans l'entreprise. La plupart des employés n'auraient pas d'email corporate. Ceux qui ont ce privilège (l'équipe de vente, marketing, etc) ont des adresse aléatoires, qui changent régulièrement. Kojima Productions. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kojima Productions

La compagnie comprend en son sein le directeur artistique et illustrateur Yoji Shinkawa, le producteur Noriaki Okamura ou encore le concepteur Shuyo Murata. Histoire[modifier | modifier le code] Filiale de Konami[modifier | modifier le code] Fermeture et création d'un studio indépendant[modifier | modifier le code] En mars 2015, des rumeurs entourant le destin du studio et son implication au sein de l'éditeur dans les prochaines années apparaissent; après avoir annoncé une restructuration de ses opérations autour du jeu vidéo consistant notamment en une centralisation des développements, Konami enlève toutes les références au studio au niveau marketing et des moyens de promotions.

C'est peu après la fin du contrat d'Hideo Kojima avec Konami, le 16 décembre 2015, qu'une nouvelle boite sous le même nom est établie officiellement en tant que studio indépendant. Jeux[modifier | modifier le code] Metal Gear Solid V : The Phantom Pain PlayStation 4: Konami : des conditions de travail déplorables pour les employés ? Un article par le journal financier japonais Nikkei dépeint un tableau assez sordide de la situation chez Konami, qui suggère que le moral est au plus bas.

Metal Gear Solid V : The Phantom Pain PlayStation 4: Konami : des conditions de travail déplorables pour les employés ?

L'article en lui-même est en japonais et payant, mais le traducteur freelance, Thomas Janes, a résumé les informations importantes qui ne réjouiront pas les fans de la société. Cela commence par le chiffre avancé de 80 millions de dollars pour le développement de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain. On ne sait pas si ce budget astronomique a été à la base du divorce entre le créateur de la série, Hideo Kojima, et de Konami ou non. Serkan Toto, le président d'une société de consulting sur l'industrie du jeu vidéo basée à Tokyo a déclaré que la vraie cause était le retard de MGS V - retard qui aura probablement fait gonfler le budget. Mais l'article montre que les problèmes sont plus importants que la partie rendue visible par la médiatisation de Kojima. Konami, l'empire Kozuki a commencé à se déchirer scandale autour des conditions de travail de l'entreprise nipponne de jeux vidéo.

Konami, l'empire Kozuki a commencé à se déchirer Pour ceux qui suivent l’actualité, cela ne vous a pas échappé que Konami est dans une mauvaise situation à cause de certains scandales au sein de la firme.

Konami, l'empire Kozuki a commencé à se déchirer scandale autour des conditions de travail de l'entreprise nipponne de jeux vidéo

Konami ferait vivre un enfer ses employ s : les d tails d voil s. L'histoire mêlant Hideo Kojima, le papa de la saga Metal Gear Solid et Konami continue de faire couler beaucoup d'encre.

Konami ferait vivre un enfer ses employ s : les d tails d voil s

Nouveau rebondissement avec les informations apportées par le journal japonais Nikkei sur la dégradation des conditions de travail des employés de la société japonaise. À voir aussi : Voici combien aurait coûté le développement de MGS5 : The Phantom Pain Le périodique nippon confirme ainsi les informations évoquées par les sources internes dont nous vous parlions il y a quelques mois.

Du changement de nom de Kojima Productions, aux conditions de travail des équipes, la tension semble actuellement totale chez Konami Japon... et dépeint une ambiance à la Big Brother. Voici les points clef à retenir de l'article initial du Nikkei, disponibles grâce à la traduction de Kotaku : Kojima Productions est désormais connu par l'appellation "Département de Production Numéro 8". Vous vous plaignez de vos conditions de travail ? Vous devriez jeter un œil à celles de Konami. Le quotidien économique japonais Nikkei a sorti un papier sur la culture d’entreprise au sein de Konami.

Vous vous plaignez de vos conditions de travail ? Vous devriez jeter un œil à celles de Konami

Mais si, vous savez ? La société qui a intelligemment mis à la porte une des figures les plus emblématiques du jeu vidéo alors qu’elle était en train de s’associer avec un des maîtres du fantastique au cinéma pour créer un nouvel épisode d’une des licences les plus appréciées du survival horror. Et il semblerait bien que l’entreprise ne brille pas plus dans les conditions de travail de ses employés que dans les décisions qu’elle prend.

Ainsi, Nikkei expliquerait que le studio anciennement connu sous le nom de Kojima Production s’appellerait désormais « Number 8 Production Department ». Les ordinateurs de cette branche n’auraient tout simplement pas accès à internet et seraient uniquement capables d’envoyer des messages en interne. Nikkei note également que les employés qui partent en pause déjeuner doivent pointer à leur départ et à leur retour. Les conditions de travail consternantes chez Konami Japon dénoncées par Nikkei. Konami : Du nouveau sur les conditions de travail déplorables - Actualités. Konami est une entreprise développant et éditant des jeux vidéo depuis maintenant plus de trente ans.

Konami : Du nouveau sur les conditions de travail déplorables - Actualités

Après avoir œuvré dans le milieu des salles d'arcades avec des bornes très appréciées, la société nippone s'est logiquement tournée vers les consoles en créant des franchises cultes telles que Castlevania, Contra, Silent Hill ou encore Metal Gear Solid. Mais la petite société d'Osaka sera vite devenue un acteur majeur du jeu vidéo et comme cela peut arriver dans les grandes entreprises, les conditions de travail sont aujourd'hui pointées du doigt. Il y a une dizaine de jours, le très sérieux journal Nikkei publiait un article dévoilant des pratiques hautement contestables au sein des locaux tokyoïtes de Konami. Entre rétrogradation assurée pour les employés jugés "pas assez utiles" et surveillance permanente des faits et gestes, le tableau dépeint par le quotidien financier faisait froid dans le dos. Des employés dénoncent les conditions de travail chez Konami.