background preloader

Arcadie

Facebook Twitter

Un producteur bio croit au boom des plantes aromatiques. Des plantes médicinales pour booster l’agriculture. Dix hectares de plantes médicinales aromatiques bio devraient être plantés sur le territoire du Grand Lussan dans les mois à venir.

Des plantes médicinales pour booster l’agriculture

Un beau challenge pour les agriculteurs du cru. Ils oscillent entre excitation et appréhension. Les six agriculteurs présents ce matin-là à Lussan multiplient notes et questions. C’est que le projet qui les réunit en mairie mérite toute leur attention : la transformation de près de 10 hectares de terres du Grand Lussan en plantation de plantes aromatiques médicinales. Une culture parfaitement adaptée au climat local, et une filière lucrative, la demande en PPAM étant importante, en France comme à l’étranger.

Selon l’étude menée depuis plusieurs mois par la communauté de communes du Grand Lussan, dans le cadre notamment de son Agenda 21, les possibilités d’espèces à produire sont nombreuses. Un inventaire loin d’être exhaustif, mais dont les productions ont la certitude d’être vendues. Homogénéité et marge, les problématiques du bio. Alès : chez Arcadie, on pimente l’économie avec du social. Chez Arcadie, dès qu'on franchit le seuil, on entre de plain-pied dans l'économie sociale et solidaire.

Alès : chez Arcadie, on pimente l’économie avec du social

Une culture qui irrigue l'entreprise créée par Bernard et Dominique Kimmel. "On a toujours joué sur l'attractivité de l'entreprise mais pas sur les salaires. On a une grille de salaires très ramassée, explique Manuel Brunet, directeur développement et travaux neufs et chargé de la communication. On a été une des premières entreprises gardoises à passer aux 35 heures, et ça fait bien longtemps que les salariés ont une mutuelle d'entreprise, qu'ils ont la possibilité de devenir actionnaires. "Chez nous, le facteur entre plus bas et plus haut salaire est de 2" Manuel Brunet, directeur développement et travaux neufs "On est reconnu entreprise solidaire parce qu'on embauche beaucoup de personnes aux minima sociaux", précise Manuel Brunet. Cinq ans plus tard, une société coopérative ouvrière de production (Scop) est créée. C'est dans le Gard qu'elle prend son véritable essor.

Le producteur de plantes aromatiques Arcadie se développe à Alès - Produits alimentaires. Investissement.

Le producteur de plantes aromatiques Arcadie se développe à Alès - Produits alimentaires

La société Arcadie, leader sur le marché français des épices aromatiques biologiques, investit 5,3 millions d’euros dans un bâtiment près de son site actuel de Méjannes-lès-Alès, près d’Alès (Gard). Ce bâtiment sera dédié au stockage et à la transformation. « Nous doublons notre activité tous les cinq ans, or notre site actuel a été construit il y a cinq ans, explique le dirigeant Bernard Kimmel ». L’agrandissement comprendra également des bureaux et une petite crèche d’entreprises. L’entreprise prévoit également un deuxième investissement à partir de 2013 pour développer l’activité de fabrication d’arômes : « Cette activité est le segment en plus forte croissance depuis deux ans, notamment grâce à leurs préconisations dans certains régimes qui ont le vent en poupe aujourd’hui, poursuit Bernard Kimmel.

Nous allons accroître cette activité, mais dans des locaux dédiés, car c’est la seule activité liquide d’Arcadie qui travaille pour le reste uniquement des produits secs ». Cook Arcadie - Epices et aromates bio - alimentation bio. Depuis plus de 20 ans, la société Arcadie vous propose sous les marques Cook et Herbier de France, toute une gamme de produits exclusivement issus de l’agriculture biologique.

Cook Arcadie - Epices et aromates bio - alimentation bio

Avec l’aide de nos fournisseurs, de nos salariés et de nos clients, nous essayons partout de respecter l’homme et l’environnement, dans une véritable démarche de développement durable. Depuis 1990, nous vous proposons une gamme d'épices et d'aromates issus de l'agriculture biologique certifiée.Si au début les épices venaient toutes de Madagascar, nous allons maintenant les chercher aussi en Inde, en Turquie, en Égypte...

Les aromates viennent eux autant que possible de France ou d'Europe. Depuis le début, nous nous sommes attachés à améliorer les conditions de travail des producteurs, dans ces pays lointains. En allant sur place vérifier, d'abord, et en payant le juste prix, ensuite. Au début de notre gamme d'épices, nous les conditionnions dans des flacons en verre.