background preloader

Semences

Facebook Twitter

Pépinières et semences biologiques, rares ou anciennes. Semailles et plantations. Semences. Un autre monde est en marche. Comment faire pour multiplier ses plantes ? Lorsqu’on met en terre une graine, la jeune pousse qu’on obtient dans les premiers jours est appelée plant.

Comment faire pour multiplier ses plantes ?

Il existe des plants de légumes, des plants d’arbres fruitiers, de plants de fleurs etc. Hormis le semis, on peut en obtenir par d’autres techniques de multiplication dont la plus simple est le bouturage, qu’il est possible de réaliser soi-même, si on ne dispose pas de graines à semer directement. Pour faire soi-même ses plants, on peut recourir à plusieurs techniques. Toutefois, cela dépend des objectifs à atteindre ou des moyens disponibles et aussi de la nature de la plante à multiplier. Si le semis est le moyen le plus utilisé pour obtenir de jeunes plants, force est de constater que plusieurs plantes se multiplient par simple bouturage, par greffage, par marcottage etc. Pour obtenir ses plants par semis, on doit disposer de récipients à alvéoles qu’on remplit de sable et du terreau. Haut. Pépinières et semences biologiques, rares ou anciennes.

Reussir ses Semis Comme Un Pro.pdf. Semences. Semences. Réseau Semences Paysannes - Semences Paysannes. Vers un hold-up des multinationales sur les semences paysannes ? - Bien commun. Des milliers de variétés de semences pourraient être privatisées.

Vers un hold-up des multinationales sur les semences paysannes ? - Bien commun

Cela se passe en Inde, où les multinationales Monsanto, Syngenta, ou la française Limagrain, tentent de s’accaparer ce bien commun. De quoi mettre en péril la souveraineté alimentaire de l’Inde, dont les variétés végétales ancestrales seraient brevetées et privatisées par les multinationales de biotechnologies. L’écologiste indienne Vandana Shiva sonne la contre-attaque. 40 000 variétés de semences en Inde pourraient tomber entre les mains des multinationales. C’est ce que révèle un article de l’édition indienne du Wall Street Journal du 18 mai.

"Le peuple des semences"- Festival Kokopelli Pachamama. Kokopelli/ La guerre des graines a commencé. Depuis 20 ans Kokopelli distribue gratuitement des semences potagères anciennes ou rares pour faire vivre la biodiversité agricole.

Kokopelli/ La guerre des graines a commencé

Des graines open-source pour jardiner librement. Le domaine public des semences : un trésor menacé. Il existe une dimension du domaine public dont je n’avais pas encore clairement pris conscience avant de lire cet excellent article de Shabnam Anvar, consacré à la question des "semences libres".

Le domaine public des semences : un trésor menacé

J’avais déjà écrit un billet, il y a quelques temps, à propos d’un projet visant à créer une licence Open Source sous laquelle placer des graines, afin de les rendre réutilisables à la manière des logiciels libres. Seed Freedom. Commons Fest. CC-BY-SA. Mais il existe aussi un domaine public des semences, de la même manière que les oeuvres de l’esprit que sont les livres, la musique ou les films, peuvent finir par entrer dans le domaine public à l’issue de la période de protection du droit d’auteur. Or comme c’est le cas pour tous les titres de propriété intellectuelle, le COV est limité dans le temps, ce qui fait que les variétés végétales passent dans le domaine public, une fois le délai de protection écoulé.

La pétition Seed Freedom à signer. Seeds are a common good. Like this: Reussir ses Semis Comme Un Pro.pdf. Faire ses graines de tomates. Vous avez testé cette année une délicieuse variété de tomate ?

Faire ses graines de tomates

Il ne vous reste plus qu’à récolter ses graines, pour les replanter l’année prochaine sans avoir à repasser à la caisse ! Suivez notre mode d’emploi. Des maisons de semences paysannes pour se libérer de l'agrobusiness - Souveraineté alimentaire. « Il faut nous organiser pour récupérer toutes les semences qui sont dans les banques de gènes et remettre ce trésor entre des mains sures, celles des paysans ».

Des maisons de semences paysannes pour se libérer de l'agrobusiness - Souveraineté alimentaire

Au milieu d’une centaine de variétés de maïs, en plein cœur de la Dordogne, Bertrand Lassaigne raconte l’histoire de la première maison de semences paysannes en France. Installé depuis 20 ans près de Périgueux, Bertrand cultive principalement des céréales et des protéagineux – maïs, céréales à paille, soja, lentilles... Peu à peu, il développe son autonomie en semences et parvient en moins de dix ans à autoproduire la quasi-totalité de ses cultures, sauf en maïs où il continue chaque année d’acheter de la semence non reproductible qualifiée d’hybrides. La voix du Vent - Semences de transition (version FR) Semences et semenciers. Graines de Troc, une autre facon de s'échanger les graines. La jardinière qui voulait protéger nos semences. Du fond de son jardin, Nathanaelle lutte contre les géants de l'agro-industrie.

La jardinière qui voulait protéger nos semences

Cette ancienne citadine s'est lancée dans la préservation de variétés de légumes anciens afin de protéger la biodiversité et favoriser notre autonomie alimentaire. Nathanaelle est entrée en résistance. Son combat, elle le mène binette à la main du fond de son jardin, à Neuvy-deux-clochers, village de 400 habitants dans le Sancerrois. La jardinière s’insurge contre la standardisation des légumes et la prolifération de variétés dégénérescentes (qui ne peuvent pas être replantées d’une année sur l’autre) mises en vente par les multinationales comme Monsanto ou Syngenta.

Mais elle ne se contente pas de protester contre les dégâts causés par les géants de l’agro-industrie sur la biodiversité. « Je ne me bas pas contre Monsanto. Des semences hors-la-loi Récolte du jour : petits pois violet et cassis. Un acte politique Ainsi, pour cette ancienne citadine, la passion des tomates est devenu un « acte politique ». Soutenir les semences libres. 3 manières de soutenir « légalement » les semences libres Un brevet, un droit d’obtention végétal… sur le vivant ?

Soutenir les semences libres

Beaucoup sont surpris, voir horrifiés, qu’il existe des droits de propriété intellectuelle sur les semences. Sans rentrer dans le débat complexe du pourquoi, parlons solutions alternatives à la portée de tous. A l’époque de l’omniprésence de Microsoft, certains se sont tournés vers les logiciels libres comme alternative. Semences anciennes, bio, d'ailleurs...