background preloader

Construction

Facebook Twitter

Construire des maisons avec son imprimante?...

Un projet français de maisons imprimées en 3D. 03fév2015 Si la construction de bâtiments par impression 3D a pendant longtemps été un fantasme, le développement à grande vitesse de cette technologie a mis fin à cette arlésienne.

Un projet français de maisons imprimées en 3D

Après le chinois Winsun, l’américain Contour Crafting ou encore le Slovénien BetAbram, c’est au tour du français Machines-3D d’avancer ses pions et de lancer son propre projet d’imprimante 3D pour maison. Plus connue pour son activité de distribution d’imprimantes 3D et de produits associés (scanner, consommables…), cette start-up fondée il y a 3 ans vise désormais plus haut en s’attaquant cette fois-ci au BTP.

Forte de son savoir faire et du réseau de ces gérants dans ce secteur, Machines-3D et le designer belge Gaël Collaro, ont donné naissance au projet Construction 3D. Un programme collaboratif open source destiné à réunir les différents acteurs de ce domaine, pour un habitat novateur à la fois social et écologique. Le premier immeuble imprimé en 3D. WinSun, une société de BTP chinoise, a présenté un immeuble de 5 étages ainsi qu'une villa de 1100 m² entièrement imprimés en 3D.

Le premier immeuble imprimé en 3D

Le résultat est plutôt bluffant, les économies également. WinSun avait annoncé en mars dernier avoir créé par impression 3D pas moins de 10 maisons en 24 heures. Une performance qui laissait entrevoir une belle histoire d'amour entre la construction de bâtiments et l'impression 3D. La Canal House imprimée en 3D avance petit à petit. Nous vous parlions du projet de la société DUS Architect de construire une Canal House imprimée en 3D à Amsterdam.

La Canal House imprimée en 3D avance petit à petit

Ce projet a pour but de réaliser une première, et le chantier est transformé en lieu à visiter. Vous pouvez payer votre entrée et aller visiter l’endroit, et voir l’imprimante 3D, une gigantesque machine appelée la Kamer Maker, impriméer en 3D des pièces de 2m * 2m * 3,5m. La société DUS Architect vient de mettre en ligne la video (accélérée) montrant l’impression du second bloc de la maison. Ainsi le chantier avance petit à petit, au rythme des capacités de leur Kamer Maker. Le chantier devrait certainement durer encore de nombreux mois. Un géant du BTP se lance dans l'impression 3D de béton. Skanska, le géant suédois de la construction, annonce avoir signé un accord avec l’université britannique de Loughborough pour le développement et la commercialisation d’un robot capable d’imprimer en 3D à partir de béton.

Un géant du BTP se lance dans l'impression 3D de béton

En 2010, un premier bloc, prenant la forme d’un banc, fut imprimé en 3D et présenté par l’université de Loughborough Le projet dénommée Freeform Construction prendra part aux travaux menés depuis 2007 par Richard Buswell et Simon Austin, tous deux chercheurs au sein du laboratoire IMCRC (pour Innovative Manufacturing and Construction Research Centre) de l’université Loughborough. Depuis 7 ans, l’équipe de scientifique développe un procédé reposant sur la déposition successives de couches de béton à partir de plans créés par ordinateur. D’ici quelques mois, le robot devrait être capable de concevoir des blocs d’un volume de 2 x 2,5 x 5 mètres.

L’imprimante 3D de chantier va-t-elle bientôt remplacer les entreprises de BTP ? - Projets. Architectes et ingénieurs s’activent pour être les premiers à imprimer intégralement un bâtiment.

L’imprimante 3D de chantier va-t-elle bientôt remplacer les entreprises de BTP ? - Projets

Coffrage et échafaudage rimeront-ils bientôt avec moyen-âge ? Il y a quelques mois, dans un jardin d’un lotissement du Minnesota a surgi, en quelques jours un château médiéval. Cette copie haute de deux étages a été réalisée grâce à une imprimante 3D faite maison. « Le problème que je rencontre, à ce jour, se situe au niveau de la buse de la tête d’impression. L’éjection du béton – matériau visqueux – doit être améliorée», explique l’inventeur qui, fort de son exploit réalisé à domicile, lance aujourd’hui un appel aux architectes et ingénieurs qui souhaitent l’accompagner dans la poursuite de son « rêve d’enfant » : imprimer des bâtiments.

Cet Américain n’est pas le seul à qui l’impression 3D fait tourner la tête. La fin des gigots bitumes « L’industrie du bâtiment est tributaire des interventions manuelles. Plombiers et électriciens subiront-ils le même sort que les aiguiseurs de couteaux ? Des structures résistantes aux tremblements de terre et imprimées en 3D. Emerging Objects est une société californienne spécialisée dans la recherche de structures imprimées en 3D pour l’architecture mais aussi le développement de matériaux d’impression à base de ciment, de bois ou de sel.

Des structures résistantes aux tremblements de terre et imprimées en 3D

Reposant sur des techniques de maçonnerie vieilles de plusieurs centaines d’années, les ingénieurs d’Emerging Objects ont récemment mis au point une structure innovante capable de résister aux fortes secousses des tremblements de terre. La structure en forme de colonne dénommée Quake, inclut une dizaine de briques imbriquées les unes entre les autres et imprimées en 3D à base de ciment. La société a eu recours aux imprimantes 3D du fabricant américain ExOne pour fabriquer les différents blocs qui ont ensuite été assemblés à la manière d’un puzzle en trois dimensions. En plus d’être numérotée, chaque brique possède sa propre poignée pour faciliter son placement. Voici un avant-goût de la façon dont l’impression 3D va révolutionner l’architecture de demain. Impression 3D: ce petit robot peut imprimer une maison en béton de n'importe quelle échelle. TECHNO - L'un des principaux défis dans le développement de l'impression 3D appliquée à l'architecture reste la question de l'échelle.

Impression 3D: ce petit robot peut imprimer une maison en béton de n'importe quelle échelle

Considérant les limites actuelles sur la taille des imprimantes 3D, l'Institut d'Architecture Avancée de Catalogne (ACSI) a développé une famille de trois petits robots mobiles qui, ensemble, peuvent imprimer une structure de n'importe quelle taille. Ces trois robots travaillent l'un après l'autre: le premier façonne la base, déposant une dizaine de couches de marbre artificiel; le deuxième construit la coque et le reste de la structure; enfin, le troisième -l'aspirateur- renforce les différentes couches là où c'est nécessaire (voir la vidéo en haut de l'article). Chaque robot est relié à des capteurs et un système de positionnement local, qui se nourrissent des données en direct dans un logiciel personnalisé, et qui permet à l'opérateur de contrôler le mouvement des robots. En partenariat avec ArchDaily. L’imprimante 3D joue les maçons. Des briques en sortie d’imprimante !

L’imprimante 3D joue les maçons

De plus, elles sont conçues pour s’assembler sans mortier, et la conception de l’ouvrage sur ordinateur permet d’optimiser localement leur géométrie et leur épaisseur. "Bricks and mortar" (briques et mortier). L’expression a beaucoup servi pour désigner les activités traditionnelles de production et de vente, face au développement du commerce électronique et autres services numériques. Des chercheurs de l’université Cornell (Etats-Unis) ont choisi, eux, d’utiliser la conception numérique pour fabriquer des briques. Mais sans mortier. Car leur système de construction, Polybricks, est basé sur des composants en céramique fabriqués par une imprimante 3D à jet d’encre, et conçus sur ordinateur de manière à s’assembler sans mortier : les "briques" s’assemblent et se bloquent les unes les autres par gravité.

Ils ont utilisé une imprimante 3D à jet d’encre du marché, mais alimentée par une poudre élaborée selon leur propre recette. Thierry Lucas.