background preloader

Herodote

Facebook Twitter

HERODOTE

6 avril 1994 - Génocide au Rwanda. Le 6 avril 1994, le président-dictateur du Rwanda, Juvénal Habyarimana, est tué dans un attentat contre son avion personnel.

6 avril 1994 - Génocide au Rwanda

Ses fidèles de la majorité hutu entreprennent aussitôt le massacre de la minorité tutsie(10% de la population) et des hutus modérés. En trois mois, 800.000 innocents sont massacrés à coups de machette. C'est l'un des génocides du XXe siècle définis comme tel par l'ONU, avec le génocide arménien, le génocide juif et le massacre de Srebrenica. La fuite de très nombreux réfugiés et militaires vers les pays voisins entraîne la déstabilisation de l'Afrique des Grands Lacs. On estime que la succession de conflits issus de ce drame est à l'origine de plus de quatre millions de morts au Rwanda, au Burundi et surtout en République démocratique du Congo (RDC ou Congo-Kinshasa, ex-Zaïre). Clivages sociaux Le Rwanda (capitale : Kigali) et son frère jumeau le Burundi (capitale : Bujumbura) sont deux pays atypiques en Afrique... – les agriculteurs ou Hutus (85% de la population),

Maroc - Les villes impériales. « À grand roi, grande ville » expliquait au XIVe siècle l'historien Ibn Khaldoun.

Maroc - Les villes impériales

Au Maroc, les quatre cités de Fès, Marrakech, Rabat et Meknès semblent avoir été créées pour illustrer cette affirmation. Dès qu'un souverain choisissait l'une d'entre elles pour y vivre avec sa cour, elle devenait en effet l'objet de toutes ses attentions. C'est ainsi que, successivement, les quatre villes se sont couvertes de monuments, pour le plus grand prestige de celui qui y avait élu domicile.

À notre tour d'aller découvrir ce qui fait la spécificité et le charme de chacune. Isabelle Grégor. Léopold III, Charles et Baudouin 1er - Un défi : préserver l'unité du royaume. Au début du XXe siècle, après des débuts hasardeux, la monarchie belge s'est imposée dans le concert des nations, moins en raison de la colonisation du Congo par Léopold II que du courage du « roi-chevalier » Albert 1er et de ses troupes face à l'invasion allemande en 1914.

Léopold III, Charles et Baudouin 1er - Un défi : préserver l'unité du royaume

Mais vingt ans plus tard, Albert 1er fait une chute mortelle en montagne. Il n'a pas encore 59 ans. Son fils aîné lui succède sous le nom de Léopold III. Mal préparé à régner, il est servi par la popularité de son épouse, la reine Astrid de Suède. Mais le malheur frappe à nouveau la famille royale avec la mort de la reine Astrid, le 29 août 1935, à 29 ans, dans un accident de voiture. Une Belgique occupée et sans roi Quand la Wehrmacht envahit le pays, le vendredi 10 mai 1940, Léopold III tente sans grande conviction de rééditer l'exploit de son père à la tête de l'armée. Las. Le voilà donc assigné à résidence par les Allemands au château royal de Laeken. Mais la « Question royale » ne tarde pas à revenir sur le tapis. Le 4 novembre 1904, le général André, ministre de la Guerre dans le gouvernement d'Émile Combes, est giflé à la Chambre par le député nationaliste Syveton.

L'incident porte à son paroxysme le conflit entre l'Église et le gouvernement de la IIIe République, que d'aucuns qualifient de «république des francs-maçons» (on évalue à 30.000 le nombre de francs-maçons dans les instances politiques parmi lesquels 250 députés, 200 sénateurs et un grand nombre d'instituteurs). De la liberté d'association à l'intolérance Le 1er juillet 1901, le président du Conseil Pierre Waldeck-Rousseau a fait voter une loi sur les associations encore bien connue de tous les créateurs d'associations sans but lucratif. Cette loi établit la liberté d'association mais son article 13 fait une exception pour les congrégations religieuses en soumettant leur création à une autorisation préalable. C'est la voie ouverte à tous les excès. Il est élu au Sénat, qu'il lui arrive de comparer à un «couvent bien tenu». [Herodote.net] Rencontre avec l'historien et anthropologue Emmanuel Todd. 22 septembre 2012 - Charlie Hebdo, Don Camillo et Peppone.

Charlie Hebdo est un hebdomadaire satirique français qui eut son heure de gloire après Mai-68.

22 septembre 2012 - Charlie Hebdo, Don Camillo et Peppone

En publiant des caricatures de Mahomet, le prophète de l’islam, après les événements tragiques de Benghazi et Tunis, le voilà qui fait à nouveau la Une des médias... Les rédacteurs de l’hebdomadaire satirique sont de sympathiques anarchistes qui clament leur athéisme et leur volonté d’en découdre avec les culs-bénits de toutes obédiences. Ils en appellent à la liberté d’expression, rejoints en cela par la plupart de leurs confrères et des citoyens français. Reste qu’ils se trompent d’époque et de combat. Ils se croient encore au temps de Don Camillo et Peppone, populaires personnages de roman et de cinéma des années 1950, l’un curé, l’autre maire communiste dans le même village, toujours en train de se quereller mais sans jamais sortir d'une complicité de bon aloi. La caricature moins efficace que l'intelligence Nous aussi acceptons des limites à la liberté d'expression Joseph Savès.