background preloader

Iyas17

Facebook Twitter

Airbnb est devenue rentable en 2016. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Airbnb est devenue rentable en 2016

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... bien ensoleillé Vent : 5km/h - UV : 1 Clôture veille : 4825.42 Ouverture : 4829.68 Replay Emissions Inscrivez-vous gratuitement à laNewsletter BFM Business La plateforme de location d'hébergements entre particuliers est devenue rentable au cours de la seconde moitié de 2016. Airbnb vient de franchir une étape majeure. À titre de comparaison, Uber, qui a quasiment le même âge qu'Airbnb, a perdu près de 3 milliards de dollars l’année dernière.

Un environnement confortable Sélectionné pour vous Affaire Fillon: l'hypothèse d'un plan B s'éloigne-t-elle? Airbnb : 8 millions de voyageurs accueillis en France en 2016. La plateforme de location d'hébergements entre particuliers annonce avoir accueilli près de 8 millions de voyageurs dans l'Hexagone et avoir reversé 7,3 millions d'euros de taxe de séjour via son système de collecte automatique en 2016. airbnb Le site de location d'hébergements entre particuliers, positionné sur le segment de l'économie dite "collaborative", a accueilli en 2016 environ 8 millions de voyageurs.

Airbnb : 8 millions de voyageurs accueillis en France en 2016

Un chiffre en forte hausse sachant que la plateforme déclare avoir fait transiter près de 15 millions de personnes en France depuis son lancement dans l'Hexagone en 2008. Airbnb annonce par ailleurs avoir reversé 7,3 millions d'euros de taxe de séjour auprès de 19 municipalités françaises. Cette taxe s’élève à 0,83 euro par personne et par nuit. Airbnb, Blablacar... une économie discriminatoire? Ripostes Les plateformes collaboratives telles que Airbnb et BlaBlacar doivent-elles toutes adopter une charte de non-discrimination ?

Airbnb, Blablacar... une économie discriminatoire?

Peu de faits sont rapportés. Mais des études évoquent le problème. Ainsi que la création de sites destinés à des minorités. Contexte Une action collective a été lancée en mai dernier aux Etats-Unis contre Airbnb pour discrimination. Une étude réalisée à partir d’un an de données collectées sur le site de BlablaCar, par trois chercheurs en économie de l’ESC Rennes, l’université Rennes 1 et l’université de Caroline du Nord, démontre que les conducteurs avec un nom à consonance arabe ou musulmane ont significativement moins de chances d’attirer des passagers que ceux avec un nom à consonance française.

Une autre étude publiée par la Harvard Business School révèle que les utilisateurs d’Airbnb ayant un nom à consonance afro-américaine ont environ 16 % de chances en moins d’avoir une réponse positive à leurs requêtes que ceux qui ont un nom à consonance blanche. Economie collaborative : ce que vous devez déclarer. Si vous louez votre appartement dans l’année ou votre voiture, vous allez devoir déclarer vos revenus et peut-être même payer des cotisations sociales.

Economie collaborative : ce que vous devez déclarer

Le ministère de l’Economie et des Finances a publié le 2 février des fiches pédagogiques détaillées sur la manière dont les sommes doivent être déclarées. Un décret paru vendredi 3 février au Journal officiel oblige par ailleurs les plateformes collaboratives à vous renvoyer vers ces fiches. Elles doivent également fournir à leurs clients un récapitulatif annuel des revenus obtenus via leur site afin de vous aider à remplir votre déclaration de revenus. Les activités non soumises à l’impôt Les fiches vous permettent de comprendre les démarches à effectuer en fonction de votre situation et du montant de vos recettes.

Idem pour le covoiturage, sous certaines conditions. Airbnb, Uber, etc.: l’économie collaborative taxée à partir du mois de mars. Airbnb et les frontières de l’économie collaborative. Petite révolution dans le monde encombré de l’économie collaborative.

Airbnb et les frontières de l’économie collaborative

À partir de ce jeudi, 1er octobre, Airbnb va collecter directement la taxe de séjour auprès de ses clients qui louent des appartements à Paris. Une bonne nouvelle pour la Mairie de la capitale qui jusqu’à présent ne percevait pas grand-chose de la part de ce nouveau mode d’hébergement. Et une bonne nouvelle pour le site internet californien qui s’installe durablement, avec la bénédiction des autorités, dans le paysage de l’hôtellerie parisienne. Installé, le groupe l’est, en fait, déjà largement. Il propose aujourd’hui plus de 50 000 chambres dans la capitale, alors que les hôtels traditionnels n’en offrent que 80 000 au total. Le premier hôtelier mondial À l’instar de Uber ou Blablacar, la société est l’un des représentants emblématiques du nouvel âge de l’internet, né au tournant des années 2010 à la faveur du débarquement des smartphones qui ont introduit le réseau dans la poche de milliards d’êtres humains.

Airbnb devra déclarer les revenus de ses utilisateurs en 2019. Airbnb, Drivy ou encore Heetch.

Airbnb devra déclarer les revenus de ses utilisateurs en 2019

Les députés veulent que ces plateformes françaises et étrangères déclarent de façon automatique les revenus de leurs utilisateursau fisc. Ils ont adopté en ce sens un amendement au projet de budget rectificatif. La disposition ne devrait entrer en vigueur qu'à partir de 2019. L'idée est de permettre à l'administration fiscale d'alimenter la déclaration pré-remplie des contribuables et de calculer ainsi l'impôt dû en fonction des règles applicables à chaque catégorie de revenu. Les parlementaires ont accepté d'en repousser l'application à 2019 pour ne pas "empêcher le développement de l'économie collaborative", selon les mots du secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert. Des revenus "très rarement déclarés" Aujourd'hui, "en pratique les revenus sont très rarement déclarés, très rarement contrôlés, et in fine très rarement imposés.

Malgré l'obligation déjà en vigueur.