background preloader

Sotchi and Putin's power

Facebook Twitter

Sotchi: Vladimir Poutine présente "ses Jeux olympiques"

Veille ordi du 27 février

Veille du 28 février. Attentats de Volgograd. Ukraine. Protestations. Succès. The Sochi Games are leverage to force Russia to back down on homophobia | Rennae Stubbs. For many athletes, myself included, participating in the Olympics is the highlight of their careers. The four Games I took part in were the culmination of years of hard work, and an opportunity for me to show what I was capable of on a world stage. I was lucky to be able to live my dream, and to be open and proud of who I am: an athlete, Olympian, Australian, lesbian. Unfortunately, members of the lesbian, gay, bi and trans (LGBT) community in Russia, the site of the 2014 Winter Olympics, don’t have the opportunity to live their dreams fully and openly. Recently enacted anti-LGBT laws make it illegal to equate straight and gay relationships, as well as the distribution of material on gay rights. The laws also ban pride marches. The draconian legislation doesn't explicitly ban LGBT advocacy and support organisations, but they make it nearly impossible for them to do their work.

For me, the answer is a resounding no. I disagree. Video. Putin’s Russia: Sochi or bust. Russia on Stage: Sochi, Putin, Terror and Diplomacy (2/5, 12:30pm) ‹ Harvard International Law Journal Online. Sotchi: les jeux de Poutine? - France. RFI : Peut-on dire que ces Jeux de Sotchi, c’est une forme d’apothéose pour Vladimir Poutine en termes de communication ? Alexis Prokopiev : C’est un symbole fort pour Vladimir Poutine aujourd’hui, un signal fort qu’il veut envoyer à l’extérieur et à l’intérieur de la Russie. A l’externe tout d’abord, il a envie de montrer que la Russie est une grande puissance, il a envie que tout se passe bien durant ces Jeux olympiques de Sotchi. Puis en interne, il ne faut pas oublier que Vladimir Poutine est aujourd’hui un président contesté.

Il y a eu durant 2011, 2012 et 2013, des dizaines de milliers de Russes qui ont manifesté contre la politique de Vladimir Poutine dans la rue. Son parti Russie unie est aujourd’hui au plus bas dans les sondages. Donc Vladimir Poutine a besoin de montrer que c’est un homme fort, qu’il est capable d’organiser des événements de grande ampleur aussi bien à l’international qu’en interne, en Russie. On craint vraiment pour l’après. JO SOTCHI 2014. De l'URSS à la Russie de Poutine : des Jeux olympiques très politiques. Vladimir Poutine et Elena Isinbaeva au village olympique de Sotchi, le 5 février 2014 (P.

SEGRETAIN/SIPA). Les Jeux olympiques sont une compétition sportive. Mais au regard de leur histoire moderne, il est impossible de ne pas s’intéresser aussi à leur dimensions politique, économique et géopolitique. La deuxième partie du XXe siècle l’a démontré, notamment avec le cas russe (ex-URSS). Des années 1950 à aujourd’hui, la relation entre la Russie et l’olympisme a connu de nombreux soubresauts et cela pour une raison simple : le sport apparaît comme un vecteur majeur de soft power. Pendant la Guerre froide, les Jeux olympiques ont ainsi été le seul lieu où la confrontation entre URSS et USA a été directe. Quant à Poutine, il cherche aujourd’hui à montrer à son propre peuple que la Russie est en train de se relever et qu’il faudra plus que jamais compter avec elle.

L’inévitable rivalité avec les USA Le cinéma américain en donnera sa propre interprétation avec la série des "Rocky". Sotchi : géopolitique du saut à skis, par Guillaume Pitron. Posée à un chef de chantier œuvrant sur les sites olympiques, la question du respect des droits humains et des réglementations environnementales nous vaut un regard incrédule, tant ce sujet paraît loufoque. S’il avait fallu commencer par éradiquer la corruption systémique et consulter la population à chaque décision administrative, nous répond-on en substance, les fondations de la patinoire olympique seraient aujourd’hui à peine sèches. « Le Comité international olympique a paralysé toute initiative démocratique en cautionnant la réalisation de travaux colossaux en un temps record !

», confirme Fedor Loukianov, rédacteur en chef de la revue de diplomatie Russia in Global Affairs. « Dès lors, par essence, ce qui se passe à Sotchi ne pouvait en aucun cas constituer un test pour l’Etat de droit dans notre pays. » Qu’importe les critiques : le respect de ses engagements par le pays a permis au président Vladimir Poutine de remporter une première bataille symbolique. Vous êtes abonné(e) ? Russie. Pourquoi Vladimir Poutine a tant besoin des JO de Sotchi, par Régis Genté - P@ges Europe. Le 4 janvier 2014, le Président russe, Vladimir Poutine, visite une des installations de Sotchi avant l’ouverture des Jeux.© AFP / RIA Novosti / Alexey Nikolsky Agrandir l'image Introduction Pour le Président russe, les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi (7-23 février 2014), dans le Caucase du Nord, sont plus qu’une question d’image.

Il s’agit d’asseoir la respectabilité de la Russie sur la scène internationale et de conférer une légitimité à son action politique dans le Caucase. C’est la condition pour que l’État qu’il dirige puisse redevenir aussi puissant que possible, en prenant une place de tout premier ordre dans la diplomatie mondiale. C’est en effet au Caucase qu’une grande partie de cette légitimité a été entachée, dès l’ascension de Vladimir Poutine vers le pouvoir en 1999, puis avec la si contestée relance du conflit tchétchène durant l’été 1999 et la guerre en Géorgie de l’été 2008. J.O. de Sotchi : un enjeu politique pour Vladimir Poutine. Selon les derniers sondages, les Russes attendent beaucoup des J.O. de Sotchi. Au vu du bilan économique mitigé des jeux de Londres et surtout d’Athènes, la population russe ne pourrait-elle pas connaître un réveil difficile ? Il y a une très forte attente par rapport aux J.O., non seulement du régime de Vladimir Poutine, mais également de la population russe.

Même si l’on sait que cet événement sportif est un projet personnel et politique de M. Poutine, au-delà de cela, les Russes, dans leur très grande majorité selon les sondages, désirent ces jeux et estiment qu’ils seront bénéfiques pour leur pays en termes d’image et d’infrastructures. Le réveil risque peut-être d’être difficile par rapport au coût écologique et financier de ces J.O. mais, en tous les cas, il faut sortir de l’idée reçue selon laquelle ce sont les jeux de Poutine et non pas ceux des Russes. On souligne souvent l’importance de ce type d’événements en termes de « soft power ». Sotchi 2014 : marre de Poutine ? Dites-le avec une bière ! © brewdog.com Les 22e Jeux olympiques d'hiver se sont ouverts vendredi dernier à Sotchi. Ces Jeux olympiques « à la russe » font l'objet de de nombreuses controverses : risques terroristes, coût exorbitant du projet et polémiques enflammées sur la question des droits de l'Homme. Les positions anti-gays de Vladimir Poutine notamment, étaient depuis longtemps connues du grand public.

Ses récentes sorties sur les homosexuels ont néanmoins marqué un tournant. Dans une interview donnée le 17 janvier, le président russe a déclaré que les homosexuels pouvaient « se sentir libres et à l'aise à Sotchi » à condition qu'ils « laissent les enfants en paix ». Suite à ses propos, les réactions ont été immédiates : appels au boycott, interpellation du Comité olympique par les associations LGBT... La bière, arme de protestation massive Bien loin des montagnes de Sotchi et des cabinets ministériels, James Watt et Martin Dickie ont décidé de protester à leur manière. Sotchi 2014: Poutine veut redorer l'image de la Russie - 07/02. Les jeux de Poutine? Sotchi 2014: Tous les ministres boycotteront les JO paralympiques en Russie.

Aucun ministre français ne sera présent à l'ouverture vendredi des jeux Paralympiques à Sotchi (Russie), en signe de protestation contre la présence militaire russe en Ukraine, a annoncé le chef de la diplomatie Laurent Fabius. «Ils ne seront pas là. Qu'il y ait des ministres français là-bas, cela aurait été très inopportun», a estimé M. Fabius à la radio France Info. En revanche, «il n'était pas question de pénaliser les athlètes» français, qui participeront bien à ces jeux, a-t-il dit.

Valérie Fourneyron avait quant à elle représenté la France lors de la cérémonie d'ouverture des JO début février. avec AFP Plus d'informations sur ce sujet en vidéo. Les JO de Sotchi, l'opération séduction de Vladimir Poutine. Avec AFP Ariane Nicolas Mis à jour le , publié le Partager Une vitrine médiatique qui tombe à pic. Le président russe, Vladimir Poutine, a fait des Jeux olympiques de Sotchi (Russie) un symbole majeur du retour de la Russie sur le devant de la scène internationale. Redorer le blason de la Russie Au pouvoir depuis 14 ans, Vladimir Poutine a usé de toute son influence en 2007 pour décrocher l'organisation de ces Jeux, le plus grand événement en Russie depuis la chute de l'Union soviétique, en 1991.

Vladimir Poutine a fait des événements sportifs une de ses priorités stratégiques, obtenant également l'organisation en Russie du premier Grand Prix de Formule 1 à la fin de l'année et la Coupe du monde de football en 2018. Faire oublier les difficultés du pays En 2007, la popularité de Vladimir Poutine approchait 80% d'opinions favorables et la croissance de l'économie russe atteignait près de 8%. Entretenir sa propre légende. The-games-putin-plays. Why-russia-wont-interfere. MOSCOW — of and the Ukrainian opposition leaders signed an agreement on Friday that ended the deadly protests in Kiev by promising a new constitution and early elections. But the Russian president’s envoy to Kiev refused to co-sign it. While Moscow welcomed an end to the violence, it basically viewed the agreement as a diktat by the Western-backed Ukrainian opposition. The opposition has seized power in Kiev, and Moscow is wary that the crisis will not end anytime soon.

Some radical groups remain well-armed; there are deep political, cultural and regional cleavages in Ukrainian society; the country’s elites are in disarray; and its economic situation is rapidly deteriorating. The mess is very much Ukraine’s own, and has far less influence on it than is commonly appreciated. The most popular myth about Moscow’s role in the Ukrainian crisis is that Mr. Yanukovych has been but a puppet of President . The protests erupted when Mr. Mr. Thus Mr.