background preloader

Histoireproba

Facebook Twitter

Rallye maths.

Le véritable début de la théorie des probabilités date de la cor

Histoire des probabilités. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire des probabilités

Les discussions entre scientifiques, la publication des ouvrages et leur transmission étant difficiles à certaines époques, certaines questions historiques restent difficiles à résoudre ; c'est le cas de la paternité de la théorie des probabilités. Les premières utilisations et idées[modifier | modifier le code] La théorie des probabilités est une mathématisation de l'incertitude et du caractère imprévisible des phénomènes. L'incertitude de la situation présente et à venir a d'abord été attribuée au destin, à la nature ou à des divinités[1]. Pendant l'antiquité, le hasard n'a pas été un objet d'étude à proprement parler. . « Sont probables les opinions qui sont reçues par tous les hommes, ou par la plupart d’entre eux, ou par les sages, et parmi ces derniers, soit par tous, soit par la plupart, soit enfin par les plus notables et les plus illustres » Ce qui rend une opinion probable chez Aristote est son caractère généralement admis[a 1].

n6fermat. L'histoire du calcul des probabilités. Calcul de probabilité - historique. Histoire des mathématiques: Origine des probabilités. De toute évidence, les probabilités existent depuis beaucoup plus longtemps que les écrits à ce sujet.

Histoire des mathématiques: Origine des probabilités

Suite à mes recherches, j'ai découvert que les probabilités existaient grâce aux jeux de hasard qui occupaient les gens et grâce aux statistiques. Les Hommes ont toujours aimé les jeux de hasard. Il n'est pas nouveau non plus de miser quelque chose (objet ou argent) dans le but de rendre le jeu plus intéressant. Comme il n'est pas dans notre nature de jouer pour perdre, certains ont commencé à se questionner sur leurs possibilités de gagner ou de perdre lors des parties. Ce raisonnement fait référence aux probabilités, bien que le terme n'existait pas encore. Les probabilités pourraient également avoir pris naissance grâce aux statistiques. La pari de Pascal. Dieu existe-t-il ?

La pari de Pascal

Le mathématicien et philosophe Blaise Pascal démontre qu’il valait mieux croire en Dieu car c’était un bon pari ! En fait, Pascal n’analyse que le cas du christianisme en considérant dans un premier temps qu’il y a une chance sur deux pour que Dieu existe. Deux possibilités sont à choisir, bien que Pascal n’étudie que le 1er cas : 1er cas : Tu fais le choix d’être chrétien : 2ème cas : Tu fais le choix d’être athée : En considérant que la probabilité de l’existence de Dieu est inférieure à ½, on obtient les mêmes résultats. Bien que la démonstration de Pascal paraisse douteuse, elle n’en reste pas moins étonnante. Création. Pascal. Blaise Pascal - Français (1623 ; 1662) Cliquer sur l'image pour voir d'autres portraits Pascal, l'un des plus grands génies et des plus remarquables écrivains français du XVIIe siècle est né à Clermont-Ferrand le 19 juin 1623.

Pascal

Il perd sa mère à l'age de trois ans. Son père, Étienne Pascal, président à la Cour des aides de Clermont, se retire à Paris en 1631, pour s’occuper pleinement de l'instruction de son fils. Passionné lui-même pour les mathématiques, il est lié avec Gilles Personne de Roberval (1602 ; 1675), le père Marin Mersenne (1588 ; 1648) et bien d’autres savants avec lesquels il participe à de nombreuses réunions marquées par la présence du petit Blaise à l'esprit déjà sagace. Dans ce contexte, le jeune Pascal prend rapidement un goût vif pour les mathématiques. En 1654, il entretient avec Pierre de Fermat des correspondances sur le thème des jeux de hasard qui les mènent à exposer une théorie nouvelle : les calculs de probabilités.

Cycloïde. Fermat. Pierre de Fermat - Français (1601 ; 1665) Cliquer sur l'image pour voir d'autres portraits Pierre Fermat est né le 17 août 1601 à Beaumont-de-Lomagne dans le Tarn-et-Garonne.

Fermat

Issu d’une famille bourgeoise, il fait ses études à Toulouse qu’il poursuit à Orléans pour devenir bachelier en droit civil. En 1630, il est nommé conseiller du roi à la Chambre des requêtes au Parlement de Toulouse et à partir de 1648, il accède à des fonctions plus élevées hiérarchiquement, à la Chambre Criminelle et la Grand’ Chambre. Problème des partis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Problème des partis

Le problème des partis, en anglais problem of points, est une question, apparemment très simple[1] et portant sur les jeux de hasard, qui joue un rôle fondamental dans l'histoire de la mathématisation du hasard et l'émergence d'une théorie mathématique du probable et du calcul des probabilités à partir des travaux de Blaise Pascal et de Christian Huygens au milieu du XVIIe siècle.

Page d'une « copie de la première lettre de Pascal à Fermat »[2] Formulation[modifier | modifier le code] Tel qu'on le trouve exposé par Blaise Pascal en 1654 dans sa correspondance avec Pierre de Fermat, le problème des partis[3], dans sa version la plus simple, est le suivant : deux joueurs jouent à un jeu de hasard en 3 parties gagnantes, chacun ayant misé la même somme d'argent m ; or il se trouve que le jeu est interrompu avant que l'un des deux joueurs ait obtenu 3 victoires et ainsi remporté la victoire et de ce fait la totalité des enjeux soit 2m.

Mathématiques, physique, chimie - Sélection de sites.