background preloader

Autonomie protéique des élevages

Facebook Twitter

Terres Inovia VIA YOUTUBE 10/02/21 Passage au 100% bio en alimentation animale : Protéagineux et soja - Live des Grandes Cultures BIO. PLATEFORME DE LA R&D AGRICOLE - 2021 - DEVelopper l’autonomie PROTéique des ELevages de ruminants" DEVPROTEL : Fiche synthèse du projet. JO SENAT 03/12/20 Réponse à question 17997 Importation massive de protéines végétales. Question écrite n° 17997 de M.

JO SENAT 03/12/20 Réponse à question 17997 Importation massive de protéines végétales

Pascal Allizard (Calvados - Les Républicains) publiée dans le JO Sénat du 01/10/2020 - page 4395 M. AGROECOLOGICAL TRANSITIONS 01/03/19 An Integrated Approach to Livestock Farming Systems’ Autonomy to Design and Manage Agroecological Transition at the Farm and Territorial Levels. Based on the framework proposed by Madelrieux et al. (2017) to analyse agricultural activity as a function of its interactions with the territory, we are developing a framework to analyse LFSs’ autonomy that considers biotechnical and decisional dimensions through three analysis components (Fig. 1): the forms of embeddedness of farms, groups of farmers, or agricultural supply chains within territories, that enable to understand how these entities support themselves by using local resources (both natural and socio-economic resources) and valorise these resources.

AGROECOLOGICAL TRANSITIONS 01/03/19 An Integrated Approach to Livestock Farming Systems’ Autonomy to Design and Manage Agroecological Transition at the Farm and Territorial Levels

The embeddedness of agricultural activity within a territory thus constitutes a means to increase the autonomy of LFSs. The forms of dependency of farms, groups of farmers, or territories with respect to inputs, technologies, and the actors that provide them. Increasing the autonomy of LFSs in terms of inputs and technologies calls into question and reconfigures their dependency on socio-economic actors. Innovations Agronomiques 74 (2019), 155-166 L’association de plantes compagnes aux protéagineux grains pour sécuriser leur production en agriculture conventionnelle et biologique. FEED A GENE - JANV 2020 - Factsheet N°1 European protein autonomy: more and better. JOURNEES DE LA RECHERCHE AVICOLE - 2003 - RECONQUETE DE L’AUTONOMIE PROTEIQUE : QUELLES STRATEGIES POUR LES PRODUCTIONS AVICOLES ?

REVUE DE L ALIMENTATION ANIMALE - JUILLET 2013 - Colloque : quelle autonomie protéique pour l’Europe ? L’Europe importe près de 70 % des protéines végétales consommées par l’élevage.

REVUE DE L ALIMENTATION ANIMALE - JUILLET 2013 - Colloque : quelle autonomie protéique pour l’Europe ?

Dans le contexte actuel de fluctuations des prix des matières premières, cette dépendance est particulièrement dangereuse. Le colloque organisé début juin par le Pôle agronomique de l’Ouest a permis de faire partager les différentes expériences menées à travers l’Europe pour acquérir davantage d’autonomie en termes d’approvisionnements. Marcel Combot, responsable commercial de Cargill France et seul représentant de l’industrie de l’alimentation animale. Lors du colloque dédié à l’autonomie protéique des exploitations européennes, organisées par le Pôle agronomique Ouest le 6 juin dernier à Nantes, il fut plus question d’autonomie à l’échelle des exploitations qu’à l’échelle des régions ou de la zone Europe. La journée a néanmoins donné l’occasion à plusieurs organisations européennes de témoigner sur leurs stratégies d’approvisionnement en protéines locales.

ULIEGE_BE 30/05/13 Présentation : Autonomie protéique pour l’alimentation du porc: Les perspectives offertes par la culture en association de froment d’hiver et de pois protéagineux d’hiver. REUSSIR 06/05/20 [Coronavirus] En situation de pandémie, la question cruciale de l’autonomie protéique en alimentation animale de la France. C’était le 25 janvier 2018.

REUSSIR 06/05/20 [Coronavirus] En situation de pandémie, la question cruciale de l’autonomie protéique en alimentation animale de la France

En transmettant ses vœux à la filière agricole, Emmanuel Macron avait souhaité la construction d’une « vraie filière des protéines » à échéance de cinq ans. Deux ans après, en pleine crise sanitaire du coronavirus, les paroles du président de la République semblent être un objectif plus que jamais prioritaire. Qu’il s’agisse de l’alimentation humaine ou de l’alimentation animale, la voie de l’autonomie protéique apparaît, de plus en plus, être celle qui va dans la bonne direction. En 2017, le Cereopa (Centre d'Etude et de Recherche sur l'Organisation des Productions animales a publié un « Rapport sur l'indépendance protéique de l'élevage français ».

Globalement, la France importe 20 à 25 % des matières premières utilisées en alimentation animale. Les protéines importées représentent 2,7 Mt et plus de 75 % de ces importations sont des tourteaux. S'affranchir du soja importé, rêve ou réalité ? Mais peut-on réellement s’affranchir du soja importé ? WEB AGRI 26/05/20 Protéagineux, légumineuses, sojaL'autonomie protéique des élevages : véritable enjeu de filière ? Face à la volatilité des marchés ou encore la demande sociétale, l'autonomie protéique est un enjeu de taille pour l'élevage français. « Pour ce faire, le besoin d'innovation est important », souligne Sylvain Pellerin, directeur de recherche de l'Inrae Bordeaux.

WEB AGRI 26/05/20 Protéagineux, légumineuses, sojaL'autonomie protéique des élevages : véritable enjeu de filière ?

RESEAU RURAL 22/10/20 TERUnic : comment améliorer l'autonomie protéique des élevages de l'Ouest ? Porté par le pôle de compétitivité VEGEPOLYS VALLEY, inscrit dans le programme de recherche et d’expérimentation SOS PROTEIN, TERUnic étudie les impacts d'une augmentation de l'autonomie protéique des élevages.

RESEAU RURAL 22/10/20 TERUnic : comment améliorer l'autonomie protéique des élevages de l'Ouest ?

Ce projet de GO PEI déployé dans le Grand Ouest a abouti à la création d'un outil inédit de diagnostic et de simulation de l'autonomie protéique : DEVAUTOP_TERUnic. Optimiser le pâturage, incorporer des légumineuses dans les fourrages, limiter les animaux improductifs, favoriser les protéines locales comme le colza plutôt que le soja américain... Ces actions permettent d'améliorer l'autonomie protéique des élevages, c'est-à-dire le rapport entre les aliments produits sur l'exploitation et les aliments nécessaires à l’alimentation du bétail.