background preloader

Blog de guillaume

Facebook Twitter

Docker comme solution de virtualisation : les volumes. Suite de ma série d’articles sur Docker.

Docker comme solution de virtualisation : les volumes

Cette fois on délaisse la dockérisation de Sonerezh pour se concentrer sur les volumes. Précédemment nous avons vu comment lier des containers entre eux pour les faire communiquer facilement. L’exemple étant de faire communiquer un container MariaDB avec un container Sonerezh. En effet, la philosophie de Docker nous dit qu’un conteneur égal une application ou un service. Hors de question alors d’embarquer MariaDB, Apache et Sonerezh dans le même conteneur. Ces containers sont volatiles et doivent en tout cas être conçus pour l’être. Tout cela, Docker le gère à travers ce qui s’appelle les volumes de données. Qu’est-ce que les volumes de données Docker ? C’est tout simplement un dossier un peu spécial qui outrepasse la couche UnionFS de nos containers et permet le partage de données entre un ou plusieurs containers, et la persistance de celles-ci.

Les volumes sont initialisés à la création du container. Ajouter un volume de données Pas mal non ? Docker comme solution de virtualisation : les liaisons. Docker comme solution de virtualisation : les commits. Docker comme solution de virtualisation : les conteneurs. Bienvenue dans la troisième partie de mes articles nous emmenant à la découverte de Docker !

Docker comme solution de virtualisation : les conteneurs

Après avoir expliqué ce qu’est Docker, nous avions récupéré notre première image et joué avec. Cette image était d’ailleurs une image d’Ubuntu. Mais nous n’étions pas allés très loin et c’est dans ce troisième article que nous allons vraiment comprendre l’intérêt de Docker : lancer des conteneurs pour exécuter des applications. Préparation Voilà donc où nous en étions : Sauf que finalement nous n’allons pas travailler sur une image d’Ubuntu, mais plutôt de Debian. Plutôt que de travailler avec une image d’Ubuntu, je vais lui préférer une image de Debian, deux fois moins lourde. Manipulation de nos premiers conteneurs Mais au fait, c’est quoi déjà un conteneur ?

Pas de panique c’est très simple : un conteneur est une instance active d’une image. Félicitation, vous avez lancé votre premier conteneur ! Mais que s’est-il passé ? Qu’est-il arrivé à notre conteneur ensuite ? Essayons autre chose : Exactement ! Docker comme solution de virtualisation : installation. On va même aller un peu plus loin parce que l’installation est un peu trop facile… Bienvenue dans la deuxième partie de ma série d’articles sur Docker !

Docker comme solution de virtualisation : installation

Rappelez-vous la dernière fois nous avions fait un peu de théorie. On va maintenant utiliser nos petites mimines et commencer à jouer avec les images Docker. Mas avant, installation. Comme d’habitude, je travaille sur la dernière version stable de Debian (7.8 aujourd’hui), en machine virtuelle et fraîchement installée. Installation de Docker Ici pas de secret, il suffit de suivre les instructions proposées par le site officiel. Pour cela il suffit d’éditer le fichier /etc/apt/sources.list, et d’y ajouter : On enregistre, puis : Redémarrons pour que le nouveau noyau soit chargé.

Exécuter Docker sans les droits root La documentation nous indique que le daemon Docker tourne toujours avec l’utilisateur root, et qu’il se connecte à un socket Unix en lieu et place d’un socket TCP. Alors, c’était dur ? Docker comme solution de virtualisation : théorie. Ça fait un petit moment maintenant que l’on entend un peu partout parler de la plateforme de virtualisation révolutionnaire qu’est Docker.

Docker comme solution de virtualisation : théorie

Tellement qu’OVH va même la proposer sur son cloud (ou la propose déjà ?) Via sa filiale RunAbove. En tant que passionné je ne pouvais pas passer à côté de cette techno, et je ne pouvais pas non plus m’empêcher de partager tout cela avec vous. Je vous propose donc de découvrir Docker et ce que nous allons pouvoir faire avec, et on commence aujourd’hui avec un peu de théorie. Docker est donc une plateforme de virtualisation par conteneur qui, contrairement à la virtualisation sur hyperviseur où vous devez créer de nouvelles machines complètes pour isoler celles-ci les unes des autres et s’assurer de leur indépendance, va vous permettre de créer des conteneurs qui vont uniquement contenir votre ou vos applications. Allez, comme c’est toujours plus facile en image, voici deux beaux schémas ! Docker simplifie l’utilisation d’outils existants À bientôt 😉