background preloader

Articles de référence

Facebook Twitter

FADBEN. Sur une maîtrise des littératies et de la capacité de lecture et d’écriture.

FADBEN

Nulle révolution ici, si ce n’est que ces capacités s’exercent sur une variété de documents de plus en plus importante. Les productions transmedia (qui mêlent divers types de sources et de formes de documents) nécessitent la voie d’une translittératie - [6]. Mais, quel que soit le support, il s’agit toujours d’analyser des documents et des textes (au sens de Jeanneret pour qui le texte est ce qui nécessite une lecture, cela peut donc être également une image ou une vidéo).

Il s’agit de faire preuve d’un esprit de synthèse qui puisse éventuellement déboucher sur une production démontrant ce travail d’analyse qui peut alors servir également au collectif. Si bien que pédagogiquement, s’il ne devait y avoir qu’une seule voie pour la curation, c’est bien celle de l’analyse documentaire. Mais il apparait essentiel que toute production documentaire soit aussi réalisée en fonction de destinataires potentiels.

La veille informationnelle « skell7. Questions sur la veille : comprendre ce qu’est la veille,quels en sont les enjeux ?

La veille informationnelle « skell7

Sur quels outils peut-on s’appuyer ? Organiser une veille informationnelle Nous avons avec la diapo intitulée "Les axes de la veille documentaire", notre méthodologie pour mettre en place cette veille. Il faut bien sûr savoir pour qui on effectue une veille : je distingue donc la veille personnelle, que je qualifierai de veille professionnelle, de la veille mise en œuvre pour notre public (enseignants et élèves) : Mettre en place sa veille informationnelle simplement, voici une présentation simple des outils les plus courants : voici des outils à tester : DeliciousDiigoGoogle readerNetvibesPearltrees Des conseils pour le bon sens Se former à la veille informationnelle (d’après les travaux de Noël Uguen) Une enquête menée en 2010 a montré des besoins en termes de dispositifs d’auto-formation à la veille informationnelle (seuls 30 % d’entre nous effectuent une veille régulière).

Articles secondaires

JASIST_final_for-submission_after-revisions. [hal-00651333, v1] Curation sociale et agents-facilitateurs : Quel(s) impact(s)sur les stratégies d'information et de communication des organisations sur le web ? [hal-00600995, v1] Veille stratégique et internet participatif : les usages des agents-facilitateurs remettent-ils en question le concept de signal faible ? Liu.IV.20101. Revue Documentaliste-Sciences de l'Information 2012/1, La curation - Cairn.info. Veille et curation : Méthodologie de projet en 6 étapes. Jean-Christophe Dichant, éditeur et expert en gestion de contenu Web, a récemment consacré sur son blog un dossier complet à la méthodologie de veille et de la curation, un processus ordonné basé sur l’expérience professionnelle de l’auteur.

Veille et curation : Méthodologie de projet en 6 étapes

L’objectif est aussi bien de formaliser une démarche de veille et de curation que de se familiariser avec des outils en ligne pertinents à utiliser qui font gagner du temps et satisfont à ses thématiques de prédilection pour une collecte d’informations et leur diffusion. Méthodologie de curation de contenus Rappelons que la curation de contenus « consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné ». C’est par la pratique, avec astuces et conseils, que Jean-Christophe Dichant accompagne les internautes dans une approche projet cohérente en 6 articles explicatifs ; des tutoriels qui apposent un sens à la démarche et un apprentissage pas-à-pas des outils présentés. 1. 2. 3. 4. 5. 6.

Outils de recherche et de veille sur l'actualité (news, médias sociaux...) COSSI_SignalFaible_AgentsFacilitateurs_Alloing-DeschampsV2.pdf (Objet application/pdf) Des solutions de curation — éduscol, le site des professionnels de l'éducation. Media011_CurationSociale_AlloingCamille_VDef.pdf (Objet application/pdf) Le « social bookmarking » : une pratique incontournable. Par Anne Delannoy A l’heure où la profession se questionne sur la place et la mise à disposition des ressources numériques en ligne, il nous a semblé nécessaire de faire le point sur le “social bookmarking” traduit en français par partage de signets, de favoris ou de marques-pages.

Le « social bookmarking » : une pratique incontournable

Cette pratique permet de sélectionner, d’archiver et de partager des ressources. Diigo, Delicious, Pearltrees mais aussi Zotero sont des exemples de plateformes internet qui permettent ces usages, certaines comme Diigo offrent de nombreuses fonctionnalités qui les rendent très complets. Les signets sont des pages ou des sites internet que nous souhaitons enregistrer pour pouvoir y accéder ultérieurement. Contrairement aux signets classiques enregistrés dans son navigateur ou dans l’ENT, le partage de signets en ligne offre plusieurs avantages dont le nomadisme (il est possible de consulter ses signets depuis n’importe quel poste ou appareil mobile) et le partage avec un réseau professionnel. Est large.