background preloader

COVID-19 et secteur laitier et fromager

Facebook Twitter

FRANCE BLEU 17/11/20 Confinement : les ventes de fromages et appareils à raclette en plein boom. Va-t-on vers une pénurie de fromage à raclette ?

FRANCE BLEU 17/11/20 Confinement : les ventes de fromages et appareils à raclette en plein boom

Avec le reconfinement et l'hiver qui approche, les Français plébiscitent plus que d'habitude ce plat gourmand, riche et convivial. Selon plusieurs médias, comme France 2 et Europe 1, les ventes d'appareils ont même explosé, avec une hausse de 300% par rapport à la même période l'année dernière. La raclette, une valeur refuge Alors pourquoi cet engouement soudain ? La raclette "on peut dire que c'est une valeur refuge, câlin et doudou de consommation, tout le monde veut de la raclette" estime Pierre Gay fromager à Annecy, en Haute-Savoie. Le fromage a même un effet sur notre moral, indique Catherine Vackrine, endocrinologue et spécialiste du comportement alimentaire sur Europe 1 :"A la fois c'est riche, cela va jouer sur les circuits des émotions et les calmer.

Y aura-t-il pénurie ? Selon Capital, les Français consomment en moyenne un kilo par personne et par an. Agroberichtenbuitenland_nl 22/10/20 China: the 10 lessons learned in the dairy sector during COVID-19. Nieuwsbericht | 22-10-2020 | 07:36 Last week, Professor Li Shengli presented our Agricultural Counselor Wouter Verhey with The 10 lessons learned in the dairy sector during the COVID-19 report from the Sino-Dutch Dairy Development Centre.

agroberichtenbuitenland_nl 22/10/20 China: the 10 lessons learned in the dairy sector during COVID-19

You can now read the full report via the link below. "What can we learn from the past in relation to the COVID-19 pandemic, which hit the world in the year 2020? And what can we learn from the current past, as we are still in the year 2020 and the COVID-19 virus is still among us and the main fear is that it will occasionally keep popping up? “Never waste a good crisis” Winston Churchill said many years ago. JO SENAT 10/09/20 Au sommaire: 15153 Situation dans la filière des appellations d'origine protégées fromagères.

Question écrite n° 15153 de M.

JO SENAT 10/09/20 Au sommaire: 15153 Situation dans la filière des appellations d'origine protégées fromagères

JO ASSEMBLEE NATIONALE 08/09/20 Au sommaire: QE 28235 agriculture - Fromages AOP Normandie face au covid-19. Texte de la question Mme Sonia Krimi alerte M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la situation des producteurs de fromages AOP de Normandie.

JO ASSEMBLEE NATIONALE 08/09/20 Au sommaire: QE 28235 agriculture - Fromages AOP Normandie face au covid-19

La situation créée par le covid-19 a conduit à une baisse drastique de la demande de fromage, avec une perte significative de lait dans les cas où les producteurs n'ont pas de laiterie. Les dispositifs mis en place par l'État risquent de répondre que partiellement à la forte baisse du chiffre d'affaires, laissant entrevoir de nombres faillites de producteurs locaux, ce qui serait un véritable drame pour le patrimoine gastronomique normand. Dans ce contexte difficile, elle souhaiterait connaître les dispositifs d'urgence que va mettre en place le ministère afin d'aider la filière des fromages AOP de Normandie. JO ASSEMBLEE NATIONALE 11/08/20 Au sommaire: QE 27743 agriculture - Roquefort - Coronavirus. JO ASSEMBLEE NATIONALE 11/08/20 Au sommaire: QE 27965 agriculture - Impact sur la filière du lait de l'épidémie de Covid19.

Texte de la question M.

JO ASSEMBLEE NATIONALE 11/08/20 Au sommaire: QE 27965 agriculture - Impact sur la filière du lait de l'épidémie de Covid19

Didier Le Gac attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur les fortes répercussions de la crise sanitaire liée à l'épidémie de covid-19 sur la filière laitière et ses industries de transformation. Dans un contexte national perturbé par la pandémie de covid-19, un ralentissement des sites de fabrication est observé. Les difficultés engendrées en termes de gestion du personnel et d'absentéisme, aggravées par les difficultés à disposer du matériel de protection nécessaire, perturbent l'activité des industries laitières. JO ASSEMBLEE NATIONALE 04/08/20 Au sommaire : QE 28501 agroalimentaire - Situation des AOP fromagères et des producteurs laitiers face au covid-19. Texte de la question Mme Emmanuelle Anthoine attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la situation des AOP fromagères et des producteurs laitiers dans le contexte de la crise épidémique du covid-19.

JO ASSEMBLEE NATIONALE 04/08/20 Au sommaire : QE 28501 agroalimentaire - Situation des AOP fromagères et des producteurs laitiers face au covid-19

Les AOP fromagères et les producteurs laitiers accusent effectivement une baisse de 50 % à 80 % de leurs commandes. Cette évolution dramatique de la demande provient de la fermeture des lieux de restauration hors domicile, de nombreux rayons à la coupe dans les grandes et moyennes surfaces ainsi que des marchés. Les Français, dans la période que connaît le pays, se sont par ailleurs détournés des produits alimentaires labellisés pour se concentrer sur les produits de première nécessité. L'offre a pourtant pleinement conservé ses capacités de production. TNC 30/07/20 Un scénario catastrophe évité pour les produits laitiers, selon l’Idele. JO SENAT 09/07/28 Réponse à question 15548 de Mme Angèle Préville : Impact des mesures de confinement sur les fromages d'appellations d'origine. FRANCE BLEU 22/05/20 Dans le Sud Mayenne, un producteur de fromages dénonce des règles trop strictes sur les marchés. Il ne comprend pas cette décision.

FRANCE BLEU 22/05/20 Dans le Sud Mayenne, un producteur de fromages dénonce des règles trop strictes sur les marchés

Arnaud Bignon est éleveur au Buret dans le Sud Mayenne, il fabrique du fromage bio de chèvres et de brebis, qu'il vend depuis dix ans tous les vendredis matins sur le marché de Meslay-du-Maine. Il a l'habitude d'installer son stand vers 9h30, après son travail à la ferme. TNC 13/05/20 Les pertes sont lourdes pour les producteurs laitiers transformateurs. TNC 12/05/20 Conjoncture laitière européenne - Vers une crise « bien plus longue et profonde que les deux précédentes » LA VIE AGRICOLE 07/05/20 Des transformateurs laitiers inquiets! Dans le cadre du Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie (INDU) de la 43e législature au parlement canadien le 4 mai dernier,plusieurs transformateurs se sont exprimés dont Dominique Benoit vice-président principal, Affaires institutionelles et communications chez Agropur et Gilles Froment vice-président principal, relations gouvernementales et industrielles, Parmalat/Lactalis.

LA VIE AGRICOLE 07/05/20 Des transformateurs laitiers inquiets!

Ils ont fait part de leurs craintes pour leru secteur d'activités. Dominique Benoit d’Agropur a fait ses représentations en expliquant que les transformateurs laitiers vivent une augmentation de leur coût dans le cadre du Covid 19. LES ECHOS 08/04/20 Coronavirus : des milliers de tonnes de fromages AOC à la trappe. FRANCE BLEU 06/05/20 Coronavirus : un collectif pour soutenir les fromages AOP et IGP qui font face aux invendus. « Soutenons nos fromages, nos terroirs et nos producteurs ».

FRANCE BLEU 06/05/20 Coronavirus : un collectif pour soutenir les fromages AOP et IGP qui font face aux invendus

C’est le nom du collectif initié par le CNAOL, le conseil national des appellations d’origine laitière, pour soutenir les fromages AOP (appellation d'origine protégée) et IGP (indication géographique protégée), pour inviter les Français à consommer du fromage. Un appel lancé en raison des stocks devenus trop importants. A cause de l'épidémie de coronavirus, et notamment la fermeture des restaurants, les ventes ont baissé.

Selon le CNAOL, 1.000 tonnes de fromages seraient en surstock actuellement en France ! "La France doit rester le pays aux 1.000 fromages" dit le CNAOL. LE MONDE 08/05/20 Le maroilles du Nord et les frites belges victimes de la crise due au coronavirus. Opération sauvetage pour l’un des 45 fromages appellation d’origine contrôlée du patrimoine gastronomique français, qui subit de plein fouet la crise sanitaire.

LE MONDE 08/05/20 Le maroilles du Nord et les frites belges victimes de la crise due au coronavirus

Le maroilles, le plus fin des fromages forts, qui tire son nom d’une petite commune dans le Nord, a vu sa production chuter de 70 % depuis le début du confinement. Ce sont près de 1 500 emplois directs et indirects qui sont rattachés à cette filière. Depuis la mi-mars, 57 tonnes de lait sont déroutées chaque semaine vers d’autres industries laitières car les caves des producteurs sont pleines. Pour ne pas mettre toute la filière en péril, le conseil régional des Hauts-de-France s’est engagé dès le 10 avril à tripler sa commande publique, destinée principalement aux cantines des 236 établissements scolaires dont la réouverture progressive est censée débuter le 11 mai. LES ECHOS 03/05/20 Coronavirus : « Je ne voulais pas voir des éleveurs jeter leur lait » LES ECHOS 01/05/20 Coronavirus : les ventes des fromages d'appellation ont diminué de moitié.

PAYSAN BRETON 26/04/20 Une réduction de 4 à 5 % de production laitière sur avril. Éleveur à Ploërmel (56), Noël Danilo va livrer environ 2 000 L de lait en moins sur avril. Il participe à l’effort collectif et devrait toucher une indemnité via la mesure engagée par le Cniel. « Sur avril, je pense réduire la production de lait de 4 à 5 %. L’an passé, j’avais livré 42 000 L sur ce mois. Cette année, la quantité devrait être de 40 000 L », chiffre Noël Danilo qui entend aussi réduire sa production en mai. Pour parvenir à cette baisse, l’éleveur a mis en place plusieurs mesures. « J’ai tari précocement 5 vaches arrivées à 200 jours de gestation, ce qui représente pour chacune une vingtaine de jours de lactation en moins ». 40 % de concentrés en moins Côté alimentation, « je ne mets plus de correcteur azoté, mais ça, c’est habituel à partir du moment où je ferme le silo de maïs.

FOOD SAFETY NEWS 23/04/20 France allows changes to raw milk regulations because of coronavirus. French authorities have eased rules around the sale of raw milk because of the coronavirus pandemic. The country’s Ministry of Agriculture has temporarily adopted measures making it easier for producers to market their unpasteurized, raw milk for direct sale. The agency also made it clear it was the operator’s responsibility to ensure the safety of any product placed on the market. Sale of raw milk directly to the consumer can happen by completing an online declaration. Normally, the cow, goat or sheep milk producer must request authorization from authorities to be able to sell raw milk and then be subject to an inspection.

At the end of the coronavirus crisis, the producer will have to apply if they wish to keep this status. Move welcomed Two dairy groups had sent an assessment of the difficulties faced by producers to the Ministry of Agriculture and asked for regulatory adaptations to deal with the COVID-19 crisis. AFP 21/04/20 La frénésie d’achats pré-confinement a profité à la Vache qui rit et Babybel. FRANCE BLEU 20/04/20 Coronavirus : la production de lait bouleversée en Bretagne. Le printemps est traditionnellement une période de pic d'activité pour la filière lait carc'est en ce moment que l'herbe est abondante et que les vaches produisent le plus de lait. Mais en raison de l'épidémie de coronavirus et du confinement, les producteurs de lait sont appelés à réduire leur production. Et pourtant des produits comme le fromage râpé sont parfois en rupture de stocks dans certains magasins.

Pourquoi ? Ludovic Billard, président de Biolait et producteur de lait bio près de Loudéac dans les Côtes d'Armor nous explique. "On vit une _situation inédite_. Malgré tout, le lait bio bénéficie de la crise", Ludovic Billard Pour garantir un prix stable et identique pour tous les éleveurs, quel que soit le lieu de la ferme, le volume et le marché, Biolait a choisi de demander à ses producteurs de diminuer leurs productions de -10 à -15 % selon les fermes, en avril, mai et juin. LE MONDE 19/04/20 Bleu d’Auvergne, comté, saint-nectaire… des appellations de fromages modifiées en raison de la pandémie. Aucun secteur n’est épargné par la pandémie de Covid-19 : alors que les ventes de fromages sont en baisse et que l’Europe croule sous le lait, les conditions de fabrication du bleu d’Auvergne, du comté, du saint-nectaire et de la fourme d’Ambert ont été modifiées temporairement pour tenter de limiter les pertes.

Concernant le bleu d’Auvergne, la durée maximale du stockage à la ferme du lait nécessaire à sa fabrication passe de quarante-huit à soixante heures, à compter du 17 mars et jusqu’à un mois après la fin du confinement, détaille un arrêté publié dimanche 19 avril au Journal officiel. L’emprésurage en fabrication fermière pourra avoir lieu jusqu’à vingt-six heures au plus après la dernière traite (au lieu de seize heures), et la conservation des fromages pourra se faire à une température descendant jusqu’à – 5 °C (au lieu de 0 °C en temps normal).

Des mesures similaires sont prises pour l’appellation d’origine protégée fourme d’Ambert. Notre sélection d’articles sur le coronavirus. TNC 16/04/20 Les AOP et IGP laitières s’organisent pour limiter la casse. FRANCE BLEU 15/04/20 Coronavirus : la consommation de produits laitiers se réorganise avec le confinement. Les fabricants de fromages, de yaourts et de crème sont en pleine réorganisation depuis le confinement, et la fermeture des cantines et des restaurants. Pour le moment, les trois groupes qui achètent le lait des 360 producteurs de Dordogne et de Gironde ont maintenu leur collectes : Lactalis, Sodiaal et Savencia (pour Fromarsac et la fromagerie des Chaumes) collectent environ 140 millions de litres chaque année en Dordogne chez 300 producteurs, et 30 millions de litres auprès de la soixantaine de Girondins. Une fabrication réorientée vers la grande distribution Ces industriels ont perdu brutalement toute possibilité d'exporter, et la clientèle de la restauration collective.

LAPRESSE_CA 09/04/20 OPINION COVID-19 - JETER DU LAIT DEVRAIT ÊTRE ILLÉGAL. Sylvain Charlebois Directeur scientifique du laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie Pour la première fois, les Producteurs laitiers du Canada ont admis qu’ils ont ordonné aux producteurs de jeter plus de 12 millions de litres de lait à la ferme partout au Canada pour la prochaine semaine.

Il s’agit d’environ 25 millions de dollars de lait. En raison de la COVID-19, selon le communiqué diffusé par les Producteurs laitiers du Canada, la demande à la consommation a subi une redéfinition complète. SILLON BELGE 08/04/20 Covid-19 - Vente de lait cru en France: une simple déclaration suffit! TNC 08/04/20 Partout dans le monde, des éleveurs doivent se résoudre à jeter leur lait. FRANCE AGRICOLE 06/04/20 CRISE SANITAIRE - Vers une baisse « prononcée » du prix du lait.

AFP 09/04/20 Filière laitière - Le ministre de l’agriculture demande à l’Europe de stocker ses excédents. AGRI MUTUEL 06/04/20 Filière laitière - Le coronavirus modifie les habitudes d'achats. RIA 02/04/20 La crise oblige à la modération laitière. LES ECHOS 05/04/20 Fromage : comment la filière comté va diminuer sa production de 8 % LES ECHOS 05/04/20 Coronavirus : la France déborde de lait, de viande, de fruits et légumes.

LAVIEAGRICOLE_CA 18/03/20 COVID-19: Les fabricants laitiers du Québec déploient des mesures d’urgence. FRANCE BLEU 27/03/20 Coronavirus et confinement : comment les éleveurs tentent de réduire la production de lait de leurs vaches. C’est l’une des nombreuses conséquences du coronavirus et du confinement : les éleveurs laitiers ont du mal à écouler leur production de lait. FRANCE BLEU 02/04/20 Coronavirus : les producteurs AOP appellent à "sauver le patrimoine fromager" Les producteurs de fromage souffrent du confinement. En pleine crise sanitaire due au coronavirus, le président du conseil national des Appellations d'origine laitières (fromages AOP, crème beurre) alerte sur la situation économique catastrophique du secteur, en Normandie et en France.

FRANCE 3 25/03/20 Coronavirus COVID 19. Cantal : les producteurs de fromage AOP lancent un appel à l'aide aux consommateurs. L’épidémie de coronavirus COVID 19 a conduit a une très forte chute de l’achat des fromages AOP, selon la FDSEA du Cantal (Fédération Départementale des Syndicats Exploitants Agricoles). Pour tenter de faire repartir les ventes de Cantal, Saint-Nectaire ou encore Fourme-d ’Ambert, la FDSEA a lancé un appel aux consommateurs sur les réseaux sociaux : « Nous invitons tous les Cantaliens à faire preuve de solidarité en prévoyant à la maison autant de stocks de fromages Cantal, Saint-Nectaire, Fourme d’Ambert et Bleu d’Auvergne que vos frigos et vos caves peuvent en accueillir !

Ce sont des produits plus précieux pour l’économie du Cantal que le papier toilette ! ». Des baisses de 50 à 60% des ventes Selon Joël Piganiol, président de la FDSEA du Cantal, plusieurs facteurs expliquent cette baisse brutale : « Déjà, les restaurants, qui sont de gros clients, ont fermé, ainsi que certains marchés. AGRI MUTUEL 17/03/20 Non, la France ne manquera pas de lait !