background preloader

La piste du pangolin et Coronavirus COVID-19

Facebook Twitter

FRANCE CULTURE 26/11/20 LE MONDE VIVANT - Coupable le pangolin ? Comme l’illustre fort bien la fable des animaux malades de la peste, depuis la nuit des temps, l’Homme a toujours accusé des boucs émissaires des malheurs qui le frappaient.

FRANCE CULTURE 26/11/20 LE MONDE VIVANT - Coupable le pangolin ?

Que ce soit l’âne de la fable ou les Juifs lors des grandes pestes médiévales. Lors de l’année 2020, c’est le pangolin qui s’est retrouvé sur la sellette, soupçonné d’être à l’origine de la Covid-19. Ce discret mammifère a fait la Une mondiale. On tenait le bouc émissaire de la pandémie. NATURE 09/02/21 Evidence for SARS-CoV-2 related coronaviruses circulating in bats and pangolins in Southeast Asia. Animal sampling Acuminate Horseshoe bats (R. acuminatus) were captured from a Wildlife Sanctuary in the Chachoengsao Province, Thailand.

NATURE 09/02/21 Evidence for SARS-CoV-2 related coronaviruses circulating in bats and pangolins in Southeast Asia

Bats were released after measurements and samples were collected. Bats were identified morphometrically and species, sex, reproductive status, forearm length, and body mass were determined. Thestar_com_my 26/11/20 Save them: Pangolins are not Covid-19 carriers, researchers confirm. PETALING JAYA: Malaysia’s critically endangered wild pangolins have tested negative for Covid-19, indicating that they pose no threat to human health amid reports that they are possible carriers of the virus.

thestar_com_my 26/11/20 Save them: Pangolins are not Covid-19 carriers, researchers confirm

This is the key finding of a recently published study which further underscores the importance of protecting one of the most trafficked mammals in the world. Researchers from the PREDICT programme that was set up to look for novel zoonotic viruses in wildlife before they become human epidemics have tested thousands of animals including 334 wild, rescued and seized illegally trafficked pangolins in Malaysia. GEO 03/11/20 Coronavirus : pourquoi le pangolin n'est plus le suspect numéro 1. AFP 24/09/20 Ninh Bình (Vietnam) (AFP). Le Vietnam durcit la lutte contre le trafic de pangolins. Le Vietnam durcit la lutte contre le trafic de pangolins, mammifère le plus braconné au monde et soupçonné d'avoir joué un rôle dans la transmission du coronavirus à l'homme.

AFP 24/09/20 Ninh Bình (Vietnam) (AFP). Le Vietnam durcit la lutte contre le trafic de pangolins

Sur les six premiers mois de 2020, les arrestations de trafiquants d'animaux sauvages, en particulier de pangolins, ont fortement augmenté, se félicite l'ONG Education pour la nature au Vietnam (ENV). 97% des cas détectés par les autorités ont conduit à des interpellations, contre 87% en moyenne les années précédentes, et les saisies progressent nettement. "Le Vietnam a fait de grands progrès" dans la lutte contre cette criminalité, "en renforçant son arsenal législatif", se félicite l'organisation. Le pays a révisé en 2018 une loi protégeant les espèces en voie de disparition qui durcit les sanctions. Désormais, ce crime est passible de 15 ans de prison et d'amendes de plus de 550.000 euros.

PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-003219/2020 Lutte contre le trafic international de pangolins. BIORXIV 19/06/20 No evidence of coronaviruses or other potentially zoonotic viruses in Sunda pangolins (Manis javanica) entering the wildlife trade via Malaysia. Résumé traduit: L'absence de détection de coronavirus dans nos échantillons de la chaîne de m. AFRICAN JOURNAL OF ECOLOGY 17/06/20 Pangolins and bats living together in underground burrows in Lopé National Park, Gabon. LE MONDE 12/06/20 En Chine, de nouvelles mesures de protection pour le pangolin. Ces signaux envoyés par Pékin vont « dans la bonne direction », estiment les organisations de défense des animaux.

LE MONDE 12/06/20 En Chine, de nouvelles mesures de protection pour le pangolin

En quelques jours, deux mesures sont venues renforcer la protection accordée au pangolin, le mammifère le plus braconné au monde. Mardi 9 juin, la Chine a retiré les ingrédients issus du fourmilier de la liste officielle des produits pouvant être incorporés dans la médecine traditionnelle. Le 5 juin, l’administration des forêts chinoise avait spécifié que les pangolins bénéficieraient désormais du plus haut niveau de protection dans le pays. « Ces deux actions sont cruciales pour aider à freiner le commerce illégal de pangolins, a réagi Steve Blake, le représentant de l’ONG WildAid à Pékin. Cela montre l’engagement renforcé de la Chine à protéger la faune. » « On a récemment parlé des pangolins de façon mitigée dans la presse, a rappelé Xu Ling, la directrice du bureau chinois de l’organisation Traffic.

AFP 10/06/20 Le pangolin retiré de la pharmacopée traditionnelle chinoise. Pointé du doigt dans l’épidémie de coronavirus, le pangolin est-il enfin tiré d’affaire ?

AFP 10/06/20 Le pangolin retiré de la pharmacopée traditionnelle chinoise

La Chine a retiré les ingrédients issus du pangolin de la liste officielle des produits de la pharmacopée traditionnelle, selon les médias officiels. De même, des produits comme des pilules fabriquées à base d’excréments de chauves-souris ont été retirés cette année de la pharmacopée officielle chinoise a rapporté le journal Health Times, qui ne précise pas la date de cette interdiction. « Les ressources de la vie sauvage épuisées » sont retirées de la pharmacopée traditionnelle chinoise, a indiqué le Health Times, qui n’a pas précisé la raison exacte du retrait du pangolin, qui est l’animal le plus pourchassé par les braconniers et les trafiquants dans le monde.

Il est soupçonné d’avoir été l’hôte intermédiaire qui aurait permis la transmission du nouveau coronavirus de la chauve-souris à l’espèce humaine. RFI VIA YOUTUBE 04/06/20 Pangolin : espèce menacée et bouc émissaire. LE FIGARO 15/05/20 Coronavirus: mais quel rôle a bien pu jouer le pangolin? NUMERAMA 02/06/20 Le coronavirus SARS-CoV-2 serait un hybride issu de la chauve-souris et du pangolin.

Un coronavirus de chauve-souris aurait acquis un élément génétique clé chez un coronavirus de pangolin.

NUMERAMA 02/06/20 Le coronavirus SARS-CoV-2 serait un hybride issu de la chauve-souris et du pangolin

Le coronavirus SARS-CoV-2, à l’origine de l’actuelle pandémie, est d’origine animale. En tant que maladie de type « zoonose », elle est passée de l’animal à l’humain. Mais que sait-on au juste sur cette mutation ? Dans un premier temps, les études scientifiques pointaient un coronavirus issu des chauve-souris. Puis le pangolin a plutôt été désigné par d’autres travaux. . « Tout comme le SRAS initial qui est passé des chauves-souris aux civettes ou le MERS qui est passé des chauves-souris aux dromadaires, avant de tous deux passer aux humains, l’ancêtre de ce coronavirus pandémique [SARS-CoV-2] a subi des modifications évolutives de son matériel génétique qui lui ont permis d’infecter finalement les humains », avance l’infectiologue Feng Gao, co-auteur de cette étude.

LE MONDE 20/04/20 Coronavirus : en Afrique, mythes et croyances autour du pangolin. Martin Walsh, professeur auxiliaire à l’Institut des sciences et technologies Nelson-Mandela, à Arusha en Tanzanie, a passé beaucoup d’années à étudier les histoires, les croyances et les mythes associés au pangolin, ce mammifère nocturne et craintif que l’actualité du moment a tendance à réduire à une viande recherchée sur les marchés chinois ou à des tonnes d’écailles saisies en contrebande. « Aucun animal aussi modeste par sa taille et furtif dans ses apparitions n’a suscité autant d’attention des sociétés humaines », se justifie le chercheur en invitant à se plonger dans un monde mythique et merveilleux.

LE MONDE 20/04/20 Coronavirus : en Afrique, mythes et croyances autour du pangolin

A l’exception du pangolin géant dont le poids peut dépasser 30 kilos et la taille 1,50 m, les sept autres espèces vivant en Afrique et en Asie ne sont pas plus impressionnantes qu’un gros ragondin. Incapable d’agressivité Son armure parfaite composée d’écailles bien alignées s’impose comme la raison la plus évidente de cette fascination. LE MONDE 20/04/20 Coronavirus : sur la piste de la « pangolin connection » Lui qui aime tant vivre la nuit, le voilà en pleine lumière.

LE MONDE 20/04/20 Coronavirus : sur la piste de la « pangolin connection »

Paisible quadrupède des forêts tropicales et des savanes, le pangolin est devenu l’objet de toutes les attentions. Le petit mammifère édenté est soupçonné d’être l’un des acteurs majeurs de la pandémie de Covid-19 qui a déjà tué près de 160 000 personnes dans le monde en quatre mois à peine. Comme la chauve-souris, le fourmilier dont la démarche rappelle celle du bossu de Notre-Dame, est porteur d’un coronavirus proche du SARS-CoV-2, à la source de la crise sanitaire qui a stoppé net la planète. LEJDD 13/04/20 Chauves-souris, pangolins : ces animaux que l’on soupçonne un peu vite.

07h00 , le 13 avril 2020 La scène est presque familière tant elle a été évoquée.

LEJDD 13/04/20 Chauves-souris, pangolins : ces animaux que l’on soupçonne un peu vite

Marché humide de Huanan, dans la ville de Wuhan, province du Hubei, Chine. L'un de ces endroits à ciel ouvert où dans les allées vendeurs et acheteurs côtoient poissons, oiseaux, chauves-souris, pangolins, tortues, civettes. PURSUIT_UNIMELB_EDU_AU 08/04/20 DON’T BLAME THE PANGOLIN (OR ANY OTHER ANIMAL) FOR COVID-19. Don’t blame the pangolin. Don’t blame the bats. Don’t blame the animals. COVID-19 is all on us. EUREKALERT 26/03/20 Missing link in coronavirus jump from bats to humans could be pangolins, not snakes. As scientists scramble to learn more about the SARS-CoV-2 coronavirus, two recent studies of the virus' genome reached controversial conclusions: namely, that snakes are intermediate hosts of the new virus, and that a key coronavirus protein shares "uncanny similarities" with an HIV-1 protein. Now, a study in ACS' Journal of Proteome Research refutes both ideas and suggests that scaly, anteater-like animals called pangolins are the missing link for SARS-CoV-2 transmission between bats and humans.

Understanding where SARS-CoV-2 -- the virus that caused the COVID-19 pandemic ¬-- came from and how it spreads is important for its control and treatment. Most experts agree that bats are a natural reservoir of SARS-CoV-2, but an intermediate host was needed for it to jump from bats to humans. A recent study that analyzed the new virus' genome suggested snakes as this host, despite the fact that coronaviruses are only known to infect mammals and birds. LIBERATION 08/03/20 Coronavirus : la double peine du pangolin. Tous les dimanches, retrouvez la chronique «Age bête», le rendez-vous animal de Libération.

Cet inoffensif mammifère se serait bien passé de cette accusation. Le pangolin est-il réellement le vecteur qui a permis au coronavirus d’atteindre l’homme ? On l’ignore encore. Seule certitude : il figure en bonne place sur la liste des suspects. NEW YORK TIMES 05/03/20 Coronavirus: Revenge of the Pangolins? Except that our ancestors actually said otherwise. If anything, the meat of pangolins was believed to cause ailments, rather than cure any: It tastes bitter and was thought to be poisonous. “Beiji Qianjin Yaofang” (备急千金要方), a collection of prescriptions compiled by Sun Simiao, an alchemist of the Tang dynasty, advised in 652: “There are lurking ailments in our stomachs. Don’t eat the meat of pangolins, because it may trigger them and harm us.” NATURE 26/02/20 Mystery deepens over animal source of coronavirus - Pangolins are a prime suspect, but a slew of genetic analyses has yet to find conclusive proof.

Scientists are racing to identify the source of the coronavirus that is causing havoc around the world. Three weeks ago, Chinese scientists suggested, on the basis of genetic analyses, that the scaly, ant-eating pangolin was the prime suspect. But scientists have now examined those data — along with three other pangolin coronavirus genome studies released last week — and say that although the animal is still a contender, the mystery is far from solved. Public-health officials want to pin down the virus’s source so they can prevent new outbreaks. Scientists assume that the pathogen jumped to people from an animal, as has been seen with other coronaviruses; for example, the virus that causes severe acute respiratory syndrome (SARS) is thought to have jumped to humans from civets in 2002. LE MONDE 25/02/20 « Une fois le coronavirus oublié, l’appétit des Chinois remettra le pangolin sur les tables » Chronique. Le pangolin va-t-il enfin quitter les marchés et les assiettes des Chinois ?

Pékin a décidé, lundi 24 février, d’interdire la vente et la consommation d’animaux sauvages, des pratiques suspectées d’être à l’origine de l’épidémie du nouveau coronavirus. Une décision qui pourrait influer sur le destin de ce petit animal aux formes aussi étranges que les vertus qui lui sont prêtées. Et dont certains scientifiques estiment aujourd’hui qu’il pourrait avoir servi de vecteur de transmission du Covid-19.

Lire aussi Coronavirus : quelles sont la contagiosité et la létalité du virus ? Ce fourmilier écailleux est l’un des animaux les plus braconnés au monde. Chips d’écaille Si les braconniers en sont aussi friands, ce n’est pas pour en faire un trophée mais pour l’envoyer sur les tables d’Asie. BIORXIV 20/02/20 Pangolin homology associated with 2019-nCoV. BIORXIV 18/02/20 Identification of 2019-nCoV related coronaviruses in Malayan pangolins in southern China. LE MONDE 15/02/20 « Le pangolin tient-il sa revanche avec le nouveau coronavirus ? » Chronique.

Le pangolin, inoffensif mammifère poussé vers l’extinction par la gloutonnerie et la cupidité humaines, tient-il sa revanche ? Le petit animal, qui fait l’objet d’une « journée mondiale » le 15 février, est soupçonné d’avoir servi d’hôte intermédiaire au nouveau coronavirus SARS-CoV-2, entre la chauve-souris et l’homme.

Des analyses conduites en 2019 par des chercheurs cantonais sur des pangolins javanais, issus d’une saisie des douanes chinoises, avaient déjà de quoi inquiéter : les animaux, finalement morts d’infections respiratoires, étaient porteurs de nombreux coronavirus. Certains étaient très proches du SARS-CoV, responsable de l’épidémie de SRAS qui a eu la Chine pour épicentre entre 2002 et 2004, faisant près de 800 morts. BIORXIV 13/02/20 Evidence of recombination in coronaviruses implicating pangolin origins of nCoV-2019. GEO 10/02/20 Les pangolins pourraient avoir joué un rôle dans l'apparition du coronavirus.

Depuis son apparition en décembre en Chine, le coronavirus 2019-nCoV se propage à travers le monde. Le dernier bilan annonce 40 530 infections confirmées et 910 morts. La majorité des cas ont eu lieu en Chine, avec 40 171 personnes infectées et 908 morts. FRANCE INFO 10/02/20 Coronavirus 2019-nCoV : le pangolin est-il responsable de la transmission à l'homme ? Il n'y a pas encore de confirmation, mais c'est une piste très sérieuse. Le pangolin, ce mammifère peu connu, est identifié par certains chercheurs comme étant responsable de la transmission du coronavirus 2019-nCoV à l'homme. Rappelons d'abord qu'il y a eu deux étapes dans le processus de transmission : d'abord l'animal "réservoir", porteur du virus sans être malade (on est à peu près certain dans ce cas qu'il s'agit d'une chauve-souris).

Le virus de chauve-souris n’étant pas équipé pour se fixer sur les récepteurs humains, il est sans doute passé, dans une seconde phase, par une autre espèce pour s’adapter à l’homme : un autre animal, dit "hôte intermédiaire". Jusqu'ici, on ne savait pas trop de quelle espèce était issu cet animal "intermédiaire". Avant sa fermeture, le 1er janvier 2020, on pouvait trouver sur le marché de Wuhan, d'où est originaire le coronavirus 2019-nCoV, toutes sortes d'animaux sauvages, des serpents, des crocodiles et... des pangolins.

WICNEWS 08/02/20 Endangered pangolin suspect No.1 as direct source of coronavirus outbreak. REUTERS 07/02/20 Scientists question work suggesting pangolin coronavirus link. AFP 07/02/20 Coronavirus : le pangolin serait l'animal coupable. LE MONDE 07/02/20 Coronavirus : le pangolin a-t-il pu servir d’hôte intermédiaire ? Le pangolin, mammifère couvert d’écailles, est considéré en Chine comme un mets de choix et une source de médicaments traditionnels. A-t-il été un hôte intermédiaire du nouveau coronavirus 2019-nCoV, facilitant son passage de la chauve-souris à l’homme ? C’est l’hypothèse avancée par des chercheurs de l’université d’agriculture de Chine du Sud. Après avoir testé plus de 1 000 échantillons d’animaux sauvages, ils ont découvert que les séquences du génome des virus trouvés sur les pangolins étaient identiques à 99 % à celles des coronavirus, a rapporté, vendredi 7 février, l’agence de presse officielle Chine nouvelle. Pour l’heure, les détails de ces travaux n’ont pas été rendus publics, et cette hypothèse doit être prise avec prudence : au début de l’épidémie, une autre équipe avait estimé que le serpent avait pu servir d’hôte intermédiaire, avant qu’un démenti soit apporté par d’autres analyses génétiques.

LA CROIX 06/02/20 Coronavirus: la Chine suspecte le pangolin d'être la bête noire source de l'épidémie. Du rat pour la peste, au chien pour la rage, l’histoire et la science nous ont souvent enseigné le rôle prédominant des animaux dans la transmission d’un virus à l’homme. Des chercheurs de l’Université d’agriculture du sud de la Chine ont identifié le pangolin, petit mammifère à écailles menacé d’extinction, comme « un possible hôte intermédiaire » du coronavirus.