background preloader

Etats généraux de l'alimentation

Facebook Twitter

ECONOMIE_GOUV_FR 21/12/17 Journée de clôture des Etats généraux de l'alimentation - Revoir l'événement en différé. LCP 22/12/17 Que faut-il retenir des États généraux de l'alimentation. Les Etats généraux de l'alimentation vont peut-être sonner le glas des promotions agressives dans nos supermarchés. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé, jeudi, une future loi et peut-être des ordonnances. L'exécutif compte notamment revaloriser de 10% le seuil de revente à perte et encadrer plus strictement les promotions dans la grande distribution. Deux mesures qui seront en test pendant deux ans. Sortir de la guerre des prix Le député La République en marche Jean-Baptiste Moreau, agriculteur dans la Creuse, se réjouit des intentions du gouvernement : "C'est une très nette évolution par rapport à l'ordre des choses.

La fin des promotions à tout-va de la grande distribution vise à réapprendre aux consommateurs la valeur de la nourriture. Désaccords avec Nicolas Hulot Nicolas Hulot a brillé par son absence, jeudi, pour la clôture des Etats-généraux de l'alimentation Un projet qu'il portait pourtant de longue date. TERRE-NET 15/12/17 Etats généraux de l'alimentation La Conf' et le Modef se dressent contre le plan de filière du Gnis. La Confédération paysanne et le Modef s'opposent fermement au plan de filière du Gnis, présenté mardi 12 décembre 2017, « qui sert uniquement les intérêts des multinationales de l'agro-industrie et pas ceux des paysans. » Le Gnis a présenté mardi 12 décembre ses propositions pour les États généraux de l'alimentation.

L'interprofession a ainsi souhaité que certains NPBT (New Plant Breeding Techniques), dits « nouveaux OGM », soient autorisés : « Nous demandons que certaines de ces techniques ne soient pas reconnues comme OGM, car elles ne sont pas éloignées de ce que l'on fait déjà », a expliqué François Desprez lors de la conférence de presse du Gnis. Pour la Confédération paysanne et le Modef, le Gnis « n'a pas compris le sens du mot transition agricole ». « Non content d'ignorer les semences produites par les agriculteurs, qui représentent près de la moitié des semences agricoles utilisées en France, le Gnis demande maintenant de supprimer la réglementation des OGM. »

RTL 21/12/17 Agriculture : ce que les États généraux de l'alimentation vont changer. C'est l'issue de cinq mois de discussions, ateliers et consultations publiques. Jeudi 21 décembre, se clôturent les États généraux de l'alimentation, grande concertation entre les différentes filières de la grande distribution promise par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle.

Résultat : un projet de loi sur l'alimentation qui sera adopté en début d'année prochaine. Deux points sont d'ores-et-déjà actés : la lutte contre la vente à perte, et l'encadrement des promotions abusives. Les produits alimentaires ne pourront plus être vendus dans le commerce en dessous du prix d'achat majoré de 10% pour couvrir les frais de logistique et transport.

Ces mesures expérimentales seront suivies pendant deux ans, notamment pour voir si l'agroalimentaire répercute ces nouvelles règles sur les exploitants agricoles. Un délit de maltraitance animale Développement du bio et fin des pesticides Un plan de développement de l'agriculture bio sera annoncé d'ici la fin du premier trimestre 2018.

REPORTERRE 22/12/17 Hulot mécontent, ONG déçues : le bide des états généraux de l’alimentation. La journée avait à peine commencée qu’un vent d’agitation soufflait dans les travées : Nicolas Hulot, encore annoncé la veille, ne viendrait pas prononcer le discours attendu. Quelques dizaines de minutes plus tard, c’était confirmé, les organisateurs de l’événement évoquant un "problème d’agenda". Jeudi 21 septembre se tenait donc à Paris la journée de clôture des États généraux de l’alimentation, lancés en juillet dernier. La scène a vu défiler ministres (de l’Agriculture, de la Santé) et acteurs de la filière depuis les agriculteurs jusqu’aux distributeurs. Ils faisaient le compte rendu de plusieurs mois de débats ayant réuni quelques centaines de participants.

Les annonces concrètes du gouvernement étaient très attendues. L’absence du ministre de la Transition écologique a fortement "inquiété" les associations environnementales. Un "nouveau programme en faveur de l’agriculture biologique" Edouard Philippe a déçu les écologistes Concernant l’environnement, M. QUE CHOISIR 22/12/17 Etats généraux de l’alimentation - Après les discussions, place à l’action. Les Etats généraux de l’alimentation (EGA) prennent fin ce jeudi 21 décembre 2017. Les cinquante organisations de la « plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire », impliquées dans ce processus pour faire entendre la voix de la société civile, tiennent à ce qu'il débouche sur des actes cohérents et des résultats ambitieux, notamment via les plans de filières, la loi sur l'alimentation prévue début 2018 et la prochaine loi de finances.

Tout d’abord, nous dénonçons fermement le fait que, parallèlement aux discussions des EGA censées préparer un virage agroécologique de notre agriculture et de notre alimentation, le gouvernement ait opéré ces 6 derniers mois des reculs sur des sujets cruciaux : suppression d'aides au développement de l’agriculture biologique, autorisation de nouveaux néonicotinoïdes, entrée en vigueur provisoire du CETA, fragilisation de la politique foncière. Les actions doivent notamment porter sur: - le droit au revenu des paysans, PAYSAN BRETON 14/12/17 La contribution du Gnis aux Etats Généraux de l’Alimentation. Lors de la conférence annuelle du Gnis du 12 décembre 2017 a été remis le rapport annuel 2016-2017 qui confirme, une nouvelle fois que la filière française des semences et plants tient une position clé en Europe en se plaçant comme le premier producteur de semences et le premier marché européen.

Communiqué du Gnis du 13/12/2017 Le chiffre d’affaires de la filière semences et plants est de 3,3 milliards d’euros pour la campagne 2016/2017. Soit, une légère progression qui n’est due qu’à une croissance supérieure à 7 % des exportations. Une étude BVA : les Français ont une vision paradoxale des semences et des plants En septembre 2017, le Gnis a réalisé une étude BVA afin d’en savoir plus sur l’opinion des Français vis-à-vis des semences et des plants. La filière a une image plutôt bonne (66 %) mais elle est surtout méconnue, seuls 5 % des Français déclarent bien la connaître et 22 % partiellement. Une légitimité avérée pour une contribution aux Etats Généraux de l’Alimentation. PAYSAN BRETON 22/12/17 EGAlim : une consultation publique marquée par la question animale. Lors de la clôture des Etats généraux de l’alimentation le 21 décembre, le gouvernement a fait le bilan de la consultation publique en ligne lancée le 20 juillet, qui a été fortement investie par les ONG de défense du bien-être animal ou du végétarisme.

Dans le top 10 des solutions les plus soutenues proposées par des organisations, on trouve: «l’étiquetage obligatoire du mode d’élevage et d’abattage pour tous les produits carnés, laitiers et ovoproduits sur le modèle des oeufs» (proposée par CIWF, 2808 votes favorables), «l’arrêt progressif des cages en élevage et le financement d’un plan de transition vers des élevages sans cage» (CIWF, 1996), «abroger les textes de loi imposant les protéines carnées dans les écoles» (association végétarienne française, 1094), «sortir du tout glyphosate» (FNE, 991).

NOVETHIC 22/12/17 TRAÇABILITÉ, BIO, GASPILLAGE ALIMENTAIRE... DE TROP FAIBLES AVANCÉES PENDANT LES ÉTATS GÉNÉRAUX DE L'ALIMENTATION. C'était un des grands thèmes des États généraux de l'alimentation : répondre aux attentes des consommateurs en promouvant une alimentation saine, sûre et durable. Car "les consommateurs ont une partie de la réponse, quand ils veulent plus de qualité, ils contribuent à changer la filière", a estimé le Premier ministre Édouard Philippe lors de son discours de clôture le 21 décembre. Les annonces sur la bio toujours aussi floues Pourtant, le sujet a quelque peu été éclipsé par celui de la revalorisation du revenu des agriculteurs. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, a d'ailleurs annulé sa visite, au dernier moment, arguant un problème d'agenda. Les associations estiment plutôt que les mesures environnementales, trop peu ambitieuses, ne le satisfont pas.

Sans compter, la place prédominante prise par le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert. Des mesures sont toutefois à noter. Cette décision visait aussi à encourager la conversion des agriculteurs vers la bio. LSA CONSO 21/12/17 Etats généraux de l’alimentation : l’heure du bilan et des premières mesures. C’est ce jeudi 21 décembre 2017 que doivent se clôturer officiellement les Etats Généraux de l’alimentation. Cinq mois et un jour après le lancement de cette grand-messe voulue par le président de la République, industriels, distributeurs, agriculteurs, acteurs de l’économie sociale et solidaire, ONG, associations et syndicats vont donc se retrouver pour la dernière fois rue de Bercy dans les locaux du Ministère de l’économie et des finances.

Les premières mesures législatives dévoilées Après un compte rendu de chaque atelier du second chantier consacré à la promotion d’une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous, le premier ministre Edouard Philippe devrait en fin de journée conclure cette période de concertation et dévoiler les premières propositions de la loi modifiant les relations commerciales.

L'inversion des contrats doit permettre aux agriculteurs d'en déterminer les termes définis selon leurs coûts de production. Des plans de filières ambitieux. LES ECHOS 21/12/17 Etats généraux de l'alimentation : une pluie de projets et deux décisions. LE MONDE 22/12/17 Etats généraux de l’alimentation : pour Nicolas Hulot, « le compte n’y est pas » Le ministre de la transition écologique et solidaire n’a pas participé à la séance de clôture du grand rendez-vous du monde agricole. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Rémi Barroux L’absence de Nicolas Hulot lors de la clôture des Etats généraux de l’alimentation (EGA), jeudi 21 décembre, a jeté une ombre sur la conclusion de six mois de débats, que de nombreux participants de tout bord (organisations agricoles, associations de défense de l’environnement, professionnels du secteur…) ont jugés intéressants. Pour le ministre de la transition écologique et solidaire, « le compte n’y est pas, ce n’était pas suffisamment conclusif et, donc, ce n’était pas pour moi le temps de conclure », a-t-il confié au Monde, jeudi soir.

Lire aussi : Après cinq mois de discussions, les états généraux de l’alimentation se sont refermés Pour le ministre, il reste beaucoup de travail à faire. Le malaise des ONG Lire aussi : Une loi pour rééquilibrer les relations dans l’agroalimentaire. LE FIGARO 22/12/17 États généraux de l'alimentation : Hulot émet des critiques puis se reprend.

LE SCAN POLITIQUE - Le ministre de l'Écologie ne cache pas son mécontentement à propos des États généraux de l'alimentation, dont il a boudé la journée de conclusion, jeudi. Encore des remous autour de Nicolas Hulot? Alors que le ministre de l'Écologie était attendu jeudi matin, pour un discours lors de la journée de clôture des États généraux de l'alimentation, l'ex-animateur de télévision a fait faux bond. Dans un premier temps, son entourage a évoqué un «problème d'agenda». Puis, ce vendredi, Nicolas Hulot est allé par-delà les raisons diplomatiques invoquées par son ministère: «Le compte n'y est pas, ce n'était pas suffisamment conclusif et, donc, ce n'était pas pour moi le temps de conclure», a-t-il confié au quotidien Le Monde .

«Ce n'est pas un psychodrame, je considère que les conclusions ne sont pas à la hauteur de la qualité du travail extraordinaire et des propositions qui ont été faites dans les ateliers. LE FIGARO 21/12/17 A quoi ont servi les États généraux de l'alimentation ? A l'occasion de la clôture, ce jeudi, des états généraux de l'alimentation, le gouvernement a annoncé une loi pour revoir les conditions de marché entre agriculteurs et distributeurs. Sur le bio et les pesticides, les mesures sont plus floues. Après cinq mois de débats, les états généraux de l'alimentation se sont conclus sur l'annonce «d'un projet de loi au début de cette année pour garantir des conditions de marché justes, efficaces, saines», a indiqué le premier ministre dans son discours de clôture, en l'absence du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

Cette loi devra remplir «trois défis afin de donner au modèle agricole un nouveau souffle», martèle Édouard Philippe. Le gouvernement s'est engagé à faire passer cette loi par ordonnances, une victoire pour les distributeurs et la FNSEA qui ont ainsi la garantie que le texte ne sera pas modifié par d'éventuels amendements. ● Promesses de restrictions des promotions et d'une meilleure répartition de la valeur ajoutée. LA CROIX 21/12/17 Etats généraux de l'alimentation: une loi, des mesures, et des calendriers pour le quinquennat.

Emmanuel Macron aux Etats généraux de l'alimentation, le 11 octobre 2017 à Rungis / POOL/AFP Les Etats généraux de l'alimentation se sont conclus jeudi sur l'annonce d'une loi pour soutenir les producteurs face à la grande distribution, et une foule de projets à mettre en oeuvre durant le quinquennat afin de parvenir à une alimentation "saine, sûre, durable et accessible à tous". 1 - Projet de loi sur l'alimentation: Il sera adopté avant la fin du premier semestre 2018 par ordonnances. Deux points sont actés: la lutte contre la vente à perte, et l'encadrement des promotions abusives. Les produits alimentaires ne pourront plus être vendus dans le commerce en dessous du prix d'achat majoré de 10% pour couvrir les frais de logistique et transport. Egalement terminées, les promotions du type "un acheté, un gratuit": elles pourront porter au maximum sur un tiers (34%) de la valeur des produits, soit "deux achetés, un gratuit", et 25% du volume vendu par an. 3 - Plans de filières agricoles afp.

JSS 10/12/17 Fin du premier chantier des états généraux de l’alimentation - Quel bilan pour les négociations entre les producteurs, industriels et distributeurs ? Les travaux relatifs au premier chantier des États généraux de l’alimentation, dédiés à la création et à la répartition de la valeur au sein de la filière agroalimentaire, ont pris fin le 11 octobre dernier avec le discours prononcé à Rungis par le président de la République. Les débats qui ont mobilisé l’ensemble des acteurs de la filière (producteurs, industriels, distributeurs et consommateurs) ont débouché sur une volonté commune de recréer de la valeur, notamment en rendant les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs (« le juste prix payé »), en mettant un terme à la guerre des prix (passer des prix « prédateurs » aux « prix responsables »), et en réinstaurant, par des règles de contractualisation pluriannuelle des relations et une responsabilisation des acteurs de la filière, une confiance mutuelle.

Au rang des satisfactions par rapport aux attentes exprimées figurent notamment la volonté : Mais certaines craintes demeurent. Cabinet Fidal. JDLE 21/12/17 Les Etats généraux de l’alimentation se concluent sur une note amère. Edouard Philippe a clôturé les Etats généraux de l'alimentation A l’issue de 5 mois de travaux, les Etats généraux de l’alimentation ont officiellement été clôturés, ce 21 décembre, par quelques annonces timides en faveur d’une transition écologique de l’agriculture. L’absence de Nicolas Hulot a sérieusement assombri le grand raout organisé par le gouvernement à Bercy. Justifiée par «un problème d’agenda», elle pourrait aussi exprimer la colère des défenseurs de l’environnement face aux annonces davantage tournées vers les prix que vers la qualité des produits. Revente et promotions limitées Première d’entre elles, le gouvernement va imposer aux distributeurs un seuil de revente à perte de 10%.

Autre mesure visant à limiter la guerre des bas prix: les grandes surfaces ne pourront pas réaliser des promotions supérieures à 34% du prix normal ni au-delà de 25% du volume annuel vendu. La bio aux calendes grecques phyto for ever ? Autant de gaspillage "Annonces de forme" EUROPE 1 22/12/17 Le gros malaise de Stéphane Travert pour expliquer l’absence de Nicolas Hulot à la clôture des Etats généraux de l’alimentation. EUROPE 1 21/12/17 Les consommateurs, grands perdants des Etats généraux de l’alimentation ?

EUROPE 1 21/12/17 Etats généraux de l'alimentation : pour le consommateur, "il n'y a rien de concret dans le projet de loi" DOSSIER FAMILIAL 22/12/17 Etats généraux de l’alimentation : quels impacts pour les agriculteurs et les consommateurs ? CLICANOO 27/12/17 La drôle de soupe des États généraux de l'alimentation. CFTC 20/12/17 Etats généraux de l'alimentaiton - La proposition phare CFTC : un socle commun multicritères pour tous les labels agricoles. AFP 21/12/17 Les Etats généraux de l'alimentation se concluent sur des interrogations. AFP 21/12/17 Etats généraux de l'alimentation: Bilan et premières mesures annoncées pour l'agriculture. AFP 13/12/17 Etats généraux de l'alimentation L'APCA présente un livre blanc pour des exploitations « multiperformantes »

ACTU ENVIRONNEMENT 21/12/17 Etats généraux de l'alimentation : pas de cap clair sur l'environnement. MAA 21/12/17 Journée de clôture des États généraux de l'alimentation. ASSEMBLEE NATIONALE 23/11/17 Commission des affaires économiques : journée d'auditions sur l'alimentation (après-midi) Table ronde 3 : Focus sur l'amont, les bonnes pratiques pour l'agriculture Table ronde 4 : focus sur l"aval - les bonnes pratiques de la. ASSEMBLEE NATIONALE 23/11/17 Commission des affaires économiques : États généraux de l’alimentation (auditions diverses) Table ronde 1 : Etats généraux de l'alimentation : Quels sont les grands enjeux alimentaires du futur ? Table ronde 2 : Etats généraux. SYSTEMES ALIMENTAIRES - 2017 - RASTOIN (Jean-Louis), « Éditorial. États généraux de l’alimentation : Une opportunité pour accélérer la nécessaire transition des systèmes alimentaires en France, en Europe et dans le monde »

E. MACRON via PERISCOPE 11/10/17 Discours à Rungis pour les Etats généraux de l'alimentation. MAA via DAILYMOTION 11/10/17 Laurence Delva, Cheffe du service de l'alimentation, expose les enjeux du second chantier des États généraux de l'alimentation afin de garantir une alimentation encore plus sûre, saine, durable et accessible à tous. MAA via CALAMEO - SEPT 2017 - ALIM'AGRI - les Etats généraux de l'alimentation. PUBLIC SENAT 24/09/17 Audition de Stéphane Travert. ASSEMBLEE NATIONALE 12/09/17 Vidéo : Commission des affaires économiques : États généraux de l'alimentation (auditions diverses)

EGALIMENTATION_GOUV_FR 08/09/17 Auvergne-Rhône-Alpes : retour sur l’organisation de la 1ère rencontre. MAA 28/08/17 #EGalim : Stéphane Travert lance les ateliers des États généraux de l'alimentation Le calendrier de démarrage des 14 ateliers des États généraux de l'alimentation (PDF, 43.32 Ko) MAA VIA YOUTUBE 21/07/17 Les États Généraux de l'Alimentation 2017. MAA 20/07/17 #EGalim : Le choix d'une plate-forme participative ouverte pour la consultation publique : egalimentation.gouv.fr. États Généraux de l'Alimentation. GOUVERNEMENT 20/07/17 Discours d'ouverture des États généraux de l’alimentation. Revenu des agriculteurs. Prix et coût de production de l'alimentation.