background preloader

Publications/revues

Facebook Twitter

Publications et communications scientifiques. Publier pendant et après la thèse. 1L’écriture en sciences sociales et, plus particulièrement, celle de la thèse de doctorat a donné lieu, ces dernières années, à des ouvrages relatant, sous la forme principalement du témoignage, des expériences en matière d’encadrement de professeurs chevronnés suivant (ou ayant suivi) des étudiants inscrits en thèse. Claudine Herzlich, auteur de Réussir sa thèse en sciences sociales1 ou Howard S. Becker, qui a publié, en version française, un ouvrage intitulé Ecrire les sciences sociales2, ont ainsi fourni deux importantes contributions en ce domaine. Toutefois, une réflexion concernant précisément les stratégies de publication pouvant être développées durant la thèse et pendant la période qui fait suite à sa soutenance fait, à notre connaissance, aujourd’hui encore, largement défaut. La conception conjointe des parties de thèse et des articles 4Il serait maladroit, car peu réaliste, de vouloir publier un article de synthèse sur sa thèse avant la soutenance de celle-ci.

I. II. III. Assurer sa visibilité de jeune chercheur | ENthèSe – Ressources pour la thèse. Pour la 2e année consécutive se tenait le 4 avril dernier la Journée pour l’Emploi des Docteurs en SHS, organisée par l’Université de Lyon, les Universités Lyon 2 et Lyon 3, ainsi que les associations ENthèSe et Têtes Chercheuses. Les participants ont pu profiter de simulations d’entretiens, suivre des ateliers de valorisation de leurs compétences ou d’aide à la création d’entreprises, qui se déroulaient parallèlement aux tables rondes.

Parmi les témoignages de docteurs, des recommandations d’entrepreneurs ou de cadres de la fonction publique, qui s’y sont succédés, on signalera ici l’intervention d’Evelyne Jardin[1]. Dans une société 2.0, être présent sur le web est indispensable. « Tout est web à l’heure actuelle. Si vous n’êtes pas présents, vous n’existez pas. »[2] Enfin, pas tout à fait… Il importe de vérifier régulièrement sa présence sur le web, en recherchant son patronyme sur les moteurs de recherche Google, Yahoo, Bing ou Qwant. Plébisciter les réseaux sociaux de la recherche.