background preloader

Medecine antique

Facebook Twitter

Grèce antique. La Grèce antique. " Je d'administrerai de poison à personne, si on m'en demande ; de même, aucune femme ne recevra de moi un pessaire abortif.

la Grèce antique

Dans quelque maison que je pénètre, j'y entrerai pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons libres ou esclaves. " Une pratique religieuse L'exercice de la médecine est intimement lié au culte du dieu de la médecine, Asclépios. Haut de page Emancipation de la médecine Elle fait véritablement apparition à la période classique. " Je jure par Apollon médecin, par Esculape, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin, que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l'engagement suivants La médecine dans la vie quotidienne Il y a de nombreux médecins privés. Les grandes écoles de médecine sont celles de Crotone, Cyrène, Rhodes, et surtout de Cos et de Cnide !

Démocédès de Crotone (521/483) Hippocrate, père de la médecine. Médecine en Grèce antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Médecine en Grèce antique

Probablement inspirée par la médecine égyptienne, la médecine en Grèce antique est censée remonter à l'époque homérique. Elle ne prend toutefois son véritable essor qu'au Ve siècle av. J. -C. avec Hippocrate. Médecine et épopée[modifier | modifier le code] La médecine est déjà reconnue comme un art à part entière : « Un médecin, à lui tout seul, vaut beaucoup d'hommes[3] », déclare Idoménée à propos de Machaon — formule qui deviendra proverbiale[4]. L’Odyssée connaît des médecins de profession : le porcher Eumée cite le médecin (ἰατήρ / iatếr, littéralement « celui qui soigne ») comme faisant partie des « artisans qui rendent service à tous[7] », à l'instar du couvreur ou de l'aède, mais aussi du devin. Médecine et religion[modifier | modifier le code] Le traitement n'est pas gratuit : ainsi, à Oropos, le sanctuaire réclame une ἐπαρχή / eparkhế ou taxe de consultation à tout visiteur désirant se faire soigner.

Rome antique. Médecine et Chirurgie Romaine. 450px-Rimini219. Médecine durant l'Antiquité romaine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Médecine durant l'Antiquité romaine

Statue symbolique d'Asclépios tenant son bâton. Dans des périodes postérieures, il a été confondu avec le caducée, qui est entouré de deux serpents. Le serpent pouvait être à l'origine un ver parasite que l'on retire avec un bâton. Le serpent a joué un rôle comme symbole curatif dans rituel romain, ce symbole étant un symbole propice dans la préhistoire. La médecine de la Rome antique hérite directement de la Médecine en Grèce antique. La médecine de l’époque pouvait s'avérer efficace lorsqu'elle était pratiquée par des maîtres bien formés et pratiquant parfois des spécialités comme l’ophtalmologie et l’urologie et les chirurgiens romains disposaient d’une trousse à outils contenant des pinces, des scalpels, des cathéters et des extracteurs de flèche. Peinture romaine; intervention chirurgicale sur Énée; « maison du chirurgien » ; à Rimini (Italie); milieu du IIIe siècle. L’origine grecque[modifier | modifier le code] Médecine romaine.