Articles

Facebook Twitter

Piero Zagami. LNS is a typeface created by a series of images of the camera lens components, those little metallic (mostly circular) parts inside any camera lens.

Piero Zagami

The typeface is composed of 11 abstract symbols, originated by the pictograms of those objects. The project is documented in a book called LNS. The publication describes the LNS typeface design process, from the development of pictograms to glyphs (cover screen printed with silver ink; original photographs). Series of promotional postcards of the LNS project. Graphisme & interactivité.

Qu’est-ce que l’open data ? – Des exemples emblematiques. ParisData est lancé !

Qu’est-ce que l’open data ? – Des exemples emblematiques

Comme elle l’avait annoncé, la ville de Paris a mis en ligne la semaine dernière un certain nombre de sets de données accessibles à tous. Mapize et bluenove en ont profité pour mettre en ligne mapize.paris.com, tout premier exemple de réutilisation des données ouvertes par Paris. Il vous permet de visualiser, par arrondissement et par années, le nombre de naissances, décès ou encore de mariages. D’autres réutilisations devraient progressivement se développer, d’autant plus que la variété des sets de données proposés sera grande. Après en avoir expliqué les grands principes, je vous propose de présenter aujourd’hui, au delà de l’exemple parisien, quelques autres exemples concrets d’initiatives d’ouverture des données, et ce que ces initiatives ont rendu possible. Données publiques avant tout ! La loi, notamment en France, encourage cette présence massive des données publiques dans le panorama de l’open data. Qui émet quel type de données ? Que peut on faire avec ?

Immanquables ! Les projets de datavisualisation de l'artiste Eric Fischer. Dans un précédent article, j'évoquais à quel point, lorsque les statisticiens et les designers se rencontrent, cela converge vers de l'art.

Immanquables ! Les projets de datavisualisation de l'artiste Eric Fischer

Force est d'admettre qu'avec ses réalisations, Eric Fischer donne véritablement ses lettres de noblesse à une conception artistique de la datavisualisation. Le geek of maps comme il se surnomme sur son compte Twitter aime jouer avec les données géolocalisées des réseaux sociaux. Dans une certaine mesure, ses réalisations rappellent les visualisations dynamiques de faberNovel qui appuyait son modèle sur l'activité de la téléphonie mobile (déplacement, appel, envoi de SMS) ou celles du canadien Jer Thorp explorant les interactions entre les utilisateurs de Twitter . Avec un talent indéniable et une âme d'artiste photographe, s'emploie à traduire visuellement des comportements humains de masse, décrits habituellement par des mots, des chiffres ou des cartographies grossières. Avec ses cartes, Eric Fischer traite de nombreuses thématiques.

L’art de la rétrographie. La représentation graphique des données, une manière d'appréhender le monde qui ne date pas d'hier.

L’art de la rétrographie

Excursion dans l'infographie du début du siècle dernier, avec David MacCandless, d'Information is beautiful. Quand j’ai commencé à réaliser des infographies, j’avais une prétention assez simple. J’estimais que c’était une “nouvelle manière” d’exprimer et de visualiser l’information; une fusion des données et du design profondément moderne et ancrée dans l’air du temps. Mais quel naïf je faisais ! Espérance de vie animalière et ISOTYPE Ces infographies ont été créées en 1902 par des étudiants de W.E. Un merveilleux petit livre sur ISOTYPE, écrit par la femme de Neurath, Marie, et Robin Kinross, qui vaut vraiment le coup d’oeil.

L’art de Gerd Arntz L’esprit d’ISOTYPE, et son langage visuel rigoureux, reposaient avant tout sur le travail pictographique de l’artiste allemand Gerd Arntz. Joli ! Infographies rétro: pourquoi maintenant ?