background preloader

Berce du Caucase

Facebook Twitter

UNIVERSITE CATHOLIQUE DE L OUEST - JANV 2013 - Rapport de stage : Les espèces exotiques envahissantes: cas de la Balsamine de l’Himalaya–Impatiens glandulifera et de la Berce du Caucase–Heracleum mantegazzianum. WIKIPEDIA - Heracleum mantegazzianum. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

WIKIPEDIA - Heracleum mantegazzianum.

La berce du Caucase ou berce de Mantegazzi (Heracleum mantegazzianum), est une plante herbacée de la famille des Apiaceae. Sa sève est phototoxique, et elle est considérée en Europe comme une espèce invasive. Elle a été "découverte" en 1880 dans la vallée de Klioutsch (Caucase) par les botanistes Émile Levier et Stephan Sommier[1] et scientifiquement décrite en 1895, mais recensée parmi d'autres graines en Grande-Bretagne (aux jardins botaniques de Kew) dès 1917, et fut introduite comme plante ornementale dans les jardins britanniques dans la décennie suivante, pour se répandre très vite à l'état sauvage dans une grande partie de l'Europe.

Elle a été introduite sur le continent américain en 1917 pour des raisons horticoles et répertoriée pour la première fois au Québec en 1990[2]. Description[modifier | modifier le code] La berce du Caucase peut atteindre quatre à cinq mètres de hauteur. Peuplement de berces au bord d'un plan d'eau. PRESLIA - 2006 - Seasonal pattern of germination and seed longevity in the invasive species Heracleum mantegazzianum. RTBF 11/07/16 La Berce du Caucase. PARC-BALLONS-VOSGES_FR - OCT 2015 - La berce du Caucase. SANTE_GOUV_QC_CA 31/05/16 Brûlures causées par la berce du Caucase. LE TELEGRAMME 21/07/16 Plantes invasives. Une ado brûlée au deuxième degré (berce du caucase) Renouées du Japon, balsamines de l'Himalaya, et autres ambroisies, sont les plus connues des plantes invasives en Bretagne.

LE TELEGRAMME 21/07/16 Plantes invasives. Une ado brûlée au deuxième degré (berce du caucase)

Si elles ne présentent pas de danger pour l'homme, il n'en va pas de même pour la berce du Caucase dont la sève provoque des brûlures intenses et des cloques, comme l'a amèrement constaté la jeune Anaïs, de Kermaria-Sulard. Qui se souvient avoir déjà observé, dans un champ ou au bord d'une route, la berce du Caucase ? Personne probablement. Car cette plante invasive ressemble, si on n'y prête pas attention, à la carotte sauvage, si commune dans les campagnes. « Cette berce du Caucase, explique Samuel Jouon, le coordonnateur du Comité du bassin-versant du Léguer, se développe dans notre région, tout comme la renouée du Japon, qui a colonisé les berges du Léguer en quelques années et dont l'enracinement est tellement profond qu'il est presque impossible de la faire disparaître ». « Le soir, c'était infernal » Pas de soleil pour Anaïs.

MUSEE NATIONAL D HISTOIRE NATURELLE (LU) - JUIN 2014 - Campagne “Attention à la Berce géante : Danger pour la santé” WIKIPEDIA - Heracleum mantegazzianum. Heracleum mantegazzianum, commonly known as giant hogweed,[1][2][3] cartwheel-flower,[1][2][3] giant cow parsnip,[4][5]"hogsbane" or giant cow parsley,[6] is a plant in the family Apiaceae.

WIKIPEDIA - Heracleum mantegazzianum.

In New Zealand it is also sometimes called wild parsnip,[2] or wild rhubarb,[2] It typically grows to heights of 2–5.5 m (6 ft 7 in–18 ft 1 in).[7] Superficially, it resembles common hogweed (Heracleum sphondylium), Heracleum sosnowskyi or garden angelica (Angelica archangelica). It is phototoxic and considered to be a noxious weed in many jurisdictions. Giant hogweed is native to the Caucasus Region and Central Asia. It was introduced to Britain as an ornamental in the 19th century, and it has also spread to many other parts of Europe, the United States and Canada. The sap of giant hogweed causes phytophotodermatitis in humans, resulting in blisters, long-lasting scars, and—if it comes in contact with eyes—blindness.

Description[edit] Introduction to Western Europe and North America[edit] ONTARIO - Giant Hogweed. BIODIVERSITE EN WALLONIE - La berce du Caucase en Wallonie. Soil Biology and Biochemistry Volume 68, January 2014, Long-term impact of Heracleum mantegazzianum invasion on soil chemical an. LE NATURALISTE CANADIEN - ETE 2013 - La berce du Caucase: à l’aube d’une invasion au Québec? RADIO CANADA 05/07/14 Gatineau s'attaque à la berce du Caucase. La Ville de Gatineau prend les grands moyens pour éradiquer la berce du Caucase des terrains municipaux.

RADIO CANADA 05/07/14 Gatineau s'attaque à la berce du Caucase

Elle a mis sur pied une nouvelle équipe responsable de répertorier les plants toxiques pour obtenir un portrait de la situation le plus précis possible et mesurer l'ampleur du phénomène. « Cet été ce qu'on veut faire c'est vraiment avoir un portrait », affirme un porte-parole de la Ville de Gatineau, Alain d'Entremont.

Pour le moment, selon la Ville, la plante n'est pas très répandue sur le territoire, « mais il y en a eu et on peut supposer qu'il y en a plus que ce qu'on connaît », explique-t-il. L'inventaire sera réalisé d'ici la fin de l'été afin que les employés de la ville puissent ensuite prendre les mesures nécessaires pour les arracher et s'en débarrasser. Cette plante très toxique, et difficile à identifier, se propage rapidement sur le territoire et peut causer des problèmes de santé importants. La plante est aussi présente sur des terrains privés. Selon M. LA DEPECHE 11/09/14 La berce du Caucase, une plante venue de l'Est, éradiquée.

Un chantier d'élimination d'une plante exotique dangereuse, la berce du Caucase, a eu lieu à la Raillère (1.055 m), au-dessus de la commune de Cauterets.

LA DEPECHE 11/09/14 La berce du Caucase, une plante venue de l'Est, éradiquée

Cette ombellifère géante, jusqu'à 3 m de haut, était cultivée en 1929 dans les kolkhozes staliniens comme plante fourragère. Elle contient une sève photosensibilisante qui produit des brûlures graves de la peau, après exposition au soleil. Dans les Pyrénées, on la retrouve également à Visker (Hautes-Pyrénées) et à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales). Dès 2009, les gardes moniteurs du Parc national ont commencé à arracher une centaine de pieds, avant qu'elle ne produise ses innombrables graines (10.000 graines/individu). Opération insuffisante pour éliminer la plante qui se reproduit de manière végétative par son système racinaire traçant. Aussi, a-t-il fallu déterrer 360 nouveaux pieds, emporter pour brûlage les ombelles en début de fructification et les racines.