background preloader

Conditions d'utilisation d'Instagram

Facebook Twitter

Conditions d'utilisation : Instagram retourne à la case départ. Les utilisateurs d'Instagram sur iOS ont failli avoir une grosse frayeur en se réveillant avec la nouvelle version de leur application : depuis sa mise-à-jour, elle apporte certes un nouveau filtre baptisé Mayfair, mais également une nouvelle interface de gestion de la vie privée. Elle est assez simple, et se présente comme un interrupteur à mettre en position "public" ou "privé".

Sauf que la fonction de protection de la vie privée ne marche pas, selon plusieurs témoignages. Haro sur Instagram : une nouvelle version des CGU qui permet de considérer toute photo privée comme publique quand même ? Contrition du cofondateur Les accusations de scandales n'avaient pas tôt fait de monter à la bouche des commentateurs qu'Instagram réagissait outre-Atlantique : ce n'est pas une fonctionnalité, c'est un bug.

Cette nuit, Instagram publiait un billet sur son blog, signé Kevin Systrom, le cofondateur. Retour à la case départ. Instagram: souriez, vous êtes monétisés. Quand, en avril, Facebook a racheté Instagram pour 747 millions de dollars (564 millions d’euros), on se doutait bien que ce n’était pas uniquement par passion désintéressée pour la photographie. Six mois après l’acquisition de la PME et de ses vingt employés, le moment est venu de parler retour sur investissement. Dans le monde merveilleux des réseaux sociaux, parler gros sous, c’est prendre le risque de casser l’ambiance. En laissant entendre qu’il envisageait désormais de vendre les photos de ses utilisateurs sans compensation, Instagram a jeté un certain froid.

Plusieurs milliers d’utilisateurs ont menacé de fermer leur compte, à commencer par le photographe qu'avait choisi Mark Zuckerberg, le patron de Facebook pour son mariage au printemps dernier. Le chemin vers la monétisation de son incroyable succès pourrait se révéler plus long que prévu. Les inconditionnels d’Instagram répliquent que ces nouvelles règles ne s’appliqueront pas aux photos publiées en mode «privé». Instagram fait marche arrière : "Je vous ai compris" Hier, l’annonce de certains changements dans les conditions d’utilisation du service Instagram a ému plus d’une personne. Instagram ajoute de la publicité à ses pages, et se donnerait le droit de vendre les photos de ses membres. On imaginait déjà des milliers de photos passées aux filtres vintage inonder les prospectus des commerçants, sans que leurs malheureux auteurs ne touchent la moindre rémunération. C’est du moins ce que nombre d’internautes ont compris en lisant les modifications de CGU annoncées par le réseau social désormais dans l’escarcelle de Facebook.

Sur Twitter, notamment, d’aucuns se promettaient que sur Instagram, on ne les y prendrait plus. Des photos à caractère fortement désobligeant ont circulé sur Instagram, et des menaces (effectives ?) De fermeture de comptes ont émergé. Une sorte d’InstagramGate qui aurait pu profiter aux services concurrents, tel Flickr qui vient de refondre complètement son application mobile. On y apprend plusieurs choses. Instagram: la panique autour de la vente des photos est absurde. - Instagram: le rachat à 1 milliard. REUTERS/Antonio Bronic - Nous y revoilà. «Instagram affirme qu’il a désormais le droit de vendre vos photos», écrit CNET dans un billet qui a été partagé plus de 900.000 fois sur Facebook, un chiffre astronomique. Résultat, une panique abjecte de la blogosphère technologique.

«Instagram a du culot», s’emporte ZDNet. «Pas cool mec», souffle VentureBeat. Publicité En plein scandale, quelqu’un s’est-il arrêté pour comparer les passages incriminés des conditions d’utilisation avec les politiques des autres réseaux sociaux? Du presque copier-coller Les conditions d’utilisation de YouTube: Les conditions d’utilisation de Twitter: «[…] Vous nous accordez une licence mondiale, non-exclusive, gratuite, incluant le droit d'accorder une sous-licence, d'utiliser, de copier, de reproduire, de traiter, d'adapter, de modifier, de publier, de transmettre, d'afficher et de distribuer ces Contenus sur tout support par toute méthode de distribution connu ou amené à exister.» Instagram s'arroge le droit de vendre les photos de ses utilisateurs.

Le réseau social de partage de photos vient de mettre ses conditions d'utilisation à jour. Surprise, il explique que vos photos pourront être revendues à des tiers, même sans votre accord. L'application de partage de photos, Instagram, a récemment mis à jour ses conditions générales d'utilisation. "Rien ne change concernant la propriété de vos photos ou la nature des personnes qui peuvent les voir", annonce d'emblée le site, désireux de rassurer ses utilisateurs. Oui mais voilà en regardant de plus près les conditions d'utilisations, on découvre qu'Instagram nous informe que : "vous acceptez qu'une entreprise ou toute autre entité paye pour afficher votre nom d'utilisateur, vos likes et photos ou toute autre action que vous avez menée, dans le cadre de contenu publicitaire ou sponsorisé, sans qu'aucune compensation ne vous soit reversée.

"