background preloader

COVID-19 et souveraineté alimentaire

Facebook Twitter

JO SENAT 31/12/20 Au sommaire : Question écrite n° 18812 Préserver la souveraineté alimentaire française. Question écrite n° 18812 de M.

JO SENAT 31/12/20 Au sommaire : Question écrite n° 18812 Préserver la souveraineté alimentaire française

Yves Détraigne (Marne - UC) publiée dans le JO Sénat du 12/11/2020 - page 5206 M. Yves Détraigne souhaite appeler l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la nécessité d'encourager chacun à consommer « une alimentation d'origine France et de proximité ». En effet, les agriculteurs, mais aussi leurs fournisseurs de l'amont et leurs clients de l'aval, vont démultiplier leurs efforts pour permettre à la chaîne alimentaire de fonctionner correctement et éviter ainsi toute rupture d'approvisionnement. Si l'activité de production va se poursuivre, le confinement va avoir un impact dramatique sur les ventes de certaines entreprises, dont certaines font déjà face à des difficultés majeures.

Les consommateurs doivent, dans un acte d'achat citoyen et responsable, privilégier l'origine France et le local notamment dans les circuits de distribution de proximité qui vont de nouveau voir le jour. REUTERS 28/12/20 Analysis-Hungry for change: Faulty food systems laid bare by COVID-19 and climate crises. ROME/LONDON (Thomson Reuters Foundation) - From wildfires in California and locust attacks in Ethiopia to job losses caused by pandemic lockdowns in Italy and Myanmar, climate change and COVID-19 disrupted food production and tipped millions more people into hunger in 2020.

REUTERS 28/12/20 Analysis-Hungry for change: Faulty food systems laid bare by COVID-19 and climate crises

EURACTIV 18/12/20 Atteindre la souveraineté alimentaire : quels rôles pour l’innovation et les technologies de rupture ? Souvent confondue avec la sécurité alimentaire ou l’autosuffisance alimentaire, la souveraineté alimentaire fait référence au droit des populations à définir leurs propres politiques agricoles et alimentaires, protéger et contrôler la production et les échanges agricoles intérieurs, déterminer leur marge d’indépendance et limiter le dumping des produits importés à bas prix sur leurs marchés.

EURACTIV 18/12/20 Atteindre la souveraineté alimentaire : quels rôles pour l’innovation et les technologies de rupture ?

Ce concept met ainsi l’accent sur la production et la consommation locale. En juillet, le président français Emmanuel Macron a souligné la nécessité d’augmenter la souveraineté alimentaire, avançant que la France devait «renforcer sa capacité à produire ses propres protéines» et favoriser un modèle plus autonome à cet effet. Le dirigeant français s’est engagé à mettre en place une «souveraineté agricole», après avoir noté que l’Hexagone importait actuellement la plupart de ses protéines, mais qu’il était capable de les produire à l’échelle nationale et européenne. Défis&Controverses. RADIO CANADA VIA YOUTUBE 13/11/20 La semaine verte. FRONT. VET. SCI. 10/11/20 The COVID-19 Pandemic and Global Food Security.

Introduction Food security is central to the United Nations 2030 Agenda for Sustainable Development Goals (SDG), which aim to end poverty and protect the planet from environmental degradation (1).

FRONT. VET. SCI. 10/11/20 The COVID-19 Pandemic and Global Food Security

Framed around these SDGs, the concept of “Planetary Health” emphasizes the understanding that human health and human civilization depend on wealthy natural systems and their prudent stewardship (2, 3). In addition to existing environmental changes (e.g., droughts, floods, extensive wildfires, typhoons, sea-level rise, etc.) that have recently led to major food crises (4), the world is now experiencing the worst pandemic since the Spanish flu in 1918. PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-003413/2020 Les stocks agricoles — retour à plus de souveraineté alimentaire. ERS USDA - AOUT 2020 - International Food Security Assessment, 2020–30. By Felix Baquedano, Cheryl Christensen, Kayode Ajewole, and Jayson Beckman In the 76 low- and middle-income countries examined in the report, the number of people considered food insecure in 2020 was estimated at almost 761 million people or 19.8 percent of the total population.

ERS USDA - AOUT 2020 - International Food Security Assessment, 2020–30

The shock to GDP from COVID-19 is projected to increase the number of food-insecure people by 83.5 million people in 2020 to 844.5 million and increase the share of the population that is food insecure to 22 percent. LE MONDE 28/06/20 Alimentation : « Les pratiques agricoles vertueuses doivent être soutenues » Tribune.

LE MONDE 28/06/20 Alimentation : « Les pratiques agricoles vertueuses doivent être soutenues »

Dans le contexte de la crise du Covid-19 et de ses suites, les appels à une plus grande souveraineté alimentaire de la France sont nombreux. Celle-ci suppose une baisse des importations qui passe principalement par des gains de compétitivité prix et hors prix des producteurs nationaux. Elle peut aussi se traduire par une reterritorialisation de l’alimentation, remettant en cause le mouvement de spécialisation productive des territoires qui a prévalu au cours des dernières décennies. Cependant, la réduction des importations et la reterritorialisation ne sont que deux vecteurs qui doivent être mis au service d’un enjeu supérieur, celui de la durabilité de notre agriculture et de notre alimentation. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Anne-Cécile Suzanne : « Le discours adressé aux agriculteurs est d’une incohérence totale » Tout d’abord, en s’assurant que cela ne profite pas à des concurrents moins-disants sur les deux plans de l’environnement et de la santé.

REUSSIR 23/06/20 Souveraineté alimentaire : le plan protéines annoncé à la rentrée (Didier Guillaume) Le plan protéines, atout du gouvernement pour permettre au pays d’assurer sa souveraineté alimentaire ?

REUSSIR 23/06/20 Souveraineté alimentaire : le plan protéines annoncé à la rentrée (Didier Guillaume)

C’est en tout cas l’exemple cité par le ministre de l’Agriculture pour défendre le sujet, le 11 juin devant la commission du développement durable de l’Assemblée Nationale, puis le 18 juin dernier, sur Public Sénat. « Nous importons des tourteaux de soja d’Amérique qui sont OGM pour nourrir le bétail. Le Président de la République nous a demandé que nous ayons totalement la souveraineté sur les protéines végétales, c’est-à-dire qu’il va falloir planter de la protéine végétale afin d’être totalement autonome », a précisé le ministre. Véritable arlésienne, les concertations de ce plan protéines ont été lancées en février 2019, avec des conclusions annoncées pour l’automne suivant mais jamais publiées.

Le sujet a été relancé par Emmanuel Macron le 22 février dernier au Salon de l’Agriculture, qui a alors évoqué un financement hors PAC de 50 millions d’euros.

Autonomie protéique

PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-002527/2020 La crise du COVID-19 nous aura démontré la nécessité de retrouver une souveraineté alimentaire. LE MONDE 03/06/20 La crise due au coronavirus relance le débat sur la souveraineté alimentaire. En temps de confinement et de crise liée au coronavirus, le contenu de l’assiette a été scruté de près.

LE MONDE 03/06/20 La crise due au coronavirus relance le débat sur la souveraineté alimentaire

Sujet de préoccupation d’abord, quand les emplettes fiévreuses vidaient les rayons de pâtes, riz, farine et œufs des supermarchés. Objet d’occupation ensuite, lorsque le « fait maison » défrayait les réseaux sociaux, chacun s’inventant des talents de boulanger, de pâtissier ou de cuisinier. Les craintes des plus pessimistes ne se sont pas concrétisées : la pénurie alimentaire n’a pas eu lieu.

Toutefois, les tensions ont été fortes et les acteurs se sont mobilisés, sous l’œil attentif du gouvernement. A cette occasion, Emmanuel Macron a souligné le caractère stratégique de l’agriculture française. « Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Salon de l’agriculture, Emmanuel Macron tente d’apaiser la « colère » du monde agricole.

AGREENIUM VIA YOUTUBE 26/05/20 Webinaire : "Covid-19: repenser la souveraineté alimentaire de la France ?" COSCIENCES VIA YOUTUBE 22/04/20 Autonomie alimentaire, est-ce possible ? RIA 12/05/20 L’impact juridique du Covid-19 sur les contrats commerciaux. LES ECHOS 12/05/20 PODCAST - Coronavirus : de l'insécurité à l'autosuffisance alimentaire - Episode 2. L OPINION 05/05/20 «Rebâtir notre souveraineté alimentaire»: l’appel de sept grandes organisations agricoles. L’histoire retiendra de la crise du Covid-19 qu’elle fut un révélateur de la grande fragilité de nos sociétés face à l’aléa sanitaire, à la difficulté de bâtir une réponse internationale forte et concertée, et à une mondialisation ayant conduit à déléguer à des tiers la production de certains biens, même lorsqu’ils étaient de première nécessité.

L OPINION 05/05/20 «Rebâtir notre souveraineté alimentaire»: l’appel de sept grandes organisations agricoles

Le président de la République en a tiré les enseignements en affirmant le 13 avril dernier le besoin de « rebâtir une indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique française ». FNSEA VIA YOUTUBE 06/05/20 Conférence de presse FNSEA du 6 mai 2020 Sortie de la crise sanitaire COVID19. LES ECHOS 05/05/20 LA STORY - Souveraineté alimentaire : le cri d'alarme des agriculteurs. PLEINCHAMP 29/04/20 Malgré l’épidémie, l’UE et le Mexique bouclent un accord commercial.

Deux ans après leur accord de principe, l’Union européenne et le Mexique ont achevé, le 28 avril 2020, les négociations visant à moderniser le traité de libre-échange qui régit leurs relations commerciales depuis 2000.

PLEINCHAMP 29/04/20 Malgré l’épidémie, l’UE et le Mexique bouclent un accord commercial

Ce nouvel accord exempte de droits de douane la quasi-totalité des échanges de biens entre l’UE et le Mexique, y compris les produits agricoles. Il promet un accès facilité au marché mexicain pour les produits européens comme le lait en poudre, le poulet, le fromage, le porc, les pommes et les pêches, et entend protéger 340 appellations géographiques comme le Champagne, les pruneaux d’Agen, le jambon de Parme, le gouda, etc. Pour le Mexique, l’accord prévoit un accès accru au marché européen pour la viande bovine, le poulet, les œufs, le porc, les bananes, le miel, ou encore le sucre et l’éthanol.

TNC 30/04/20 La FNSEA et JA exhortent à « privilégier l’origine France » BLOG DE MARTINE LEGUILLE-BALLOY 04/05/20 Tribune cosignée : Privilégions l’origine France dans la commande publique ! Plus que jamais, la crise sanitaire et économique que nous traversons aura mis en exergue l’importance de la production agricole française afin de nourrir la population. Les 437 400 exploitations agricoles françaises (Chiffre 2016 – Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation) ont permis à l’ensemble des Français de s’alimenter, avec des produits de qualité, au cours des dernières semaines.

Néanmoins, les conséquences économiques de la crise liée au Covid 19 dans les secteurs agricole et agroalimentaire s’alourdissent de jour en jour : des produits horticoles jetés, des produits sous appellations d’origine qui ne sont plus valorisés, des productions (petites volailles, chevreaux, … ) sans débouchés. De nombreuses denrées sont aujourd’hui stockées. Les difficultés sont nombreuses, et, au-delà des mesures exceptionnelles annoncées par la Commission européenne, les collectivités territoriales devront accompagner la relance économique du secteur agricole.

TNC 04/05/20 COMMANDE PUBLIQUE - 70 députés dont deux anciens ministres LREM veulent privilégier l’origine France. AGROBERICHTENBUITENLAND 30/04/20 Spain: The Government urges supermarkets to prioritize Spanish products. Nieuwsbericht | 30-04-2020 | 12:30 During his last telematic meeting, Minister Planas asked the sector´s employers’ associations to place Spanish products “in prominent places on their shelves” to help national farmers.

On Monday, the Government asked supermarket chains to prioritize Spanish products and place them “in prominent places on their shelves”, as well as helping those foodstuffs “that have suffered most from the closure of bars and restaurants” as a result of the pandemic. The Minister for Agriculture, Fisheries and Food, Luis Planas, conveyed this request during the telematics meeting he held with the sector's employers’ associations: Asedas (wich includes Mercadona, DIA and a dozen regional groups), ACES (to which Carrefour, Lidl, Alcampo, El Corte Inglés and Eroski supermarkets belong) and Anged (hypermarkets). According to Ministry sources, food retailers have also been urged to support “seasonal and local produce”.

REPORTERRE 30/04/20 Et si le coronavirus ouvrait la voie de l’autonomie alimentaire ? Après le Covid-19, le spectre de la pénurie alimentaire plane sur les populations les plus vulnérables. Le nombre de personnes en crise alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest pourrait ainsi passer de 17 à 50 millions entre juin et août 2020, estime la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). « Malgré les efforts des États, les populations sont aujourd’hui confrontées à des difficultés d’accès aux marchés alimentaires, à un début de hausse des prix et à une baisse de la disponibilité de certaines denrées de base, conséquences des mesures restrictives mises en place, de la fermeture des frontières et de l’insécurité dans certaines zones », a précisé l’ONG Oxfam mi-avril. . « Toutes les conditions semblent réunies pour qu’il y ait des tensions sur les prix des produits de base, en particulier dans les pays du Sud importateurs nets, estime Aurélie Trouvé, économiste à AgroParisTech.

Le lait provient d’une ferme de 150 Prim’Holstein. FNSEA 29/04/20 Réouverture des cantines scolaires : privilégions l’origine française ! Dans le contexte ambiant, les agriculteurs sont pleinement mobilisés pour assurer la continuité de leur production afin de nourrir la population. A compter du 11 mai, la reprise progressive des établissements scolaires devrait s’accompagner de la réouverture des cantines scolaires, qui représenteront alors un débouché supplémentaire pour les productions agricoles.

En vue de soutenir les producteurs, plusieurs collectivités se sont d’ores et déjà engagées en portant des actions qui visent à soutenir la consommation de produits français, en particulier ceux dont les stocks s’accumulent suite aux mesures de gestion de la crise sanitaire. La restauration collective est un débouché majeur pour l’agriculture française alors qu’elle est confrontée à de graves difficultés pour commercialiser ses produits. BLOG DE JULIEN FOSSE 24/04/20 Renforcer notre autonomie alimentaire. Les pouvoirs publics le répètent : il n’y a pas de risque de pénurie alimentaire aujourd’hui en France.

Pourtant, la crise du Covid-19 a mis en lumière la complexité des chaînes d’approvisionnement agroalimentaire à l’échelle de notre planète. Y compris dans notre pays où l’intérêt stratégique de circuits courts apparaît renforcé. Un intérêt qui pourrait s’accentuer dans les prochains mois, alors qu’un déficit hydrique se profile dans certaines régions, ce qui frapperait de plein fouet notre agriculture. Autant d’éléments qui interrogent notre autonomie alimentaire, alors que la demande sociétale en faveur d’une alimentation plus durable et locale augmente. Et qui pose également la question de la résilience du secteur agroalimentaire, tant d’un point de vue économique qu’environnemental. LES ECHOS 22/04/20 La souveraineté alimentaire de la France en quatre questions.

MAA CEP 16/04/20 Covid-19 et autonomie alimentaire. Un numéro de mars 2020 des Analyses et perspectives de l'APCA envisage les principales implications de cette épidémie et des mesures adéquates de gestion du système alimentaire français. LES ECHOS 17/04/20 Coronavirus : comment retrouver notre autonomie alimentaire. NOVETHIC 19/03/20 [CORONAVIRUS, LE JOUR D’APRÈS] RETROUVER UNE SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE EN FRANCE. "Déléguer notre alimentation est une folie". Cette phrase, prononcée par Emmanuel Macron lors de son allocution présidentielle du 12 mars, a surpris plus d’un agriculteur.

"On ne s’attendait pas à entendre cela de la bouche d’un Président qui défend les accords de libre-échange comme le CETA ou le Mercosur", s’étonne Guy Kastler de la Confédération paysanne. "Cela fait des années qu’on milite pour la relocalisation de notre alimentation, on est enfin entendu ! ", ironise-t-il. Depuis la crise du Coronavirus, l’économie mondiale tourne au ralenti. Agriculture : gagner la guerre de l'arrière / "La pandémie de Covid-19 montre à quel point la souveraineté alimentaire de la France est stratégique. Notre pays doit alors renoncer de manière temporaire à ses contraintes normat. L OPINION 15/04/20 Tribune libre - «Menace sur la souveraineté alimentaire française et européenne». La tribune de Jean-Baptiste Moreau (LREM)

« Aucun agriculteur, aucun consommateur ne souhaite être soumis aux normes, aux prix et aux diktats de non-Européens ». Cette phrase du président de la République, lors du Salon de l’agriculture 2019, prend aujourd’hui tout son sens avec la crise du Covid-19. Nous avons pris conscience que, lorsque nous dépendons d’autres pays pour nous nourrir, nous nous mettons en danger. D’une part, parce que nous ne maîtrisons pas la qualité des produits alimentaires que nous importons et, d’autre part, parce que nous n’avons pas la main sur les approvisionnements étrangers qui peuvent s’interrompre à tout moment.

Demain, le danger c’est de ne plus rien trouver sur les étals des supermarchés !