background preloader

Myxomatose

Facebook Twitter

15èmes Journées de la Recherche Cunicole, 19-20 novembre 2013, Développement d'un test moléculaire d'amplification isothermal (LAMP) pour la détection rapide du virus de la Myxomatose. EVENING EXPRESS (UK) 10/10/16 Warning as myxomatosis outbreak hits rabbits in North-east. A vet has warned North-east rabbit owners to urgently vaccinate their pets against a fatal disease, after a rapid outbreak.

EVENING EXPRESS (UK) 10/10/16 Warning as myxomatosis outbreak hits rabbits in North-east

Donview Veterinary Centre said myxomatosis is “spreading fast” in the Inverurie area. Vets have seen around eight pets with the disease in the past week alone. Charlie Carnochan, director of the centre, said he hadn’t seen a single case for a couple of years, until now. He added: “We used to see it constantly but it hasn’t happened for a while. “Every day we’re getting rabbits in with myxy. “It’s just horrible. “We can’t treat it, it’s pretty much fatal. “It’s quite scary the speed it’s coming on and we have cut our vaccination costs down. Myxomatosis is caused by the myxoma virus, which is widely distributed in the wild rabbit population. Even if a rabbit never comes into direct contact with animals from the wild, it can still become infected with this disease.

JOURNAL OF WILDLIFE DISEASES - 1998 - Impact of viral hemorrahic disease on a wild population of European rabbits in France. Myxomatosis. Myxomatosis (sometimes shortened to "myxo" or "myxy") is a disease that affects rabbits and is caused by the myxoma virus. It was first observed in Uruguay in laboratory rabbits in the late 19th century. It was introduced into Australia in 1950 in an attempt to control the rabbit population (see Rabbits in Australia). Affected rabbits develop skin tumors, and in some cases blindness, followed by fatigue and fever; they usually die within 14 days of contracting the disease.

Spread of the disease[edit] Myxomatose. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Myxomes, ici sous l'œil et à la base de l'oreille. La myxomatose est une maladie virale très souvent mortelle atteignant les lagomorphes, en particulier les lapins européens (y compris introduits sur d'autres continents) qui n'y sont pas naturellement immunisés, mais très rarement le lièvre[1]. Selon l'Organisation mondiale de la santé animale, la maladie n'a pas été signalée en Asie, en Afrique australe ni en Nouvelle-Zélande[2]. Symptômes[modifier | modifier le code] L'atteinte des yeux est souvent le premier signe de la maladie. L'animal malade est fiévreux et affaibli, parfois aveugle et ne peut plus se nourrir. CUNICULTURE MAGAZINE 31/12/06 Le marché du lapin en France en 2005 et premiers chiffres pour 2006. Contexte mondial et européen Pour introduire l'importance relative de la production cunicole française, il est utile de la replacer dans son contexte international.

Pour effectuer la comparaison il peut sembler efficace de faire appel aux données régulièrement publiées par la FAO (Organe des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation dans le Monde). C'est ce qu'a fait A. Braine pour sa présentation. Elle donne ainsi une production cunicole mondiale annuelle qui selon la FAO serait de 1,2 millions de tonnes de carcasses. Ce chiffre est nettement plus faible que les 1,8 millions de tonnes que nous avions publié il y a quelques années (Lebas et Colin, 2000).

Les données de la FAO et les nôtres sont effectivement une peu différentes pour certain pays, mais nous nous sommes surtout aperçus que les données de la FAO sont pleines de valeurs nulles (surprenant , non ?) OATAO - 2008 - Etude de la protection virologique induite par la vaccination contre la myxomatose chez le lapin européen. OATAO - 2005 - Epidémiosurveillance du lièvre européen dans la région Midi-Pyrénées de 2001 à 2003. Ecole Nationale Vétérinaire. Besson, Vanessa. Epidémiosurveillance du lièvre européen dans la région Midi-Pyrénées de 2001 à 2003. Thèse d'exercice, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 2005, 80 p.

Après avoir rappelé les principaux éléments de biologie du Lièvre européen (Lepus europaeus, Pallas, 1778), l'auteur présente, dans une première partie, les grandes maladies et causes de mortalité affectant cette espèce à l'état sauvage. CHASSE ARDENNES - MAI 2011 - La Myxomatose du Lapin. La myxomatose du lapin La myxomatose, poxvirose originaire du continent américain, a été reconnue à la fin du XIXe siècle suite à l'introduction de lapins domestiques. Bénigne sur ses hôtes originels, les lapins américains Sylvilagus brasiliensis et Sylvilagus bachmani,la maladie s'est révélée hautement létale pour le lapin de garenne, Oryctolagus cuniculus. A la fin des années 1940, pour faire face aux dégâts et aux destructions de milieux occasionnés par le lapin de garenne dans de nombreux pays, des essais d'introduction de la myxomatose eurent lieu en Australie, Nouvelle-Zélande, Ecosse, Suède et Danemark. Malgré une diffusion locale, le virus ne s'implanta alors dans aucun de ces pays.

C'est en 1950 que la première introduction réussie fut effectuée en Australie. La myxomatose est une maladie virale très souvent mortelle atteignant les lagomorphes et en particulier les lapins. Deux formes cliniques sont reconnues : c) des difficultés respiratoires ; ONCFS - Poster Myxomatose. GETBRACKNEL 09/11/11 Vet warns of myxomatosis increase. PLEINCHAMP 21/10/11 Le spectre de la myxomatose plane sur les élevages de lapins. Benoît Bigeard, président de la section cunicole de la FNSEA 44, s’inquiète de la pénurie actuelle de vaccins contre la myxomatose. 21/10/11 Volailles / lapins La production cunicole se bat depuis des années contre une crise causée par des prix de la viande trop bas et des coûts d’aliment élevés.

Mais un nouveau souci se profile : le manque de vaccins contre la myxomatose. Pour un éleveur de lapin, le seul mot de myxomatose suffit à provoquer l’inquiétude. Cette maladie, mortelle dans presque tous les cas, a d’ailleurs laissé des traces dans la mémoire collective : quiconque avait des lapins dans les années cinquante, se souvient de leurs yeux rouges et purulents, de leurs nodules, œdèmes et saignements, puis de leur mort à plus ou moins brève échéance. Avec son épouse, Benoît Bigeard conduit un élevage de 1 300 mères lapines : « Nous sommes naisseurs-engraisseurs, comme 99 % des éleveurs de lapins ».