background preloader

Inégalités

Facebook Twitter

Plus on est pauvre, plus on est malade. Globalement, l’espérance de vie des Français est bonne. Et elle progresse. Mais les écarts entre les différentes catégories sociales laissent songeur. Selon une étude du groupe de travail de l’Union européenne sur les inégalités socio-économiques en matière de santé, dont les résultats ont été publiés dans The New England Journal of Medicine, menée en 2008 dans 22 pays européens, l’incidence des différences sociales sur la mortalité est plus importante en France que dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest.

La France se caractérise ainsi par un indice relatif d’inégalité (Iri) parmi les plus élevés. Ainsi, l’espérance de vie des cadres à 35 ans dépasse de plus de six ans celle des ouvriers. La santé à créditEmprunter pour se soigner ? Etudiants : la galère…Un étudiant sur trois renonce aux soins et un sur cinq n’a pas de complémentaire santé. Système de soins : toujours plus d’inégalités. Le système de santé français est décrit comme l’un des meilleurs au monde. Peut-être, si l’on s’intéresse à la médecine de pointe ou si l’on s’en tient aux moyennes nationales. Mais, derrière l’écran de fumée des statistiques, une réalité bien différente apparaît : selon que l’on est riche ou pauvre, nous ne sommes pas égaux devant l’accès aux soins. Conséquence directe : la France est un des pays d’Europe où règnent les plus fortes inégalités face à la maladie, et même en termes d’espérance de vie.La multiplication des déremboursements par l’assurance-maladie, la mise en place de tickets modérateurs et de franchises (1 euro sur la consultation médicale, 50 centimes par boîte de médicaments) font qu’aujourd’hui les soins de ville sont pris en charge seulement à hauteur de 55 %.

La situation est pire encore du côté de l’optique, des prothèses auditives ou dentaires, qui ne sont quasiment pas couvertes par l’assurance obligatoire, alors que le montant des factures est élevé. Regard sur le mal-logement en Europe 2015. Clic here for English version La France dispose de politiques publiques plus ambitieuses que la majorité des pays Européens, mais ne se situe que dans le milieu de tableau en terme de situation du mal logement. Les points sur lesquels elle est en retard sont les sans-abri, le coût du logement pour les ménages pauvres, les expulsions, la précarité énergétique, le sentiment d’isolement en milieu rural, l’inégalité hommes-femmes et l’inégalité faite aux jeunes face au coût du logement. Les Français sont plus inquiets que les autres d’avoir à quitter leur logement en raison de son prix.

Pour l’Europe : Le coût du logement a augmenté plus rapidement que les revenus depuis les années 2000, dans la grande majorité des pays européens. Malgré l’explosion de la bulle immobilière après 2008, le ratio coût/revenus demeure très au-dessus de sa moyenne historique. En France, ce mouvement est particulièrement fort : il a augmenté de + 59 % en 15 ans, contre + 19 % dans la Zone Euro).

Dss66. Dossier non recours aux droits. Quelles solutions pour les oubliés de la santé ? Le mal-logement en 2013. 31 janvier 2014 - 3,5 millions de personnes sont concernées par le mal-logement en France. 694 000 personnes n’ont pas de domicile personnel, 85 000 vivent dans une habitation de fortune, cabane, camping ou mobil home toute l’année.

Beaucoup reste à faire pour que chacun dispose de conditions d’habitat dignes de ce nom. État des lieux Beaucoup reste à faire pour que chacun dispose de conditions d’habitat dignes de ce nom comme le rappelle chaque année la Fondation Abbé Pierre dans son rapport annuel sur le mal-logement [1]. 3 524 426 personnes sont non ou très mal logées en France . 693 978 sont privées de logement personnel et 2 778 000 vivent dans des conditions de logement très difficiles (privation de confort et surpeuplement accentué). Certes, la misère d’aujourd’hui n’est pas aussi dramatique que celle des années 50. Notre pays s’est enrichi et les conditions de logement se sont heureusement améliorées. Le mal-logement ne se réduit pas pour autant aux situations extrêmes.

En France, la pauvreté augmente et le niveau de vie recule, sauf pour les plus aisés (Insee) S'il ne faut retenir qu'un chiffre de l'enquête édifiante de l'Insee publié vendredi 7 septembre, c'est celui-ci: 19.270 euros. Soit le niveau de vie* médian d'un Français en 2010, quel qu'il soit (salarié, indépendant, chômeur, retraité, inactif, enfant…). En clair, il y a deux ans, la moitié de la population avait un revenu disponible inférieur à 1.610 euros par mois, quand l'autre moitié dépassait cette barre.

Pour la première fois depuis 2004, on constate un recul sur un an de 0,5%, en tenant compte de l'inflation. Autrement dit, le niveau de vie des Français a baissé de 2009 à 2010. Toutefois, derrière ce constat déprimant, les situations sont très différentes selon les catégories de population, comme le montre sans équivoque le graphique ci-dessous. Le niveau de vie des plus riches augmente de 1,3% Sur le graphique, on observe que la baisse du niveau de vie en 2010 a été la plus brutale pour les Français les moins privilégiés, représentés par les déciles D1 et D3. Redistribution et inégalités en France. La France compte 8,6 millions de personnes pauvres. INFOGRAPHIE - Les jeunes, les enfants et les personnes âgées sont les plus touchés par la précarité. En 2010, 8,6 millions de personnes vivaient avec moins de 964 euros par mois, soit 350.000 de plus qu'en 2009.

Des chiffres saisissants, des rapports et un grand plan interministériel et pluriannuel de lutte contre l'exclusion sont au menu de la conférence nationale contre la pauvreté qui se tient lundi 10 et mardi 11 décembre au Conseil économique social et environnemental (Cese). La France compte 8,6 millions de personnes pauvres, vivant avec moins de 964 euros par mois, en 2010, selon les dernières statistiques de l'Insee. Soit environ 350.000 de plus qu'en 2009. Toujours en 2010, le taux de pauvreté a atteint 14,1%, son plus haut niveau depuis 1997. Pour lutter contre cette explosion de la pauvreté, les associations et les syndicats plaident pour une revalorisation du revenu de solidarité active (RSA) et réclament d'en faciliter l'accès. 133.000 sans domicile.

Des pauvres de plus en plus pauvres, selon le Secours catholique | France info. Dans son rapport annuel sur l'état de la pauvreté en France, le Secours catholique pointe une paupérisation de la population, chez les seniors notamment - à cause de carrières instables. "Des pauvretés qu'on ne voit plus", selon l'association. "La pauvreté s'intensifie. On rencontre davantage de personnes avec un niveau de vie de plus en plus faible", explique Bernard Thibaud, le secrétaire général du Secours catholique. En publiant son rapport annuel, l'association dresse un bilan assez peu optimiste de l'évolution de la société. Ainsi, la paupérisation s'accélère chez les seniors en raison de carrières professionnelles de moins en moins stables et d'une hausse du phénomène d'invalidité.

Le document met aussi en avant une augmentation de la solitude chez les plus précaires, particulièrement chez les hommes, et alerte les autorités sur la précarité énergétique grandissante avec la montée des prix dans ce domaine. De plus en plus seuls. Les impôts contre les inégalités - Déchiffrage - ARTE. Pourquoi les inégalités augmentent-elles ?

Quand les fruits du capital sont supérieurs à ceux du travail, le fossé entre riches et pauvres se creuse, constate l’économiste Thomas Piketty. Comment inverser la tendance ? « Nous sommes les 99 %. » Ce slogan né avec les Occupy Wall Street en 2011, puis repris par tous les mouvements internationaux marque une prise de conscience : les sociétés modernes sont profondément inégalitaires, et il est impossible de continuer à l’ignorer. En France, les statistiques de l’Insee (1) dénombrent deux millions de personnes en situation de grande pauvreté qui vivent avec moins de 651 euros par mois (40 % du revenu médian). La France compte, par ailleurs, 8,5 millions de personnes pauvres vivant avec moins de 987 euros par mois. C’est 1,2 million de plus qu’en 2004.

Dans le même temps, les hauts revenus se sont envolés. Inégalités : pourquoi elles s'acroissent, comment les combattre ? Pauvreté et inégalités pays de la Loire.