background preloader

Actualités francophones

Facebook Twitter

LE MONDE 04/10/18 Des insectes pour disséminer des virus, arme incontrôlable ? Article réservé aux abonnés Les insectes pourraient-ils bientôt être utilisés comme arme biologique ?

LE MONDE 04/10/18 Des insectes pour disséminer des virus, arme incontrôlable ?

C’est la question que se pose une équipe de chercheurs dans un article paru dans la revue Science, jeudi 4 octobre. Composé de juristes (université de Fribourg) et de scientifiques (Max Planck Institute de Plön et université de Montpellier), ce groupe de recherche a étudié un projet américain nommé « Insect Allies ». Ce programme, financé à hauteur de 27 millions de dollars (23 millions d’euros) par l’agence pour les projets de recherche avancée de défense (Darpa) du département de la défense des Etats-Unis, prévoit d’utiliser des insectes pour modifier génétiquement des plantes. Il a attiré l’attention des chercheurs par l’utilisation de nouveaux agents : les Horizontal Environmental Genetic Alteration Agents (HEGAAs) . « Cette technique est une nouveauté, explique Christophe Boëte, coauteur de l’article et chercheur à l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier.

INTERPOL - OCT 2017 - PROGRAMME DE PRÉVENTION DU BIOTERRORISME. BIOFUTUR - MARS 2017 - Fastgene : une identification rapide des agressions bioterroristes. LE FIGARO 07/02/17 Bioterrorisme : copier virus et bactéries peut être un jeu dangereux. Un rapport du Conseil national consultatif pour la biosécurité préconise de renforcer non seulement la surveillance des laboratoires qui travaillent sur ces micro-organismes mais aussi les bases de données sur les génomes des agents pathogènes.

LE FIGARO 07/02/17 Bioterrorisme : copier virus et bactéries peut être un jeu dangereux

Nul besoin d’inventer de nouveaux dangers: la nature est bien assez imaginative en pathogènes dangereux, et il faut surtout veiller à ce que le terrorisme ne s’en empare pas. Telle est l’une des conclusions d’un rapport du Conseil national consultatif pour la biosécurité (CNCB), remis au gouvernement. Il y a un an, un rapport du directeur du renseignement américain s’inquiétait d’un usage malveillant des techniques d’édition du génome, comme le fameux Crispr/Cas9. Utilisant un mécanisme de défense des bactéries contre les virus, cette technique permet de modifier le génome avec une extrême précision, de façon relativement simple et peu coûteuse.

«Pourquoi vouloir faire mieux que ce que la nature sait déjà faire?» JLE 29/07/13 Bioterrorisme par agents bactériens et viraux : prévention du risque pour l'homme par utilisation d'animaux sentinelles. AFNOR - AOUT 2016 - Guide méthodologique food défense - Protection de la chaîne alimentaire contre les risques d’actions malveillantes, criminelles ou terroristes.

ENVA - 2010 - LES ANIMAUX SENTINELLES DU RISQUE SANITAIRE POUR L’HOMME: ACTUALITES EN MATIERE DE BIOTERRORISME. JO ASSEMBLEE NATIONALE 26/04/16 Au sommaire: QE 91739 sécurité publique - protection - menace bioterroriste. lutte et prévention. Texte de la question M.

JO ASSEMBLEE NATIONALE 26/04/16 Au sommaire: QE 91739 sécurité publique - protection - menace bioterroriste. lutte et prévention

Philippe Meunier interroge M. le Premier ministre sur les mesures qu'il entend mettre en œuvre pour protéger les Français afin de parer à une éventuelle menace bioterroriste que constituent les maladies infectieuses ré-émergentes, et plus précisément la variole. AFNOR 12/06/15 Food Defense : téléchargez le guide pour prévenir les actes de malveillance dans votre entreprise. Food Defense : téléchargez le guide pour prévenir les actes de malveillance dans votre entreprise Les entreprises du secteur agroalimentaire seront ravies d’apprendre la publication d’un guide illustré sur la démarche Food Defense.

AFNOR 12/06/15 Food Defense : téléchargez le guide pour prévenir les actes de malveillance dans votre entreprise

Ce guide leur propose une méthode pour conduire leur analyse de risques malveillance. Il a été réalisé par Generali, le Mouvement français pour la qualité (MFQ) en Aquitaine et le groupe AFNOR en collaboration avec 17 entreprises aquitaines*. Avec l’émergence d’exigences liées à la Food Defense dans les différents référentiels de certification agroalimentaire (IFS, BRC, FSSC 22000 notamment), les entreprises du secteur prennent la mesure de leur vulnérabilité face à des actes malveillants, criminels ou terroristes. Pourtant, lorsqu’il s’agit de formaliser ou mettre en place des mesures de sûreté, les opérateurs de la chaîne alimentaire s’interrogent. MAAF – JANV 2014 - Guide des recommandations pour la protection de la chaîne alimentaire contre les risques d'actions malveillantes, criminelles ou terroristes. CNRS - AOUT 2012 - Guide risques biologiques. CTCPA - La Food Défense - Protection de la chaine alimentaire contre les risques d’actions malveillantes, criminelles ou terrori.

LA REVUE DES RESSOURCES 01/10/12 L’agroterrorisme dans nos assiettes. Pour sûr, Michel Tarrier n’est pas démagogue, il a même furieusement tendance à appuyer où ça fait mal.

LA REVUE DES RESSOURCES 01/10/12 L’agroterrorisme dans nos assiettes

Comme d’autres opus, celui-ci est mû par une saine colère – c’est un pamphlet – et une information solide – l’auteur est un scientifique. Parmi tous les angles d’approche des problèmes écologiques, il faut bien admettre qu’il en est un peu abordé : l’agriculture et les agriculteurs. En France, tout particulièrement, pour diverses raisons afférentes à la sociologie, à la politique, à l’économie. Les pires sont à chercher du côté d’un attachement borné à la glèbe. Or, même si l’on ne saurait dédouaner le reste de la population des conséquences de son mode de vie sur la nature et la santé, les agriculteurs ne sont-ils pas les premiers à agir sur le vivant et sur le paysage ?

Il n’est pas contestable que l’anthropocentrisme, surtout hérité des traditions judéo-chrétiennes, ait à voir avec l’indifférence envers un Vivant objectivé, réifié et agressé. BRIT. J. CRIMINOL. (2012) 52, 254–273 A Sociological Study of Food Crime in China. INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE - 2011 - Le manuel de biosécurité.

ANSES – JUILLET 2012 – Euroreference N°7

OIE - JANV 2012 - Stratégie de l’OIE pour la réduction des menaces biologiques – Renforcer la sécurité biologique mondiale. INRA 21/07/11 Biosécurité des cultures : une méthode d’évaluation des risques d’agroterrorisme. LE POINT 28/09/11 Le bioterrorisme aux États-Unis : 15 milliards de dollars de gaspillage. C'est une anecdote dramatique qui a coûté des milliards de dollars aux États-Unis.

LE POINT 28/09/11 Le bioterrorisme aux États-Unis : 15 milliards de dollars de gaspillage

Un article du journal Science, de septembre 2011, concernant les révélations sur la source de l'épisode de charbon en 2001, montre comment la machine sécuritaire s'est emballée aux États-Unis et dans le reste du monde. Rappel des faits : après le 11 septembre 2001, des enveloppes avec de la poudre contenant la bactérie de l'anthrax ont été envoyées aux États-Unis.

Quelques cas mortels ont été diagnostiqués. Les enveloppes étaient envoyées préférentiellement à des hommes politiques ou à des journalistes. Ce qui a entraîné des réactions considérables, suivies partout dans le monde d'envois fantaisistes de poudre, jouant sur la terreur. Dans le sillage de l'attentat du 11 Septembre, cela pouvait laisser craindre qu'il s'agissait d'une autre forme d'atteinte terroriste, une espèce de guerre totale, mais l'attaque "bioterroriste" s'est arrêtée toute seule. LA PRESSE 25/01/12 Des chercheurs se censurent par crainte du bioterrorisme. Deux équipes sont à l'origine de ces recherches dont les résultats devaient être publiés incessamment dans les revues Nature et Science.

LA PRESSE 25/01/12 Des chercheurs se censurent par crainte du bioterrorisme

La première travaille au centre médical universitaire Erasmus de Rotterdam, aux Pays-Bas. Question d'éthique Elle avait annoncé l'automne dernier avoir été en mesure de créer une mutation du virus aviaire (oiseaux) pour qu'il se transmette entre mammifères et potentiellement entre humains. Cela en faisait un supervirus. L'autre équipe est à l'Université du Wisconsin, au nord des États-Unis, et a aussi suivi les recommandations en acceptant de suspendre son projet de recherche.

Pour une question d'éthique, et à la demande de l'OMS, les chercheurs ont donc consenti à reporter la publication de leurs travaux de 60 jours. Au Québec, une vigie sur la grippe aviaire est toujours en place dans le réseau de la santé.