background preloader

Discriminations et orientation sexuelle au Maroc

Facebook Twitter

Au Maroc, la situation des homosexuels est terrifiante. Mais je garde espoir. Manifestation contre l'homosexualité, en marge du procès d'un homosexuel et de ses agresseurs à Beni Mellal, le 4 avril 2016 (F.

Au Maroc, la situation des homosexuels est terrifiante. Mais je garde espoir

SENNA/AFP). C'est peut-être difficile à croire, je le sais, mais la cause des homosexuel(le)s au Maroc avance dans la bonne direction. Je ne suis ni naïf ni trop optimiste. Je regarde ce qui se passe depuis 15 ans dans mon pays autour de cette question et, malgré l'homophobie de plus en plus assumée, je tire les conclusions qui s'imposent. Des conclusions logiques. Homosexualité au Maroc : « On me disait que j’avais une maladie contagieuse » Après la polémique créée par un nouveau procès d’homosexuels à Beni Mellal, des Marocains stigmatisés pour leur orientation sexuelle témoignent.

Homosexualité au Maroc : « On me disait que j’avais une maladie contagieuse »

L’agression violente de deux homosexuels à Beni Mellal, le 9 mars, a mis en lumière la difficile condition des personnes homosexuelles au Maroc. Si une partie de la population a été profondément choquée, notamment par les images terribles de la vidéo de leur agression qui a circulé sur les réseaux sociaux, reste que, dans la petite ville, se sont tenues depuis plusieurs manifestations de soutien… aux agresseurs. Ceux-ci, jugés pour « effraction, recours à la violence et port d’armes », n’ont été condamnés qu’à six mois et quatre mois de prison ferme. Au Maroc, la justice relaxe les deux jeunes filles poursuivies pour homosexualité.

Agées de 16 et 17 ans, elles étaient passibles de peines pouvant aller jusqu’à trois ans de prison.

Au Maroc, la justice relaxe les deux jeunes filles poursuivies pour homosexualité

Agées de 16 et 17 ans, elles avaient été arrêtées le 27 octobre à Marrakech, poursuivies par la justice marocaine pour homosexualité. Vendredi 9 décembre, S. et H. ont été relaxées par le tribunal. « Nous espérons que ce verdict représente la fin d’une épreuve que ces deux adolescentes n’auraient jamais dû subir, a commenté Sarah Leah Whitson, directrice pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord de l’ONG Human rights watch (HRW). Les deux adolescentes avaient été mises en prison le 28 octobre, sur dénonciation de l’une des deux familles, après qu’un voisin a expliqué les avoir surpris en train de s’embrasser. Leïla Slimani dénonce l'"humiliation" des homosexuels au Maroc. HOMOSEXUALITÉ - Invitée sur le plateau de "C à Vous" jeudi 3 novembre, la romancière Leïla Slimani s'est prononcée fermement pour la dépénalisation l'homosexualité au Maroc.

Leïla Slimani dénonce l'"humiliation" des homosexuels au Maroc

Celle qui vient de recevoir le prix Goncourt a réagi à l'emprisonnement de deux jeunes filles à la suite d'un baiser. "Je suis évidemment pour la dépénalisation de l'homosexualité au Maroc", a déclaré la jeune femme, née à Rabat. Ces lois restrictives "contribuent à l'indignité des citoyens, à leur humiliation", a-t-elle affirmé, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus. Maroc : deux hommes condamnés pour homosexualité finalement libérés. Homosexualité : au Maroc, on se cache pour s'aimer. Dans le royaume, les homosexuels sont tolérés... mais priés de rester discrets.

Homosexualité : au Maroc, on se cache pour s'aimer

Certains, pourtant, commencent à faire leur coming-out. Mi-janvier, le village marocain de Sidi Ali Ben Hamdouch a accueilli le moussem, festival traditionnel qui marque l’anniversaire de la naissance du prophète Mohammed. Dans cette petite localité située près de l’ancienne capitale impériale de Meknès, des milliers d’adeptes de la confrérie des Hmadcha sont mêlés à une foule hétéroclite de visiteurs et de touristes d’un genre "particulier". Depuis quelques années, des homosexuels s’y rassemblent et profitent de l’esprit du festival pour afficher leur "déviance", et même, selon la rumeur, célébrer des mariages gays.

Maroc: 2 hommes emprisonnés pour homosexualité. (Tunis) – Les autorités marocaines ont emprisonné deux hommes pour activités homosexuelles, dans la dernière en date d'une série d'affaires de ce type, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Maroc: 2 hommes emprisonnés pour homosexualité

Le parlement, qui s'apprête à examiner un projet de révision du code pénal, devrait retirer du projet les dispositions qui laissent intact le principe selon lequel des « actes déviants » entre personnes du même sexe constituent un crime, passible de peines de prison pouvant aller jusqu'à trois ans. Le 30 juin 2016, la Cour d'appel d'Agadir a confirmé le verdict de culpabilité des deux hommes, originaires de la ville de Guelmine, dans le sud du pays, que les gendarmes avaient affirmé avoir pris sur le fait le 20 mai dans une voiture garée dans une zone reculée. Le Maroc a emprisonné des hommes à plusieurs reprises en vertu de l'article 489 du code pénal. La Cour d'appel d'Agadir a confirmé le verdict mais a réduit les peines à un mois et demi pour J. et trois mois pour A. Deux adolescentes devant la justice marocaine pour « homosexualité »

Accusées de s’être embrassées, les jeunes filles doivent être jugées à Marrakech.

Deux adolescentes devant la justice marocaine pour « homosexualité »

L’affaire illustre les tiraillements de la société marocaine. A quelques jours de l’ouverture de la COP22 à Marrakech, l’affaire avait fait grand bruit. Alors que le Maroc s’apprêtait à recevoir le monde entier pour une grand-messe contre le dérèglement climatique, deux mineures étaient arrêtées pour « homosexualité », un crime passible de trois ans de prison selon le droit marocain.

Leur procès devait se tenir vendredi 25 novembre. L’affaire a mis en lumière les vifs débats de la société marocaine sur le sujet. ETRE HOMOSEXUEL AU MAROC. Dettagli Categoria principale: I diritti dell'uomo Visite: 25212 L'homosexualité au Maroc est frappée d’un double H : Hchouma (honte) et Haram (péché).

ETRE HOMOSEXUEL AU MAROC

Il y a encore un an, Mohamed Asseban, membre du conseil des ouléma de Rabat-Salé déclarait à la presse : "Le bûcher pour les homos". À l’instar de sa religion et de sa loi, la société marocaine est incontestablement homophobe.