background preloader

Autre1

Facebook Twitter

Simone Veil - 8mars.info. Femme politique d’exception, Simone Veil a défendu la loi sur la contraception et la légalisation de l’avortement avec force et détermination.

Simone Veil - 8mars.info

En 1944, après de brillantes études de droit à Paris, Simone Annie Jacob est déportée à Auschwitz avec sa famille. Simone et sa sœur survivent. En 1946, elle épouse André Veil, inspecteur des finances. À 30 ans, elle est attachée au ministère de la Justice, dans l’administration pénitenciaire où elle se montre particulièrement attentive au sort des prisonniers. En 1969, elle est nommée conseiller technique du garde des Sceaux. Simone Veil semble vouée aux plus hautes fonctions qu’aucune Française ait jamais exercées. Présentation en avant-première du documentaire, Simone Veil, une loi au nom des femmes, 16 février 2010. Le mardi 26 novembre 1974 commence la bataille parlementaire la plus passionnelle de notre histoire.

Présentation en avant-première du documentaire, Simone Veil, une loi au nom des femmes, 16 février 2010

À 16 heures, Simone Veil monte à la tribune de l'Assemblée nationale pour défendre son projet de loi autorisant l'avortement. En France, elles sont alors 300 000 femmes à avorter clandestinement chaque année. 300 000 criminelles selon la loi pénale de 1920, une loi obsolète et ouvertement bafouée. Ministre depuis à peine six mois, encore inconnue des Français, Simone Veil vient porter le combat des femmes face à une Assemblée d'hommes hostiles. Pendant trois jours et deux nuits, elle affronte 74 orateurs, endure les diatribes les plus enflammées, subit jusqu'aux accusations ignobles de racisme nazi ou d'eugénisme, elle, déportée à Auschwitz.

Mais Simone Veil tient tête. Liste des intervenants. Anniversaire loi Veil - Événements. Si l'avortement est interdit et criminalisé au moins depuis l'édit de 1556, l'interdiction applicable en 1975 est issue de l’article 317 du code pénal.

Anniversaire loi Veil - Événements

Il punit de peine de prison et d’amende le fait de subir, de pratiquer ou d’aider un avortement. Les membres du corps médical peuvent, en outre, être condamnés à une interdiction d’exercer. Cet article trouve son origine dans l’instauration du code « Napoléon » de 1810. L’avortement était alors défini comme un crime, jugé par une cour d’assises, et puni d’une peine de réclusion. Les membres du corps médical ayant pratiqué un avortement étaient, eux, passibles des travaux forcés. La répression de l’avortement a été renforcée dans le contexte de la politique nataliste suivant la fin de la Première Guerre mondiale. Pourtant, les jurys d’assises étant jugés trop indulgents, la loi du 21 mars 1923 a défini l’avortement non plus comme un crime mais comme un délit, jugé par les tribunaux correctionnels. IVG : le jour où Simone Veil est entrée dans l'histoire - La Parisienne. Les cheveux tirés dans un chignon austère, Simone Veil, ministre de la Santé, fait face à une Assemblée nationale qu'elle sait hostile.

IVG : le jour où Simone Veil est entrée dans l'histoire - La Parisienne

Ce 26 novembre 1974, elle s'apprête à défendre son projet de loi légalisant l'interruption volontaire de grossesse (IVG), qui deviendra la loi Veil, le 17 janvier 1975. Mais avant cela, elle aura dû subir trois jours de débats houleux, durant lesquels elle encaissera toutes sortes d'injures et de violences aux relents antisémites (lire notre encadré). Loi Veil : contenu de la loi Veil - Ooreka. À jour en Juin 2017 Écrit par les experts Ooreka.

Loi Veil : contenu de la loi Veil - Ooreka

Loi Veil. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Loi Veil

Pour les articles homonymes, voir Veil. La loi du 17 janvier 1975 relative à l'interruption volontaire de grossesse, dite loi Veil, est une loi encadrant une dépénalisation de l'avortement en France. Elle a été préparée par Simone Veil, ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Historique[modifier | modifier le code] Le vote de cette loi est précédé par certains événements comme la légalisation de la contraception (1967), le Manifeste des 343 (1971), le procès de Bobigny (1972) puis le Manifeste des 331 (1973). Un premier texte dépénalisant l'avortement avait été déposé sous la législature de Georges Pompidou[1].

La bataille de Simone Veil pour le droit à l’avortement. Simone Veil a marqué la lutte pour les droits des femmes.

La bataille de Simone Veil pour le droit à l’avortement

Simone Veil. Pour les articles homonymes, voir Veil.

Simone Veil

Ne doit pas être confondue avec la philosophe Simone Weil. Simone Veil Écouter, née Jacob[2] le à Nice, est une femme politique française. Rescapée de la Shoah, elle entre dans la magistrature comme haut fonctionnaire jusqu'à sa nomination comme ministre de la Santé, en . À ce poste, elle fait notamment adopter la « loi Veil », promulguée le , qui dépénalise[3] le recours par une femme à l'interruption volontaire de grossesse. Biographie[modifier | modifier le code] Famille, enfance et adolescence[modifier | modifier le code] La famille Jacob est originaire de Bionville-sur-Nied, village de Lorraine. Dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code] André Jacob remplit les démarches et perd le droit d'exercer sa profession[8]. L'année suivante, les enfants Jacob sont envoyés près de Carcassonne, où ils séjournent en compagnie d'un oncle et d'une tante.