background preloader

Big data dans la lutte contre les pathogènes

Facebook Twitter

NIH 14/11/16 NIH-led effort examines use of big data for infectious disease surveillance. News Release Monday, November 14, 2016 Big data derived from electronic health records, social media, the internet and other digital sources have the potential to provide more timely and detailed information on infectious disease threats or outbreaks than traditional surveillance methods.

NIH 14/11/16 NIH-led effort examines use of big data for infectious disease surveillance

INSERM - Big data en santé. Dossier réalisé en collaboration avec Rodolphe Thiebaut, directeur de l’équipe Statistiques pour la médecine translationnelle (unité 1219 Inserm/Inria), enseignant à l’Institut de santé publique d’épidémiologie et de développement (ISPED, Bordeaux), directeur de l’unité de soutien méthodologique à la recherche clinique et épidémiologique au CHU de Bordeaux et chercheur au Vaccine Research Institute (Créteil).

INSERM - Big data en santé.

En santé comme dans bien d’autres domaines, les progrès technologiques ont fait exploser la quantité d’informations recueillies à chaque instant. Ainsi, si dix ans ont été nécessaires pour obtenir la première séquence d’un génome humain, en 2003, il faut aujourd’hui moins d’une journée pour parvenir au même résultat. Cette accélération technologique fait croître le volume de données disponibles de manière exponentielle. . © CC-BY 2.0 luckey_sun (via Flickr) Un nombre important de sources et de types de données Les bases de données médico-administratives Les cohortes © Inserm/P.

COMPUTER SCIENCE 22/01/15 Using a Big Data Database to Identify Pathogens in Protein Data Space. ZIKA NEWS 27/06/16 Big data: Can it predict the spread of Zika? Cloudera thinks so. Parasit Vectors. 2016; 9: 303. Use of big data in the surveillance of veterinary diseases: early detection of tick paralysis in companion animals. SCIENCES ET AVENIR 27/10/14 Les "big data", nouvel outil contre les épidémies comme Ebola ? BIG DATA.

SCIENCES ET AVENIR 27/10/14 Les "big data", nouvel outil contre les épidémies comme Ebola ?

Neuf jours avant que la propagation d'Ebola soit officiellement déclarée par l'OMS le 23 mars comme étant une épidémie, un groupe de chercheurs et de spécialistes informatiques à Boston avait déjà remarqué la diffusion du virus de la fièvre hémorragique en Guinée. En épluchant les réseaux sociaux, les bulletins d'information locaux et d'autres bases de données, l'algorithme développé par la société HealthMap (littéralement "carte de la santé") aurait rapidement détecté la propagation d'une "mystérieuse fièvre hémorragique" en Afrique de l'Ouest. Une version de l'histoire qui prête néanmoins à controverse. Car c'est en fait un article en français de l’agence de presse chinoise Xinhua qui aurait le premier lancé l'alerte le 14 mars...

Toujours est-il que les big data pourraient bien devenir de plus en plus utiles pour rendre plus rapide la détection de flambées épidémiques comme celle d'Ebola en Afrique de l'Ouest. POURQUOI DOCTEUR 16/03/14 Des résultats erronés 100 semaines sur 108 - Big Data : Google très mauvais pour prédire l’épidémie de grippe. Selon une étude publiée dans "Science", l’outil de prédiction de la grippe de Google surestime l’épidémie de plus de 50% par rapport à la réalité.

POURQUOI DOCTEUR 16/03/14 Des résultats erronés 100 semaines sur 108 - Big Data : Google très mauvais pour prédire l’épidémie de grippe

Big Data a été le mot de 2013. Des centaines d’experts et des milliers d’articles de journaux prévoyaient l’importance de plus en plus grande du big data, c’est-à-dire la capacité de gérer et analyser informatiquement de très nombreuses données sur à peu près tous les sujets, dans notre vie, et donc évidemment pour ce qui concerne la santé. Pourtant une nouvelle étude publier dans la revue scientifique Science vient doucher quelque peu les espoirs placés dans cette nouvelle approche. Des cas de grippe largement sur-estimésLe plus grand exemple de l’utilisation des Big Data dans le domaine de la santé est peut-être le Google Flu Trend (GFT) : la firme de Moutain View met en effet à disposition une courbe sensée représenter le nombre de cas de grippe dans le monde. INSTITUTO POLITECNICO DE BRAGANCA - 2014 - Thèse en ligne : Meta-analysis of the incidence of food-borne pathogens in Portuguese meats and their products.

UNIVERSITY OF LIVERPOOL 27/08/14 Big data approach identifies Europe’s most dangerous human and domestic animal pathogens. The most dangerous 100 pathogens in Europe have been identified The pathogens posing the greatest risk to Europe based upon a proxy for impact have been identified by University of Liverpool researchers using a ‘big data’ approach to scientific research.

UNIVERSITY OF LIVERPOOL 27/08/14 Big data approach identifies Europe’s most dangerous human and domestic animal pathogens

The researchers from the University’s Institute of Infection and Global Health ranked the top 100 pathogens affecting humans and the top 100 affecting domestic animals using a system which, they believe, will help governments across the continent plan for risks associated with the spread of infectious diseases, including as a result of climate change, and for biosecurity. Risk The top risk for both humans and animals was E.coli and in humans this was followed by two forms of HIV, Hepatitis C and Staphylococcus aureus, a bacteria which causes food poisoning and is increasingly resistant to antibiotics.

To compile the list, the researchers used the EID2 database developed at Liverpool. Dr Marie McIntyre led the study. Hirsch Index.