background preloader

Autres informations concernant l'élevage et l'alimentation anima

Facebook Twitter

FAO - SEPT 2009 - Tackling climate change through livestock. Dans ce nouveau rapport, la FAO réévalue la contribution de l’élevage aux émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique à 14.5 %, soit 7.1 gigatonnes d’équivalent CO2 par an.

FAO - SEPT 2009 - Tackling climate change through livestock

L’élevage viande représente 41 % de cette contribution, soit environ 6% des émissions mondiales d’origine humaine. Les deux sources principales d’émissions sont la fabrication des aliments et la fermentation entérique des ruminants, avec respectivement 45 et 39 %. Efficience de l’élevage extensif en milieu difficile Auteur : CIRADÉditeur : CiradDate de publication : 01/2014 Cette nouvelle édition de Perspective, bulletin édité par le Cirad, montre que les systèmes extensifs ne sont pas forcément les moins efficients comme l’écrivait la FAO dans son rapport de 2006 (Livestock Long Shadow).

Viandes & Produits Carnés - 2014 - Empreinte environnementale de la viande et des produits carnés. FAO - 2014 - Lutter contre le changement climatique grâce à l’élevage Une évaluation des émissions et des opportunités d’atténuation au niveau mondial. Résumé:

FAO - 2014 - Lutter contre le changement climatique grâce à l’élevage Une évaluation des émissions et des opportunités d’atténuation au niveau mondial.

Centro de Energia Nuclear na Agricultura 07/08/14 Thèse en ligne : Greenhouse gas emission on Brazilian beef production: from experimental data to farm-scale modeling. Doctoral Thesis Document Author Full name André Mancebo Mazzetto.

Centro de Energia Nuclear na Agricultura 07/08/14 Thèse en ligne : Greenhouse gas emission on Brazilian beef production: from experimental data to farm-scale modeling

INSTITUT DE L ELEVAGE - Empreinte Eau de la viande bovine : des vérités à rétablir. WIKIPEDIA - Impact environnemental de la production de viande. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

WIKIPEDIA - Impact environnemental de la production de viande.

Les impacts environnementaux de la production de viande, tant intensive qu'extensive, sont principalement une consommation de l'eau et d'énergie, un risque de dégradation de la qualité de l'eau, une substitution des forêts par des prairies ou des prairies par des cultures annuelles. Certaines sources évoquent aussi une plus forte contrainte sur les territoires, une réduction de la biodiversité et une production de gaz à effet de serre, bien que ces données soient controversées. L'impact dépend notamment du type d'élevage : Dans les systèmes modernes, des cultures végétales intensives alimentent des élevages intensifs de presque toutes les espèces (seules quelques espèces comme l'oie, le mouton et la chèvre ne supportent pas ce mode de production) en utilisant des techniques modernes : bâtiments thermo-régulés et ventilés, système hors sols, énergies fossiles, machinisme, engrais chimiques et minéraux, pesticides.

FAO 09/06/11 Présentation : Greenhouse gas emissions from the global cattle sector. Institute of Animal Science - ETH Zurich - 2006 - Report to the attention of IPCC about the data set and calculation method used. UNIVERSITY OF EXETER - 2009 - A Scientific Review of the Impact of UK Ruminant Livestock on Greenhouse Gas Emissions. SCIDEV 04/03/10 Carne de la Amazonia genera alta huella de carbono. LA TERRE 17/12/10 Les porcs québécois polluent moinsL’empreinte carbone des porcs d’ici est meilleure que la moyenne mondiale. 17 décembre 2010 La production porcine du Québec serait plus verte que ses comparses à l’international.

LA TERRE 17/12/10 Les porcs québécois polluent moinsL’empreinte carbone des porcs d’ici est meilleure que la moyenne mondiale.

Selon une étude dévoilée par les producteurs de porcs de la province, l’empreinte carbone se situe à 4,16 kg de CO2 par kilo de carcasse de porc. À titre de comparaison, un porc de l'Australie, du Danemark, des États-Unis ou du Royaume-Uni produit 4,8 kg de CO2. La firme OGO Technologies a fait l’analyse du cycle de vie permettant de quantifier les sources d’émission de gaz à effet de serre et ainsi estimer l’empreinte carbone. L’étude a pris en considération la production des céréales requises pour la moulée, la fabrication de la moulée, la gestion des fumiers, les opérations à la ferme ; le transport et l'abattoir ont aussi été considérés dans cette étude. Fédération des producteurs de porcs du Québec - DEC 2010 - Évaluation du niveau de perfectionnement à apporter à l’outil de quan. C'est le parfait exemple du mensonge répété de nombreuses fois et qui devient une vérité aux yeux de la société », constatait Javier Lopez, directeur de l'association espagnole des producteurs de viande bovine, Asoprovac, lors du Sommet de l'élevage.

Les invités d'Interbev au colloque annuel planchaient sur l'environnement et plus particulièrement sur les attaques subies par la viande bovine quant à sa responsabilité vis à vis des émissions de gaz à effets de serre (GES). Le fameux « mensonge » qui tourne en boucle depuis plus de deux ans sur de nombreux sites Internet et dans la quasi-totalité des médias généralistes, c'est ce chiffre accusateur de la FAO(1), publié en 2006, qui impute 18 % des GES à l'élevage. Un taux calculé à l'échelle mondiale et qui porte sur tout le cycle de vie de la viande ; une partie de ces GES pourraient donc être attribuée à d'autres secteurs tels que les transports ou l'industrie. Intégrer le stockage du carbone 25 à 30 % des émissions sont compensées.