background preloader

COVID-19 et réseaux sociaux

Facebook Twitter

MEDRXIV 22/12/20 COVID-19: An analysis of social media and research publication activity during the early stages of the pandemic. PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-002462/2020 Data collection via social networks and mobile operators to combat COVID-19. AUSTRALIAN STRATEGIC POLICY INSTITUTE - 8 April – 15 April - Covid-19 disinformation and social media manipulation trends.

EUROSURVEILLANCE 12/03/20 Retrospective analysis of the possibility of predicting the COVID-19 outbreak from Internet searches and social media data, China, 2020. BMC PUBLIC HEALTH 25/06/20 Lay perspectives on social distancing and other official recommendations and regulations in the time of COVID-19: a qualitative study of social media posts. According to the users’ posts, six main themes and sub-themes were identified given the purpose and questions of the study.

BMC PUBLIC HEALTH 25/06/20 Lay perspectives on social distancing and other official recommendations and regulations in the time of COVID-19: a qualitative study of social media posts

Information pollution on social media Despite (or rather because of) uncertainty concerning SARS-CoV-2 and COVID-19, numerous interpretations and comments made in different areas and reinterpretation of information by second and third parties have led to ‘infollution’ (information pollution), misleading advice, and confusion on social media. This is illustrated in the following post: “What has given these people the permission to think that they know better than science and every single qualified authority on all matters?” [User #2] “This is the result of a media that nobody can trust. Questioning the source of available information connotes the need and expectation for qualified information from scientists and related authorities such as departments or ministries responsible for health.

“A dear friend in [X, referring to anywhere] is in a coma with coronavirus. LE MONDE 24/09/20 « Endémie », un terme employé sur les réseaux sociaux mais inadapté pour qualifier le Covid-19. « L’épidémie de Covid-19 est terminée, nous sommes maintenant dans une situation d’endémie qui va perdurer.

LE MONDE 24/09/20 « Endémie », un terme employé sur les réseaux sociaux mais inadapté pour qualifier le Covid-19

N’ayez pas peur », affirme un message partagé plus d’un millier de fois sur Facebook depuis la mi-septembre. Les experts dénoncent un amalgame dangereux. Ce que dit la publication Ce document, présenté comme ayant été affiché par un « vrai médecin » dans son cabinet lyonnais le 4 août, assure qu’on ne risque « désormais rien de plus qu’avec les grippes ou les rhumes à autre coronavirus », et qu’il n’est plus nécessaire de continuer à porter le masque. Qu’est-ce qu’une endémie ? Une endémie est une maladie, souvent infectieuse, présente de manière habituelle au sein d’une population ou dans une région, si l’on se fie au dictionnaire Larousse médical. « On parle d’endémie pour des virus qui circulent dans des zones restreintes comme la dengue dans les zones intertropicales », détaille Bruno Lina, virologue et membre du conseil scientifique.

Juliette Mansour. RADIO CANADA 13/03/20 Coronavirus et désinformation : modifiez vos comportements sur les réseaux sociaux. NUMERAMA 29/01/20 Coronavirus : attention à ces 4 « fake news » diffusées sur les réseaux sociaux. Voici toutes les informations volontairement mensongères qui circulent au sujet de l'épidémie du coronavirus.

NUMERAMA 29/01/20 Coronavirus : attention à ces 4 « fake news » diffusées sur les réseaux sociaux

L’épidémie du nouveau coronavirus 2019-nCoV ne cesse d’être au cœur de l’attention depuis plusieurs semaines. Ce 29 janvier 2020, le bilan est de 6 057 personnes infectées connues, 132 décès et 110 guérisons. L’épicentre est en Chine, surtout au niveau de Wuhan où tout a démarré, mais des cas ont été pris en charge ailleurs dans le monde, dont aux États-Unis, en France, en Allemagne, au Japon. Sur les 6 057 cas d’infection, 87 sont en dehors des frontières de la Chine. L’épidémie est donc bien loin d’une pandémie. 1. La première information volontairement mensongère est absurde et revêt des accents complotistes, pourtant elle a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Sauf que, si ce brevet existe bien, il n’a absolument rien à voir avec 2019-nCoV qui sévit actuellement et qui a émergé fin décembre 2019 à Wuhan. 2. 3. 4.

Comment repérer les fake news sur ce sujet ? FRANCE INFO 28/01/20 Coronavirus : les théories conspirationnistes se multiplient sur les réseaux sociaux. "Tout d'un coup #coronavirus, rien n'est fait par hasard (...)

FRANCE INFO 28/01/20 Coronavirus : les théories conspirationnistes se multiplient sur les réseaux sociaux

Ça me fait penser à Mission impossible 2 avec des maladies que l'on crée et puis on trouve l'antidote après, c'est l'industrie pharmaceutique qui se frotte les mains", tweete une internaute. "Pourquoi les États-Unis ont-ils un brevet du coronavirus ? Pour l'utiliser comme arme. Une attaque économique de la CIA", poste un autre. Alors, non, le coronavirus détecté en Chine n'a pas été créé en laboratoire, ni été breveté par les Américains. Malheureusement, ces théories conspirationnistes sont loin d'être isolées dans le temps. FRANCE 2 27/01/20 Coronavirus : un mauvais numéro de brevet agite les réseaux sociaux.

FRANCE 3 05/02/20 Coronavirus 2019-nCoV : réseaux sociaux alarmistes et informations erronées. EUREKALERT 04/11/20 Social media can guide public pandemic policy: QUT research. With 2020 hijacked by COVID-19, a team of QUT researchers in Brisbane, Australia, say social media analytics can capture the attitudes and perceptions of the public during a pandemic.

EUREKALERT 04/11/20 Social media can guide public pandemic policy: QUT research

They also suggest social media is now the best way to encourage people to follow measures and restrictions. Led by Associate Professor Tan Yigitcanlar from QUT's School of Built Environment, and in collaboration with researchers in Afghanistan, Iran and Italy, the researchers collected 96,666 geotagged tweets originating from Australia between 1 January and 4 May 2020, and analysed 35,969 of them after data cleaning to remove automated messages, irrelevant messages and web links.