background preloader

I. La ville, un espace défini

Facebook Twitter

Qui définit les limites physiques de la ville ? Tel est l’objet de cette table ronde qui vise à interroger le processus d’évolution des villes : A qui appartient la construction de la ville ?

Ceux qui ont la compétence technique sur la ville ou ceux qui la vivent ?
Le thème interroge la ville et ses marges (les banlieues, villes et périurbain, la nature). La question des frontières, symboliques, imaginées, ou encore réelles des villes et des territoires ? La prise de conscience des limites des ressources interrogent le développement des villes.
Est-ce que les visions des décideurs politiques, les projets esthétiques des professionnels de l’urbanisme, les contraintes des formes architecturales produisent-elle normalisent-ils les usages ? Les contraintes politiques stimulent les imaginaires des artistes et des usagers donnant lieu à des occupations de l’espace nouvelles et inédites ?
L’accélération du temps, les dys-synchronies souvent imputées aux technologies numériques sont-elles vécues par l’ensemble des citoyens-habitants ? Que produisent-ils en termes d’imaginaires partagés si l’accélération des temps ne concerne qu’une partie aisée de la population ?

La ville durable, la norme et ses limites. In : Mondes sociaux. MEQUIGNON Marc, MIGNOT Jean-Pierre. L’intérêt suscité par la ville tient autant aux problèmes qu’elle pose qu’aux conditions dans lesquelles elle est perçue et analysée.

La ville durable, la norme et ses limites. In : Mondes sociaux. MEQUIGNON Marc, MIGNOT Jean-Pierre.

Il tient aussi aux problématiques sociétales qui sous-tendent l’importance de son rôle dans les développements futurs d’une société de plus en plus urbanisée : en effet, dans les vingt prochaines années, la population urbaine représentera près de 80% de la population mondiale. Le développement durable constitue par ailleurs un enjeu de société majeur et les conditions dans lesquelles ses principes vont devoir être reconnus et mis en vigueur interpellent la société dans ses différentes composantes.

Méquignon M., Mignot J. -P., 2014, « Habitat, bâti et développement durable : les ambivalences de la norme », 9ème Congrès RIODD (Réseau Internationnal de recherche sur l’Organisation et le Développement Durable), Environnement et travail : quelles relations ? , Université Bordeaux IV, 1-3 octobre 2014, Actes à paraître. CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux Tianjin. Entité urbaine. In : Art urbain. ART URBAIN. La fabrique ordinaire de la ville. In : Histoire urbaine. BACKOUCHE Isabelle, MONTEL Nathalie.

Longtemps l’histoire de la construction des villes s’est centrée sur l’analyse des opérations les plus spectaculaires affectant l’évolution de l’espace urbain.

La fabrique ordinaire de la ville. In : Histoire urbaine. BACKOUCHE Isabelle, MONTEL Nathalie.

La part belle était faite au rôle des pouvoirs centraux, des édiles ou des aménageurs professionnels, tandis que les signes d’une volonté planificatrice étaient traqués. Pour écrire cette histoire, les projets et les représentations discursives et graphiques de la ville étaient majoritairement convoqués. C’est une tout autre approche que l’on se propose ici de privilégier, en interrogeant prioritairement la fabrique de la ville.

Il ne s’agit pas de mettre à l’épreuve une quelconque théorie de la constitution des villes, mais d’interroger et de décrire les modalités concrètes et les acteurs de la production du tissu urbain, à partir de l’analyse détaillée d’opérations d’aménagement portant sur des lieux et des époques variés. Les frontières dans la ville, entre pratiques et représentations. In : Cahiers de la Méditerranée. Robert Escallier. 1Lors du cyclone Katrina (responsable de la destruction partielle de La Nouvelle Orléans), le grand public et les médias français ont découvert stupéfaits la diversité des sociétés et territoires urbains, les processus d’exclusion à l’œuvre dans les villes nord-américaines ; à peine concluaient-ils péremptoires leur critique du modèle socio-urbain nord-américain que les « banlieues françaises » explosaient soulignant tout autant les énormes distances qui séparent les territoires urbains et les populations qui les habitent.

Les frontières dans la ville, entre pratiques et représentations. In : Cahiers de la Méditerranée. Robert Escallier.

En France, comme aux Etats-Unis et dans la plupart des autres pays, la ville concentre toutes les ambiguïtés, les contradictions et les conflits d’un monde « globalisé » et déréglementé, en souffrance de nouveaux repères. La ville, hier outil du passage des sociétés à la modernité, sous l’autorité d’un Etat favorable à l’urbain, est désormais le lieu central de tous les enjeux, et de plus en plus un problème ce que résume la question urbaine.

Approfondissement théorique : la perception du paysage urbain selon Kevin Lynch. In : L’analyse des espaces publics - les places. UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS. Approfondissement théorique: la perception du paysage urbain selon Kevin Lynch Urbaniste et universitaire américain, Kevin Lynch fut professeur au MIT et participa en qualité de conseiller à plusieurs projets d’aménagement aux Etats-Unis, dont le projet de remodèlement du centre de Boston.

Approfondissement théorique : la perception du paysage urbain selon Kevin Lynch. In : L’analyse des espaces publics - les places. UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS.

Par son ouvrage fondateur « L’image de la cité » (The Image of the City, 1960), Lynch refonda la légitimité de l’analyse visuelle du paysage urbain, à un moment où la pratique urbanistique était essentiellement fondée sur l’analyse fonctionnelle de l’espace. Dans d’autres ouvrages, Lynch explore la présence du temps et de l’histoire dans l’environnement urbain (What time is this place? , 1972), et l’exploitation des perceptions et des valeurs humaines comme nouvelle base de conception pour un urbanisme meilleur (Good City Form, 1984). Kevin Lynch a été parmi les premiers auteurs à s’intéresser à la perception de l’espace urbain et demeure une référence en la matière.