Article qui font reflechir

Facebook Twitter
Email Pyramide du référencement Suite à plusieurs demandes de lecteurs, voici un petit dico pour expliquer certaines termes techniques abscons que l’on retrouve sur la pyramide SEO. Si d’autres termes ont besoin d’être expliqués, merci de m’en faire part en commentaires.

Explications sur la pyramide du référencement | Christophe BENOIT

Explications sur la pyramide du référencement | Christophe BENOIT
Facebook offers a great platform for you to develop stronger relationships with your fans and customers, but not all Facebook Fan Pages are alike. Fan Pages in the same industry with the same number of fans can have vastly different communities based on how those pages engage with fans. The steps you take in building these relationships is key. Making small changes to your strategy can result in successful marketing and social commerce campaigns. So what are the basic keys to managing a Facebook Fan Page? How can you make this a powerful platform to build loyalty, spread marketing messages, and generate sales? Fan Pages: It's All About Engagement Fan Pages: It's All About Engagement
Un avec des membres qui s’inscrivent pour participer (comme un forum par exemple) est un site web qui peut avoir énormément de potentiel. Néanmoins il faut savoir monétiser ce genre de site tout en évitant de frustrer les membres inscrits et de freiner les inscriptions, bref il y a un . Les caractéristiques d’un site communautaire Tout d’abord un site communautaire doit ! Comment monétiser un site communautaire ? | @Aventure_Perso Comment monétiser un site communautaire ? | @Aventure_Perso
The Validation Era - Steve Rubel The Validation Era - Steve Rubel The Clip Report: An eBook on the Future of Media In the early 1990s when I began my career in PR there were clip reports. These were physical books that contained press clips. It seems downright archaic now but that’s how I learned about the press - by cutting, pasting up and photocopying clippings.
Chaque mois, « Infolab » traitera d’une grande thématique autour des enjeux de l’information. Nous continuons le projet en nous focalisant ce mois-ci sur les aspects générationnels (l’étude a démontré que la notion de « génération Y » était a minima très contestable) et les nouvelles responsabilités en cours pour les médias vis-à-vis du traitement de l’information. Quatrième contribution de ce thème par le laboratoire d’études et de communication digitale Curiouser, emmené de mains de maîtres par Cyril Rimbaud et Maud Serpin La crise de l'attention à l'heure d'internet | Infolab La crise de l'attention à l'heure d'internet | Infolab
Comprendre Facebook (1/3) : Le rôle social du bavardage Par Hubert Guillaud le 15/03/11 | 19 commentaires | 19,091 lectures | Impression On le sait depuis longtemps. Accéder à un service, ne signifie par pour autant savoir l’utiliser, le comprendre, ni même le maîtriser suffisamment pour être capable d’innover, de créer avec. Les outils numériques sont familiers de ces cloisonnements.

Comprendre Facebook (1/3) : Le rôle social du bavardage

Tout comprendre des QR Codes Le B2B a toujours été le parent pauvre des publications sur les stratégies digitales. Considéré comme “ennuyeux” et pas très moderne, on lui préfère toujours le B2C et les marques sexy (Nike, adidas….) en général. Toutefois, la majorité des entreprises sont B2B mais surtout, dans ma perspective elles ont une avance certaine sur les entreprises B2C car elles donnent beaucoup plus de considération au client.

Tout comprendre des QR Codes

Tendance #11 : #brandcontent En 2011, la denrée rare du marketing sera plus que jamais l’attention des consommateurs. Après des années de culture intensive à grands renforts de publicité, il s’agira, pour chaque annonceur, de renouveler ses méthodes en prouvant tout à la fois sa capacité de divertissement, son utilité ou sa compréhension des nouvelles attentes d’un public toujours plus volatile. Le brand love, ne plus payer ? Le discours est désormais bien rodé et le constat bien ancré : 2010 aura consacré la mort du marketing interruptif, définitivement mal-adapté à la nouvelle société de conversation. Tendance #11 : #brandcontent

Les 5 piliers de l'influence sur Internet

Je crois qu'avec le mot "e-reputation", le terme "influence" fait partie des buzzwords (Les buzzwords sont à la mode) les plus utilisés par les agences pour vendre tout et n'importe quoi comme opération. Si chacun peut être le con de quelqu'un, chacun quelque-soit son niveau a un cercle d'influence (à comprendre peut influencer et se faire influencé). C'est un fait : Internet n'est plus un média où les marques doivent rechercher de l'audience et de l'attention qu'elles perdent sur d'autres canaux de communication,mais bien un média d'influence qui implique un ensemble de démarches et de postures conversationnelles auprès de différentes cibles. David Armano proposait récemment 6 piliers de l'influence. Je pense que l'on peut en retenir 5 (ce qui semble déjà largement suffisant et largement recoupé le spectre de l'influence online). Les 5 piliers de l'influence sur Internet
Lorsque l'on parle de participation sur Internet, on a tendance à ressortir deux données : La règle des 90 / 9 / 1% (90% d'internautes spectateurs, 9% qui réagissent sur des contenus et 1% qui produisent des contenus. Les réseaux sociaux ont partiellement remis en cause cette règle car il convient de différencier les 90 et les 9% plus fortement puisque nous constatons des comportements différents.Les différents niveaux de participation : vous avez certainement déjà vu l'échelle de participation des médias sociaux de Forrester Research (voir visuel ci-dessous), qui était l'un des enseignements majeurs du livre Groundswell de Charlène Li et Josh Bernoff, il y a quelques années. Une autre présentation est le tableau de la participation que je trouve plus parlant (Les 4 niveaux de participation sur Internet). Les typologies selon TNS Sofres Toutefois, il convient de voir les usages d'Internet plus largement que la simple participation pour prendre en compte tous les internautes.

Les 6 typologies d'internautes - Social Media, Social CRM, Community Management, Stratégie Internet par Cédric Deniaud

Les 6 typologies d'internautes - Social Media, Social CRM, Community Management, Stratégie Internet par Cédric Deniaud
@import url("http://www.journaldunet.com/html_externe3/style/journaldunet/ebusiness/tetiere.css"); Bienvenue Prénom - Déconnexion Inscription | Connexion Mot de passe oublié ? L'annuaire des nouveaux sites web
Voici enfin la traduction du célèbre texte de Lawrence Lessig, Code is law. Plus de dix ans après sa publication, son analyse n'a pas perdu de sa pertinence, au contraire. Le 5 mars dernier, Tristan Nitot se pose la question suivante sur Identi.ca : « Je me demande s’il existe une version française de Code is Law, ce texte sublime de Lessig. » Le code fait la loi (trad. française) » Article » OWNI, Digital Journalism
Rebondissant sur le billet du développeur et blogueur Clay Johnson qui souhaite que les développeurs investissent le Congrès, nous avons demandé leur point de vue à des acteurs français du web et de la politique. Récemment le développeur et blogueur Clay Johnson a proposé de mettre des codeurs au Congrès, arguments à l’appui. En France aussi sa proposition trouve un écho, puisqu’à notre connaissance, seul Yves Cochet est classé comme informaticien à l’Assemblée nationale ; curieusement, on a du mal à l’imaginer codant régulièrement, en vrai geek ; si on élargit aux ingénieurs, on tombe sur le mirobolant chiffre de vingt, sachant que leur domaine d’application n’est pas forcément lié au numérique (tableau ci-dessous). Que le niveau de connaissance des députés en la matière soit loin d’être satisfaisant ne fait pas de doutes pour les acteurs du web français et même de la politique interrogés (Cf. ce mémorable micro-trottoir de Bakchich sur le peer-to-peer). Des codeurs sur les bancs de l’Assemblée nationale ? » Article » OWNI, Digital Journalism
Les domaines d'intervention du Community Manager
De l'utilité de la notation... ou pas ! Petit rapport d'étonnement cette semaine, basé sur une question simple : les systèmes de notation sur le web sont-ils réellement représentatifs de l'avis des internautes ? En bref, peut-on faire valoir ses sentiments pour un contenu ou une marque par le biais des systèmes de notation actuels ? Les faits Alors qu'il y a une semaine j'hésitais entre plusieurs films à regarder en DVD, j'ai décidé (comme de nombreux internautes) de me reporter aux avis et critiques présents sur le site Allo Ciné. Je tape donc le nom du film, puis regarde rapidement les critiques spectateurs.... Et là, je m'aperçois que les critiques sont très divisées : 50% de 4 étoiles (le maximum dans le système de notation Allo Ciné), et 40% de critiques avec 0 étoiles.