background preloader

Le sujet

Facebook Twitter

A PROPOS DE VIKTOR FRANKL (1905-1997) PRINCIPES ET PERSPECTIVES DE L’ANALYSE EXISTENTIELLE ET DE LA LOGOTHÉRAPIE – Thyma. Georges-Elia Sarfati Rédacteur en chef de Thyma Professeur des universités Ecole Française d’Analyse et de Thérapie Existentielles Viktor Frankl Introduction Fondateur de la “troisième école viennoise de psychothérapie”, philosophe et psychiatre, déporté de Vienne pendant la seconde guerre mondiale, en raison de ses origines juives, rescapé des camps nazis, Viktor Frankl occupe une place de première importance dans le champ de la philosophie existentielle et de la thérapie. Il a développé une réflexion sur la condition humaine, qui met au centre des motivations premières de chaque être humain la recherche du sens. Pionnier de la médecine sociale et du conseil – à la même époque qu’Adler et Reich-, Frankl s’inscrit dans le mouvement de la phénoménologie.

Le contexte historique et théorique L’oeuvre de V. La pensée de V. 2.1. Relativement à Freud et à Adler, V. L’ensemble de ces différences spécifiques peut être ramené à la schématisation suivante: 2.2. 2.3. Les principes fondamentaux 3.1. 3.2. Alain de Libera, archéologue du sujet. 1 Que je désignerai, par abréviation, comme AS1 (Archéologie du sujet I. Naissance du sujet, Paris, V (...) 1Je ne dirai pas, pour désigner Archéologie du sujet, les livres d’Alain de Libera, car même si nous avons deux volumes1, et si la série doit se poursuivre, ce n’est pourtant jamais que d’un seul livre qu’il s’agit, d’un même individu livre, dans son identité diachronique (2007, 2008).

Archéologie du sujet aurait pu ne pas s’appeler Archéologie du sujet, et pourtant le livre aurait été le même individu, sous une autre description, qui aurait été l’équivalent français du titre donné en 1994 par Joan Copjec à un recueil d’articles en langue anglaise, Supposing the Subject. Ce titre, d’après de Libera lui-même, aurait pu valoir pour qualifier l’ensemble de son travail d’archéologie du sujet. Il écrit : 2Mais le titre Supposition(s) du sujet aurait-il vraiment manifesté aussi bien que le fait Archéologie du sujet, l’imposition d’une méthode ? Qui pense ? Qui sommes-nous ?

L'âme et le corps. Retour au menu Textes & Articles L'âme et le corps (Article paru en décembre 1992 dans les Cahiers philosophiques n° 53) L'âme se définit nominalement comme le principe de la pensée ou le principe de la vie ou des deux à la fois, ce qui pose le problème de son unité ; elle a été définie réellement comme "la forme d'un corps naturel ayant la vie en puissance" [1] et comme "une substance dont toute l'essence ou nature n'est que de penser" [2], ce qui soulève le problème de son rapport avec le corps en même temps que celui de sa possible immortalité : en effet, si ce rapport est une union réelle, ils seront vraisemblablement solidaires dans leur destin mortel ; inversement pour que l'âme puisse prétendre survivre à la mort corporelle, il faut qu'elle soit d'une nature autre que corporelle, et il devient alors malaisé de penser leur union comme réelle.

I. Immortalité de l'âme et dualisme La dualité de l'âme et du corps L'opposition de l'âme et du corps La divinité de l'âme Le salut comme retour.