background preloader

Histoire options

Facebook Twitter

Séminaire « Acquis des élèves et pratiques d'enseignement en histoire-géographie et éducation civique » - Comment l'histoire et la géographie sont-elles enseignées à l'école primaire ? Constat et évolution en cours. Philippe Claus, inspecteur général de l'Éducation nationale, groupe du premier degré Au cours des dernières années scolaires les inspecteurs généraux et les inspecteurs de l'Éducation nationale ont observés la mise en œuvre, au cycle 3, des programmes de 2002.

Séminaire « Acquis des élèves et pratiques d'enseignement en histoire-géographie et éducation civique » - Comment l'histoire et la géographie sont-elles enseignées à l'école primaire ? Constat et évolution en cours

Les lignes qui suivent dressent le bilan de ces observations et proposent quelques perspectives. L'histoire et la géographie ne sont enseignées, comme telles, qu'au cours des trois années du cycle 3. Les enseignements dispensés dans le cadre du domaine "connaissance du monde", au cours du cycle 2 et à l'école maternelle qui préparent bien à la compréhension de l'histoire et de la géographie, ils ne sont pas analysés ici. Un constat en demi-teinte Tous les observateurs ont pu constater que ces disciplines étaient enseignées plus systématiquement que par le passé, même si les horaires et les programmes n'étaient pas totalement respectés.

Une histoire de l'outre-mer : L'héritage colonial. Un monument musical à la mémoire des ancêtres esclaves : le maloya (île de la Réunion) « Maty indray mandeha zaka ihany : maty indroa tsy laitra »(« Mourir une fois on le supporte, mourir deux fois est intolérable ») Proverbe malgache « Raconter ou chanter l’histoire entraîne de terribles dangers ; mais ne pas la raconter ni la chanter entraînerait la perte définitive du savoir » (Price, 1994 : 42). 1Lorsqu’en 2005 je demandais à Madame Baba, âgée de 87 ans, de raconter comment elle avait appris ou composé les chants qu’elle enregistra en 1998 pour l’anthologie Bourbon maloya1, ce monument discographique sans précédent réalisé pour le 150e anniversaire de l’accession des esclaves à la citoyenneté, elle se mit à évoquer longuement ses souvenirs de travaux agricoles dans les champs de canne à sucre et les circonstances dans lesquelles, à peine âgée d’une dizaine d’années, elle recevait des coups de sabouk (fouet) après que la cloche de l’Habitation2 ait sonnée. « Gratter, couper la canne, tout ça pour une misère : l’esclavage c’était dur !

Un monument musical à la mémoire des ancêtres esclaves : le maloya (île de la Réunion)

« Mes parents étaient communistes. L'esclavage. Les débuts de l'esclavage. [Site du CNMHE, Comité national pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage] L'esclavage - Anthologie. Glossaire : les mots de l'esclavage. Publié le 29-03-2013 - Mis à jour le 17-09-2015 Code noir C'est un recueil d'une soixantaine d'articles promulgués en 1685 sous le règne de Louis XIV.

Glossaire : les mots de l'esclavage

Il rassemble toutes les dispositions réglant la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises des Antilles et de Guyane. Il a servi de modèle à d'autres règlements utilisés dans d'autres colonies européennes. Comité Pour la Mémoire de l'Esclavage (CPME) Institué le 5 janvier 2004, le CPME a eu pour mission de proposer la date de la commémoration annuelle en France métropolitaine (le 10 mai) puis d'établir l'identification des lieux de célébration et de mémoire sur l'ensemble du territoire national.

Congrès de Vienne Le Congrès de Vienne s'est tenu du 1er octobre 1814 au 9 juin 1815. Départementalisation Est appelée départementalisation la transformation d'un territoire en département. Loi Taubira. Révoltes armées d'esclaves en Guyane. Contexte historique La région des Guyanes, et particulièrement la colonie hollandaise qui rassemble près de 50 000 esclaves, se caractérise par des révoltes incessantes et de grande ampleur.

Révoltes armées d'esclaves en Guyane

Mis en échec, le Gouvernement de Surinam a pour seule solution de conclure des traités reconnaissant comme peuples libres deux groupes d’esclaves rebelles, les Njuka (1760) et Saramaka (1762) qui s’établissent au-delà de la zone de colonisation. Sur le territoire français voisin, où ces événements ne sont pas sans répercussion, les esclaves bien moins nombreux se constituent aussi en bande pour fuir les plantations, créer de petites sociétés indépendantes et lutter contre la répression qui s’abat sur eux. Le phénomène du « grand marronnage » représente la remise en cause la plus radicale que les esclaves opposent au système esclavagiste qui fonde l’existence même de ces colonies.

Analyse des images Marche à travers un marais de Guyane Nègre suspendu vivant, par les côtes. Le marronnage. Contexte historique Le marronnage, résistance à l’esclavage La fuite hors des espaces contrôlés par les maîtres est facilitée en Guyane par la géographie qui fait voisiner les habitations, vastes exploitations agricoles où est concentrée la main d’œuvre servile, avec l’univers, alors infini, de la forêt amazonienne.

Le marronnage

Les esclaves, soumis à une contrainte permanente dans les habitations, sont partagés entre le grand atelier qui regroupe les hommes et les femmes employés aux travaux les plus rudes (défrichage, terrassement, plantation) et le petit atelier où sont rassemblés, pour les tâches plus légères, les femmes enceintes, les plus âgés et les enfants. Tous les détails de leur existence sont régis par la « police des ateliers » qui autorise aussi le maître à pratiquer le droit de correction pour punir les délits et manquements. Le marronnage est, selon le Code noir, puni par la mutilation puis par la mort à la troisième récidive. Analyse des images. Ruptures postcoloniales - Achille MBEMBE, Ahmed BOUBEKER, Françoise VERGÈS, Florence BERNAULT, Nicolas BANCEL, Pascal BLANCHARD. Comment penser la France d'aujourd'hui sans verser dans la nostalgie à l'égard de sa mythique grandeur passée, et comment construire un nouveau « vivre ensemble » ?

Ruptures postcoloniales - Achille MBEMBE, Ahmed BOUBEKER, Françoise VERGÈS, Florence BERNAULT, Nicolas BANCEL, Pascal BLANCHARD

De quelle manière sortir des pièges de l'identité nationale et des fantasmes sur les dangers de l'immigration ? Comment penser les relations de la France dans le monde postcolonial, alors que le continent africain fête les cinquante ans d'indépendance des anciennes colonies françaises, que les territoires des outre-mers réclament de nouveaux rôles dans la République et que de nouveaux centres et périphéries émergent ? Prolongeant le tableau dressé en 2005 dans La Fracture coloniale (également paru à La Découverte), les auteurs de ce livre apportent un éclairage original sur les courant encore mal connus en France des post-colonial et subaltern studies. De l'esclavage aux réparations / les textes clés d'hier à aujourd'hui, Louis-Georges Tin, Petits Matins, Essais, 9782363830708.

Ressources pour traiter de l'esclavage et de son abolition. Parcours : L'esclavage.