background preloader

Analyse et réflexions

Facebook Twitter

Pour quelles raisons j’autorise les élèves à utiliser en classe leur smartphone, ou iPod, ou éventuellement tablette. L’apprentissage est en premier lieu un processus, un mouvement, une évolution.

Pour quelles raisons j’autorise les élèves à utiliser en classe leur smartphone, ou iPod, ou éventuellement tablette

Rien n’est figé, immuable et définitif. Les interdictions sont incompatibles avec les progrès émergents grâce aux compétences. En début d’année, j’annonce aux élèves, toujours très surpris, que la salle dans laquelle ils se trouvent est une «salle-laboratoire» et que leur cahier est un «cahier-laboratoire» : ils vont émettre des hypothèses toute l’année, tâtonner, faire des erreurs et s’améliorer. Je leur annonce qu’ils sont autorisés à travailler en groupe ou avec leurs voisins. Ils apprendront à travailler ainsi grâce au Kanban. Je leur annonce encore qu’ils sont autorisés à se lever pour prendre et utiliser un dictionnaire ou un des nombreux manuels scolaires (de français, d’histoire-géographie, de biologie ou de physique) disponibles au centre de la classe.

Je leur annonce également qu’ils peuvent discrètement et à tout moment manger un fruit ou boire de l’eau dès qu’ils en ressentent le besoin. . - etc. Comment le CDI, maintenant CCC, intègre et développe les usages pédagogiques du numérique. 19 Shares Share Tweet Email Les CDI sont à la fois des carrefours et des espaces dans lesquels l’enseignement et l’éducation se réalisent autrement qu’en classe ordinaire : décloisonnement, ouverture culturelle, mutualisation, co-formation, travail coopératif voire collaboratif, responsabilisation, créativité, valorisation des productions d’élèves, motivation, etc.

Comment le CDI, maintenant CCC, intègre et développe les usages pédagogiques du numérique

Ces leviers ont permis ou devraient permettre aux professeurs documentalistes d’intégrer et développer plus aisément les usages pédagogiques du numérique. Le cas du CDI du collège du Val de Cère à Laroquebrou (Cantal- Académie de Clermont-Ferrand) permet d’affirmer que le paradigme posé par les Centres de Connaissances et de Culture peut servir de référence au développement des usages numériques au sein de l’ensemble de l’établissement. Veille et Analyses de l'ifé. Dossier de veille de l'IFÉ : Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0 n° 79, novembre 2012 Auteur(s) : Thibert Rémi Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF) Résumé : Après plus de 25 ans de plans d’équipements, de volontés politiques affichées, d’incitations, d’innovations, le numérique peine à entrer dans les usages scolaires.

Veille et Analyses de l'ifé

Ce nouveau dossier d’actualité n° 79 (novembre 2012) intitulé « Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0 » examine ces questions à la lumière d’une sélection de travaux de recherche sur les usages du numérique dans les établissements scolaire du secondaire, en France et à l’international. Pour citer ce dossier : Thibert Rémi (2012). Vous pouvez faire part de vos réactions à ce Dossier, suggérer des pistes complémentaires ou demander des précisions, en laissant un commentaire sous l'article correspondant dans le blog : ' Éduveille' Les apprentis sorciers de l'éducation aux médias (5) : des compétences. Dans les précédents articles du dossier, nous avons fait état de dérives typiques des « apprentis sorciers » de l’éducation aux médias.

Les apprentis sorciers de l'éducation aux médias (5) : des compétences

Ensuite, nous avons évoqué les enjeux de cette discipline et les implications didactiques issues de notre constat de l’existence de pédagogies et partis pris peu propices à la réflexion critique. Dans ce cinquième numéro consacré aux « apprentis sorciers » de l’éducation aux médias, nous expliquons comment ces finalités abstraites peuvent se subdiviser en compétences à développer. Nous profitons de cet article pour noter les lacunes du vocabulaire technique d’usage en 2011 en Belgique francophone pour qualifier les enjeux pédagogiques.

Le terme « compétence » suscite en effet des interprétations parfois très diverses. Selon nous, il convient d’éviter des dérives du « pratico-pratique », de se cadenasser dans un jargon éphémère qui complexifie les choses. L’horizon didactique envisagé précédemment doit être subdivisé en compétences opérationnelles. 4.1. Compétences en littératie médiatique mobilisées lors de la création d'une chronique radio. En lisant l'article, j'ai été curieuse de réfléchir aux compétences en littératie médiatique développées par l'éducation au média radio et plus précisément par la création d'une chronique radio par des élèves.

Compétences en littératie médiatique mobilisées lors de la création d'une chronique radio

D'ailleurs, Pierre Fastrez aborde la radio dans le seul exemple qu'il donne (3.4) Tout d'abord, voici les définitions de Pierre Fastrez: Littératie médiatique : "ensemble des compétences caractérisant l'individu capable d'évoluer de façon critique et créative, autonome et socialisée dans l'environnement médiatique contemporain. " Les compétences mobilisées : "savoir effectuer un certains nombres de tâches (lecture, écriture, navigation, organisation) sur un certain nombre d'objets médiatiques (informationnels, techniques et sociaux). " Un diaporama datant de 2010 permet de visualiser un schéma des domaines de compétences ainsi que des trois dimensions de la littératie médiatique.

Les compétences en littératie médiatique : grille d'analyse des séances pédagogiques. Index.