Compétences

Facebook Twitter

La différenciation pédagogique en apprentissage et en évaluation. Publié le 07 novembre 2011 Réseau Centre, CSDM (Automne 2006) Inspiré de la présentation de Jolène Lantier, MELS (février 2006) Mise en forme par Hélène Fontaine, c.p.

La différenciation pédagogique en apprentissage et en évaluation

CSDM (janvier 2007) Modification de Patrick Simard c.p. Evaluer par compétences ou par objectifs  ? 12novembre2011 Par Arnaud Durand Cela fait 5 ans, maintenant que j'ai entendu parler d'évaluation par compétences : "pas de note et plus de sens!

Evaluer par compétences ou par objectifs  ?

" En travaillant sur un projet (mathix à l'époque qui est devenu scolatix.org) nous avions commis l'erreur de faire la confusion entre l'évaluation par items/objectifs et l'évaluation par compétences. Bien sûr dans la pratique, elles "fonctionnent" de manière quasi-identique. La différence se tient sur ce que l'on évalue.

A) Une compétence n'est pas un objectif. Une compétence n'est pas un objectif car en soi elle ne peut pas être atteinte. De plus penser atteindre une compétence, c'est penser que l'on a rencontré toutes les situations possibles où mobiliser cette compétence même les situations auxquelles justement on n'a pas pensé, et aussi être sûr que l'on sera capable de la mobiliser à tous les coups, c'est absurde par définition. b) Une compétence se développe en situation. Evaluer sans noter-bilan ROULANS_2010.pdf. Evaluer sans noter Bilan_ROULANS-2011.pdf. Culture humaniste - Vade-mecum des capacités en histoire-géographie-éducation civique.

Évaluation : Une menace ? "On pourrait s'étonner de la partialité des recherches présentées ici, qui montrent toutes les effets délétères des notes, sans présenter en contrepartie les recherches qui montrent des effets positifs.

évaluation : Une menace ?

En ré alité,, si on reste dans le domaine des apprentissages et de la motivation, on ne trouve pas de recherches qui montrent des effets positifs". Ce passage extrêmement dur donne une bonne idée de l'ouvrage dirigé par Fabrizio Butera (Université de Lausanne), Céline Buchs (Genève) et Céline Darnon (Clermont-Ferrand).

Durant 186 pages on assiste à un démontage terrible et ravageur de l'évaluation sommative. Si vous préférez, des notes. Jamais sans doute aura-t-on dit autant de mal des notes. Retombées négatives sur les élèves ? Et si la notation avait été inventée pour justifier "le racisme de l'intelligence" c'est à dire la domination sociale ? Cet ouvrage est publié alors que le débat sur la notation est déjà bien engagé. F Butera, C Buchs, C Darnon, L'évaluation une menace ? Sapproprier-le-cours-en-histoire-gc3a9ographie-c3a9ducation-civ.jpg (Image JPEG, 2494x1956 pixels)

Aide aux élèves en difficulté. Intelligences multiples - ÉduSCOL. La théorie des Intelligences multiples d'Howard Gardner La notion d' « Intelligences multiples » a été proposée par un professeur de l'Université de Harvard, Howard Gardner, en 1983 dans son livre Frames of Minds : the Theory of Multiple Intelligence.

Intelligences multiples - ÉduSCOL

Il suggère que chaque individu dispose de plusieurs types d'intelligences, pour lesquelles il a naturellement une plus ou moins grande compétence. Sa théorie a été reprise par de nombreux chercheurs et on distingue aujourd'hui huit principales formes d'intelligences : L'intelligence corporelle / kinesthésique C'est la capacité à utiliser son corps d'une manière fine et élaborée, à s'exprimer à travers le mouvement, à être habile avec les objets. L'intelligence interpersonnelle C'est la capacité d'entrer en relation avec les autres. L'utilisation de la théorie des Intelligences multiples ne vise pas, bien sûr, à classifier les individus selon un seul type d'intelligence et à les enfermer dans des catégories et exclusives. Intelligence(s) Je ne vais pas vous faire l’affront de vous donner une définition de ce mot (en général quand on commence comme ça, c’est qu’on va le faire quand même).Enfin, si je vais le faire quand même (ah, vous voyez, j’avais raison !)

Intelligence(s)

, mais c’est pas pour vous, parce que vous, vous savez ce que ça veut dire. C’est pour les autres, ceux qui ne savent pas. Intelligence vient du latin "intelligentia" qui signifie "faculté de percevoir". En fait c’est un mot composé du préfixe "inter-" qui signifie "entre" et du verbe "legere" qui signifie "choisir".L’intelligence, au sens étymologique du mot c’est donc la capacité à percevoir des choses au milieu d’autres.

Kévin est un enfant intelligent On l’a souvent dit à ses parents "Kévin est un garçon intelligent, mais quel bavard / fainéant / agité " (rayez les mentions inutiles s’il y en a). Décryptons ce que dit réellement l’enseignant à propos de Kévin :