background preloader

Ionz64

Facebook Twitter

Augustin. Sport-Away Voyage. Politiques de communication et identifications territoriales différenciées : les usages politiques des vagues et de l’univers du surf par les municipalités de la côte Aquitaine. 1 Les effets de symbolisation du territoire par le sport sont nombreux et les exemples significatifs (...) 2 Cet extrait, issu d’un entretien effectué en 2001 dans les locaux du magazine Surf Session, corrob (...) 3 Le Monde « Trois questions à Jean-Pierre Augustin », 13 décembre 2000. 1Le sport est souvent mobilisé par les élus locaux français lors de la construction d’une identification territoriale1. Plus particulièrement, la vague et l’univers du surf sur la côte Aquitaine, sport qui constitue le support de l’analyse, formalisent un « imaginaire territorial » et accentuent le dynamisme politique qui y est lié.

Le surf « contribue à alimenter une certaine image : on vient à Lacanau parce que la mer est belle, parce que les surfeurs, parce que la festivité... ça devient attractif »2, précise Gibus de Soultrait, rédacteur de Surf Session, principale revue spécialisée de surf en France. 5Les ressources documentaires se révèlent également être d’une grande richesse.

Surfeurs, l'être au monde : analyse socio-anthropologique , de Anne-Sophie Sayeux. Surfeurs, l'être au monde Une analyse socio-anthropologique « Qui n'a pas vu, se promenant le long de la côte atlantique, lorsque Se bruit des vagues électrise l'air ambiant, ces hommes DU ces femmes, avides, se jeter à l'eau et ramer vers les vagues ? » Pourquoi ces individus acceptent-ils d'affronter les éléments, le froid ou encore les autres pratiquants, dans l'espoir d'attraper une vague ? Qui sont-ils ? Qu'est-ce qu'être surfeur ? Résultat d'une enquête socio-anthropologique menée sur le terrain durant trois années, entre les côtes basque et landaise, ce livre témoigne et analyse la parole des surfeurs et surfeuses, en répondant à cette question : « Que font réellement les surfeurs quand ils disent qu'ils font du surf ?

Pratiquer le surf est constitutif d'une identité propre au sein des mondes contemporains. Ce monde singulier, doté d'une mémoire partiellement stigmatisante, bien loin de la « contre-culture » dont on a bien voulu l'affubler, est désigné par le reste de la société. Les nouveaux territoires du surf dans la ville. 1Depuis plusieurs années, la culture surf des années 1950 fait un retour spectaculaire dans les modes de consommation et les pratiques sportives et récréatives urbaines. Mondialisation d’un style de vie qui prône la liberté, l’esprit de la glisse, l’individualité et le fun, cette culture surf est désormais omniprésente dans les médias, l’industrie du vêtement, celle du divertissement et du loisir (De Soultrait, 1995; Kampion et Brown, 1998; Poirier, 2000).

Toute une nouvelle génération d’activités sportives a émergé de cette tendance lourde : les lifestyle sports (Wheaton, 2004), des sports auxquels les individus et quelques groupes restreints s’identifient avec force par des symboles et des référents qui débordent sur le mode de vie plus général du pratiquant. Il n’y a pas de traduction satisfaisante pour lifestyle sports. 3À partir d’une revue de littérature, cet article propose de tracer les grandes étapes de l’évolution des sports – mode de vie, dans le contexte du milieu urbain. Surf : un grand monde de petits spots - Globe. Le monde du surf connaît une triste actualité : pour la cinquième fois cette année en Australie, un surfeur a été entièrement dévoré par un requin.

La Réunion accumule de troublants records. Alors que l’île était restée vierge de tout incident grave liés aux requins, les squales ont attaqué six fois en neuf mois, et même tué deux fois. Le double visage du surf est ainsi brutalement rappelé. Les surfeurs sont des hommes de culture, mais ils pratiquent un sport en nature sauvage. Dans cette proximité avec la nature, ils développent tout autant un savoir sportif qu'un savoir scientifique, à bien des égards en écho avec la savoir géographique. Vous pouvez réécouter l'émission du 18 juillet 2012 "L'espace des surfeurs" avec Anne-Sophie Sayeux et Guillaume Mariani La diffusion du surf dans le monde Sport qui se pratique en pleine nature, le surf n'en demeure pas moins une pratique des pays développés très fortement urbanisés. la diffusion du surf dans le monde J. Géographie d'un spot Teahupoo Hawaï. L'océan, le surf et les territoires de l'éphémère.

Vendredi 2 octobre 2009 - Café Le Thiers - Saint-Dié-des-Vosges Animé par Jean-Pierre Augustin (professeur de géographie à l’Université Bordeaux III, spécialiste de la géographie des sports, notamment auteur de Géographie du sport. Spatialités contemporaines et mondialisation , Armand Colin, 2006 ; et co-auteur de Géographie des sports en France avec Loïc Ravenel et Pierre Bourdeau, Vuibert, 2008). Le surf et les territoires de l’éphémère (source : Canal J - Sports) C’est avec beaucoup de patience que Jean-Pierre Augustin profite de l’ambiance très animée du Café Le Thiers pour aborder la question du surf et de ses territorialités.