background preloader

Solutions

Facebook Twitter

L’absurde tour du monde des coquilles Saint-Jacques bretonnes. Que deviennent les millions de coquilles vides des Saint-Jacques bretonnes, une fois décortiquées ?

L’absurde tour du monde des coquilles Saint-Jacques bretonnes

Le Télégramme nous apprend qu'une grande partie d'entre elles est envoyée au nettoyage... en Chine. Avant de revenir en Bretagne, pour être garnies. Le quotidien breton s'intéresse précisément aux coquilles issues de l'usine de décorticage Celtarmor, à Saint-Quay-Portrieux, qui les envoie par cargo à l'autre bout du monde. Pour "une question de coût", explique Georges Brézellec, vice-président de la Cobrenord, une coopérative qui détient 40 % de l'usine. Un pêcheur de coquilles Saint-Jacques au large de Quiberon. Une situation absurde à laquelle compte remédier la communauté de communes du Sud-Goëlo, avec le concours de Celtarmor. L'idée, encore en discussion, serait d'y faire travailler des personnes en situation de handicap, ce qui permettrait de remplir une mission sociale tout en réduisant les coûts d'exploitation. Signaler ce contenu comme inapproprié. Le système « zéro déchet » de San Francisco en 7 questions.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard San Francisco s'est engagée en 2002 à parvenir au « zéro déchet » d'ici à 2020.

Le système « zéro déchet » de San Francisco en 7 questions

La ville californienne a depuis pris une série de mesures et dépasse désormais les 80 % de détritus recyclés ou compostés. >> Lire le reportage : Comment San Francisco s'approche du « zéro déchet » 1. Que signifie « zéro déchet » ? L'objectif adopté par San Francisco est de parvenir à zéro déchet envoyé en décharge ou en incinérateur, soit 100 % de ses détritus recyclés ou compostés. 2. L'initiative a de multiples implications pour les San Franciscains. 3. Cela fait certes une poubelle de plus, mais la taille peut être différente.

La poubelle des déchets organiques peut elle aussi ne pas être trop grande : mieux vaut la vider régulièrement pour qu'elle ne sente pas. Puisqu'il est compliqué de faire payer chaque habitation en fonction du poids de déchets généré, San Francisco a mis en place un système incitant financièrement à recycler et composter.

Le plan d'Anne Hidalgo pour réduire la pollution à Paris. Comment San Francisco s'approche du « zéro déchet » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard (San Francisco, envoyé spécial) Le soleil n'est pas encore levé qu'un étrange ballet commence.

Comment San Francisco s'approche du « zéro déchet »

Chacun à leur tour, des dizaines de camions viennent déverser des tonnes et des tonnes de restes de nourriture, d'herbe coupée, de branchages. Un mois plus tard, ces déchets organiques ressortiront sous la forme d'un riche compost aussi fin que du sable. Ici, à Vacaville, à une heure de route au nord de San Francisco, se joue quotidiennement une partie essentielle de l'objectif que s'est fixé la ville californienne : parvenir, d'ici à 2020, à zéro déchet non recyclé ou composté, évitant ainsi d'utiliser des décharges ou des incinérateurs, très polluants.

Pour parvenir à ce but jamais atteint par une aussi grande ville dans le monde, San Francisco fait preuve de volontarisme politique et multiplie les initiatives législatives. Lire le détail : L'arsenal législatif de San Francisco pour arriver au « zéro déchet » Mais tout cela ne suffit pas. 6.La tragédie électronique. Pourquoi recycler les DEEE ?

6.La tragédie électronique

1. Pour dépolluer, préserver l'environnement et notre santé Les DEEE contiennent des matières dangereuses pour la santé et l’environnement (métaux lourds qui polluent les sols et les eaux, PCB dont la combustion est cancérigène, gaz contenus dans les réfrigérateurs attaquant la couche d’ozone…). Les gaz utilisés dans les vieux réfrigérateurs ont un pouvoir réchauffant global 6000 fois plus important que celui du CO2. La dépollution passe par des installations adaptées et nécessite des équipements spécialisés et des procédés industriels spécialisés. 2. Le tri des DEEE est indispensable car ceux-ci ne peuvent pas être traités et valorisés s’ils sont mélangés à des déchets d’autres natures. 3.

Le recyclage des DEEE permet de séparer et de valoriser des matériaux qui peuvent être réutilisées (métaux, plastiques, verre…). A partir de 50 000 téléphones portables, 1 kg d’or et 10 kg d’argent peuvent être extraits, d’une valeur avoisinant les 40 000 euros.