background preloader

Haribot

Facebook Twitter

La fin des 35 heures, les entreprises n’en veulent pas. Le nouveau patron de Bercy sonne une énième charge idéologique contre les 35 heures.

La fin des 35 heures, les entreprises n’en veulent pas

Pourtant, sur le terrain, les entreprises qui ont déjà toute latitude pour les détricoter, n’y dérogent pas. « Nous pourrions autoriser, les entreprises et les branches, dans le cadre d'accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération. C'est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à condition qu'il y ait un accord majoritaire avec les salariés? » La veille de son arrivée à la tête du ministère de l’Economie, Emmanuel Macron, lançait, dans un entretien au Point publié le lendemain, une énième offensive contre les 35 heures, responsables attitrées de tous les maux de l’économie française depuis leur création en 2000. « Je crois qu’il nous faut en sortir », déclarait déjà le candidat Sarkozy en 2007. Très peu d'accords compétitivité Fragiles équilibres sociaux En chiffres (source : Dares, indicateurs. 350 000. Les Français, travailleurs fainéants de l'Europe ?

Les Français, grands flemmards de l’Europe?

Les Français, travailleurs fainéants de l'Europe ?

A l’occasion d’une nouvelle étude, publiée mercredi par le cabinet Rexecode (proche du patronat) dans les colonnes du Figaro, les salariés hexagonaux sont à nouveau pointés du doigt pour leur faible temps du travail. Réalisé en commun avec l’institut Eurostat, le document livre de nouvelles et précieuses données sur le «temps de travail effectif annuel», seule mesure pertinente du temps de travail pour effectuer des comparaisons internationales. On apprend ainsi que la France fait figure de «bonnet d’âne», selon les termes de nos confrères, notre pays se situant, en 2013, au 2e rang des pays où l’on travaille le moins en Europe. D’après l’étude Rexecode, les salariés à temps complet dans l’Hexagone travailleraient en effet 1661 heures par an, juste devant la Finlande (1648 heures), mais loin derrière l’Italie (1781 heures), l’Allemagne (1847 heures), et surtout le Royaume-Uni (1900 heures).

Luc PEILLON. Le (bon) bilan des 35 heures. Les 35 heures n'ont pas entamé la compétitivité des entreprises et les performances économiques françaises.

Le (bon) bilan des 35 heures

Ni dégradé les finances publiques. Il y a deux ans, c'était le dixième anniversaire de l'instauration, par un gouvernement de gauche, des 35 heures en France. Dans quelques semaines, nous fêterons les dix ans d'une critique récurrente, par un gouvernement de droite, de cette mesure qui, malgré les nombreux assouplissements intervenus depuis (voir encadré), resterait la cause principale des difficultés rencontrées par l'économie française. Les lois dites " Aubry ", qui ont mis en place progressivement la semaine de 35 heures en France entre 1998 et 2002, ont-elles réellement détérioré la compétitivité des entreprises françaises et engendré des destructions d'emplois ? La France a-t-elle enregistré, depuis, un recul particulier de ses performances économiques par rapport à ses partenaires européens ?

Des performances économiques records Des coûts salariaux maîtrisés Commentaires. La semaine de 35 heures. L’entrée en vigueur de la loi sur les 35 heures en 2000 résulte d’un long processus qui a donné lieu à de vifs débats, notamment entre les associations patronales, les syndicats et les pouvoirs publics.

La semaine de 35 heures

Aucun autre pays de l’OCDE n’a choisi de suivre la voie française d’une loi sur la réduction du temps de travail, conçue comme une arme pour favoriser l’emploi et lutter contre le chômage. Le débat sur la semaine de 35 heures n’est pas clos en France. Plusieurs aspects importants de cette législation viennent d’être allégés, et le récent rapport d’une commission parlementaire, qui propose de nouveaux assouplissements, a déclenché de nouvelles controverses. Il n’est pas inutile de rappeler ici le contexte et les objectifs de la semaine de 35 heures. Ceux-ci remontent à 1996, lorsque la loi dite « Robien » a octroyé aux entreprises des incitations financières importantes pour créer de nouveaux emplois ou préserver les emplois existants grâce au partage du temps de travail.

Références. L'évolution du temps de travail et la qualité du travail. Au cours de ces dernières années, la relation entre le temps de travail et la 'qualité du travail' a fait l'objet d'une attention croissante tant au niveau européen que national.

L'évolution du temps de travail et la qualité du travail

Ce concept, bien que souvent défini de façon très générale, a été associé à des évolutions telles que le travail à temps partiel, les comptes épargne temps, les congés familiaux et sabbatiques, les horaires flexibles, le télétravail et la retraite à la carte. Cette étude comparative examine les débats sur ce thème aux niveaux national et européen et met en évidence les multiples initiatives gouvernementales et les positions des partenaires sociaux; elle étudie le niveau et le contenu des négociations collectives sur le sujet et présente l'ampleur de l'adhésion à un certain nombre d'aménagements du temps de travail. L'étude conclut qu'il existe un fossé considérable entre la rhétorique et la réalité en matière d'évolution du temps de travail et de qualité du travail.

Le débat au niveau national.