background preloader

RSE

Facebook Twitter

Socialter sur Twitter : "En kiosque il bat son plein le dossier Changer le monde depuis son entreprise #intrapreneur #changement #CAC40 #RSE. Le "Don sur Salaire" ou comment engager ses salariés tout en étant une entreprise socialement responsable ? - Guichets-RH 2.0. Quand on parle de RSE (responsabilité sociale d’entreprise) on est le plus souvent face à des cadres spécialisés qui doivent composer avec des comités de direction… plus ou moins impliqués… Avec le Don sur Salaire nous avons un formidable dispositif, qui pour une fois, met côte à côte les salariés et l’employeur dans une réelle démarche sociale simple, efficace et pérenne !

Inspiré du « Payroll Giving » anglo-saxon né il y a 30 ans en Angleterre, le Don sur salaire offre la possibilité aux salariés de soutenir les actions des associations de leur choix, en réalisant chaque mois des micro-dons sur leur net à payer. L’employeur, en s’associant à l’opération, abonde le montant du don. On parle de co-solidarité employeur-employés. En Angleterre, l’arrondi sur salaire permet de récolter 107 millions de livres sterling chaque année auprès de 800 000 salariés. Aux Etats Unis, c’est 35% des salariés qui, tous les mois effectuent un don sur salaire !!! C’est certain ! Quel a été l’accueil des IRP ? Les Réseaux sociaux d’entreprise, outils collaboratifs pour plus d’intelligence collective. RSE, pour recréer le lien dans l’entreprise En l’espace de quatre ans, les réseaux sociaux sont devenus des supports naturels de partage de l’information.

Il était normal que les outils de la sphère personnelle s’invitent dans la sphère professionnelle. Facebook, Twitter, Tumblr, Pinterest et bien d’autres font aujourd’hui partie de notre quotidien, que ce soit à la maison comme au travail. Le RSE est un Facebook interne dont l’accès est contrôlé. Il implique des règles et une charte éditoriale à respecter. Le RSE est pour l’entreprise un nouvel outil de partage de l’info beaucoup plus dynamique que l’email.

Le pouvoir social du RSE : une interconnectivité en temps réel… ou différé Pouvoir communiquer directement, instantanément ou en différé avec une ou plusieurs personnes de son projet est le vrai début de l’interactivité, principal objectif du web 2.0. Le réseau social interne crée de la proximité entre les collaborateurs. Le réseau social d’entreprise, l’intranet "nouvelle génération" Les enjeux de la fonction RH par blueKiwi et DéciDRH [vidéo] | | blueKiwi Enterprise Social SoftwareblueKiwi Enterprise Social Software. Réseaux sociaux, plus grand vivier mondial de talents... à condition de bien les utiliser. Emploi : Réseaux sociaux : les entreprises s'y mettent aussi. Danone, LVMH, BNP Paribas, Orange ou Alcatel se sont lancés. Mais en général ces plates-formes restent encore avant tout des outils de recrutement.

La question n'est plus pourquoi, mais comment? Comment faire pour installer un réseau social d'entreprise, cet annuaire interne enrichi qui permet aux salariés de créer leur communauté et d'échanger savoirs et savoir-faire? Les sociétés ont longtemps hésité. Le top départ date de 2008 et le véritable tournant de fin 2010. Pour autant l'évolution se fait lentement. Si les directions ne le font pas, les collaborateurs passent à l'acte. Nicolas Rolland, directeur de la prospective sociale du groupe Danone, n'est pas convaincu. Présent dans plus de 90 pays, Danone avait un besoin professionnel de développer les relations entre collaborateurs. Sur les 40 000 personnes connectées, 30 000 ont enrichi leur profil et 10 000 l'utilisent régulièrement. Deux enjeux majeurs Reste un enjeu de taille à réussir pour les entreprises. Réseaux sociaux d’entreprise : le management est-il prêt ?

Un rêve qui devient réalité ? À l’heure du numérique, les outils d’échange et de partage des connaissances dans l’entreprise sont en plein développement. Mais pour leur utilisation devienne maximale, il faudrait que le management fasse, lui aussi, sa révolution. Chats, forums, réseaux sociaux d’entreprise, blogs, réseaux d’échanges réciproques de savoirs (RERS)… Les outils du Web 2.0 semblent ouvrir un champ quasi infini aux échanges entre salariés.

Certaines entreprises vont très loin, telles Assystem, groupe d’ingénierie et de conseil qui a opté, dès 2011, pour un réseau social interne, baptisé Assystem Connected, qui réunit 175 communautés. La plupart sont orientés “métiers” et permettent échanger autour de problématiques communes. D’autres sont transverses (“femmes”, “stagiaires et jeunes diplômés”) ou mêmes personnelles (“rugby”, “gastronomie”). Décloisonner l’entreprise D’autres entreprises sautent également le pas. Les raisons de cet engouement ? Un management peu prêt Mai 2013. How to Make Time for Social Media - Management Tip of the Day - June 11, 2013. 13 freins et obstacles à l’adoption des Réseaux Sociaux d’Entreprise (#RSE) Tout comme les dispositifs de veille, la mise en place d’un réseau social d’entreprise (RSE) ne s’improvise pas, et nécessite un certain nombre de prérequis pour augmenter les chances de sa réussite et sa viabilité dans le temps pour l’ensemble de l’organisation.

Plusieurs freins sont en effet à l’origine de blocages dans l’adoption des RSE malgré les efforts fournis, et ils trouvent majoritairement leur origine dans le rapport de l’entreprise à la notion de collaboration. A ce titre, voici une liste non exhaustive des freins et obstacles fréquemment rencontrés lors de la mise en place d’un RSE. Il est à noter que ces freins ne sont pas complètement indépendants, et majoritairement, c’est un ensemble d’obstacles qui justifient l’échec du projet, et non pas un seul et unique paramètre.

La connaissance c’est le pouvoir : certains trouvent et justifient leur légitimité par l’accès à certains types d’informations qu’ils n’ont pas envie de partager, par crainte de perte de pouvoir interne. Le social en entreprise : un peu, beaucoup, passionnément, ….., pas du tout ! Les initiatives progressent et je me réjouis de suivre les retours d’expérience qui seront présentés à l’occasion de l’E20 European Summit à Paris. Aujourd’hui, parmi tous ceux qui s’intéressent aux conditions et aux outils de la mise en oeuvre d’une stratégie de social business dans l’entreprise, on constate qu’au delà de motivations différentes, ils ne partagent pas, loin s’en faut, le même enthousiasme !

Il y a tout d’abord les "passionnés": Ce sont les plus actifs, à défaut d’être les plus nombreux ! On y trouve en premier les bloggers, consultants, communicants, stratèges, bref tous ceux qui ont la collaboration dans leur ADN et qui animent avec plaisir et passion les débats en et hors ligne sur le sujet de l’entreprise de demain et du digital business. Viennent ensuite les éditeurs et fournisseurs de solutions sans qui, il faut bien l’avouer, les conférences et autres rencontres sur le sujet auraient beaucoup de mal à être organisées. Le neutre aime un peu, mais pas trop ! Like this: