background preloader

Jeux mobiles

Facebook Twitter

Super Mario Run - Un bon jeu, mais un peu cher - ZDNet. Nintendo a mis les moyens.

Super Mario Run - Un bon jeu, mais un peu cher - ZDNet

Ce n'est pas tous les jours que l'éditeur fait ses débuts dans le jeu sur mobile, en payant. Et pour ces débuts médiatiques, le japonais dégaine une licence historique : Super Mario. Avec Super Mario Run, l'éditeur débarque donc sur iPhone et iPad. Le jeu est disponible au téléchargement sur l'App Store depuis hier 15 décembre. Square Enix signe un bon semestre, porté par le mobile et les MMO. Loin du tumulte provoqué par les élections américaines, Square Enix présentait cette nuit ses résultats pour le premier semestre de son exercice 2017.

Square Enix signe un bon semestre, porté par le mobile et les MMO

L'éditeur connait un fort rebond de ses revenus, mais ne transforme pas l'essai côté bénéfices. Les derniers mois ont été très chargés pour Square Enix. Sur les marchés occidentaux, cela s'est vu au travers du lancement de Deus Ex : Mankind Divided ainsi que de la version PlayStation 4 de Rise of the Tomb Raider, pendant qu'au Japon, des titres mobiles assuraient les recettes de l'éditeur. La croissance est au rendez-vous Sur la première moitié de l'année, Square Enix a réalisé un chiffre d'affaires de 106,3 milliards de yens (environ 927 millions d'euros), un chiffre en hausse de 23 % sur un an.

Le bénéfice net est quant à lui en recul de 25 % par rapport à l'an dernier et s'établit à 5,495 milliards de yens, soit environ 48 millions d'euros. Pokémon Go, le nouveau jeu favori des spammeurs. Pokémon Go, le jeu star de l’été qui fait exploser les revenus de son concepteur Niantic et des stores d’applications (il aurait généré plus de 200 millions de dollars en un mois avec 100 millions de téléchargements), est une aubaine pour les pirates.

Pokémon Go, le nouveau jeu favori des spammeurs

Lesquels n’hésitent pas à profiter de la popularité du jeu de réalité augmentée pour multiplier les tentatives d’arnaques. AdaptiveMobile, société spécialisée dans la sécurité mobile, relève aujourd’hui une campagne de spam par SMS invitant les destinataires à se rendre sur un faux site baptisé Pokemonpromo.xxx. Pokémon Go arrivera bien en France cette semaine. Pokémon Go : des permissions trop généreuses sous iOS bientôt révoquées. La stabilité des serveurs de Pokémon Go n'est finalement pas le plus gros problème auxquelles les équipes de Niantic doivent faire face.

Pokémon Go : des permissions trop généreuses sous iOS bientôt révoquées

Leur application iOS s'attribue en effet des permissions auxquelles elle ne devrait pas avoir droit, ce qui créé un début de polémique. Pokémon Go a trouvé sa place sur de très nombreux terminaux Android et iOS partout dans le monde et représente sans nul doute l'un des plus gros succès en termes de jeux mobiles de cette année. Cependant, l'enthousiasme autour du jeu commence a redescendre à cause d'un problème que Niantic, le studio à l'origine du titre, n'avait visiblement pas anticipé.

Une application trop bavarde sous iOS Pour fonctionner correctement, Pokémon Go a besoin d'obtenir plusieurs autorisations. Le succès de Pokemon Go fait la joie des cybercriminels. La folie Pokemon est en train de renaître via le numérique et surtout à travers une application qui fait la part belle à la réalité virtuelle. Lancée dans certains pays depuis le 6 juillet dernier, cette application, Pokemon Go, connaît un succès sans précédent. Disponible aux Etats-Unis, en Australie ou en Nouvelle-Zélande, il est impossible dans certains pays comme la France de trouver l’application sur Google Play ou sur l’App Store. Mais il existe une solution alternative en téléchargeant des APK sur des sites tiers.

Une aubaine pour les cybercriminels qui ne manquent jamais une occasion d’infecter des terminaux mobiles. Ainsi, Proofpoint indique que dans beaucoup de cas, les APK trouvés sur des sites tiers sont en fait compromis par un malware, nommé DroidJack (ou SandroRAT). Pokémon Go : Nintendo touche le jackpot avec son jeu pour smartphones mais les serveurs peinent à suivre - ZDNet. Il y a plusieurs mois, Nintendo a annoncé sa révolution culturelle en annonçant un virage dans les smartphones.

Pokémon Go : Nintendo touche le jackpot avec son jeu pour smartphones mais les serveurs peinent à suivre - ZDNet

Une première. A très rares exceptions près, les grandes licences du géant nippon ne sont jamais sorties des frontières des machines maison. Mais face à un marché du jeu qui a considérablement évolué vers la mobilité, la maison de Kyoto n'avait pas vraiment le choix. Après une application de réseau social (Miitomo), Nintendo est enfin passé aux choses sérieuses en lançant Pokemon Go sur smartphones le 6 juillet dernier aux Etats-Unis, en Australie et au Japon. Jeux mobiles : Tencent s'offre l'éditeur de Clash of Clans pour plus de 8 milliards de dollars - ZDNet. Le jeu vidéo mobile suscite toujours autant les appétits.

Jeux mobiles : Tencent s'offre l'éditeur de Clash of Clans pour plus de 8 milliards de dollars - ZDNet

Surtout lorsqu'il s'agit de Supercell, l'éditeur du très populaire Clash of Clans. Le chinois Tencent annonce en effet le rachat des parts de Softbank dans l'éditeur finlandais pour la bagatelle de 8,6 milliards de dollars. "Le conseil d'administration est heureux d'annoncer que le groupe a décidé d'acquérir une part majoritaire de Supercell", a déclaré Tencent dans un communiqué à la Bourse de Hong Kong, rapporte l'AFP.

Environ 25 millions de personnes jouent ou ont joué à Clash of Clans, selon plusieurs estimations. Gratuit, le jeu repose sur le modèle freemium avec des achats in app très nombreux permettant de progresser dans le jeu. Selon l'institut Newzoo, en 2016, les ventes de jeux mobiles devraient atteindre 36,9 milliards de dollars, soit plus que les PC (31,9 milliards) et les consoles (30,8 milliards).