background preloader

Chroniques

Facebook Twitter

Sommes-nous en guerre? Avant de décider quelles méthodes nous devrions utiliser pour lutter contre l’islamisme, nous devons répondre à une question. Une question claire, simple, mais d’une importance capitale pour la suite des choses. Sommes-nous en guerre ou pas? Dans un texte qu’il a publié dans Le Figaro, Hugues Moutouh, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur, nous rappelle une vérité que nous avons tendance à oublier, obnubilés que nous sommes par nos chartes des droits – à savoir qu’un État se comporte différemment selon qu’il est en guerre ou pas.

«Quand nous sommes en temps de paix, rien n’est plus sacré que les libertés individuelles et l’égalité devant la loi. «Mais lorsqu’un pays est en guerre, son gouvernement instaure la censure, interdit la liberté de réunion et d'aller et venir, interne les opposants dangereux ou les dissidents et n'hésite pas à fusiller ceux qui collaborent avec l'ennemi. On ne se bat pas une main attachée dans le dos.

Rafaële Germain dit n'importe quoi. Dans une chronique sur les ondes de la Radio-Canada (where else ?) , Rafaële Germain m’a attaqué il y a quelques jours. Selon elle, je mens lorsque j’affirme que certains quartiers de Birmingham sont devenus des ghettos islamistes. Ah oui ? Je mens ? J’invente ? Voici un reportage du Figaro. Un reportage de Mediapart. Un reportage du Huffington Post France. Un reportage des Observateurs. Un reportage de 24 h. Un reportage de Paris Match. Un reportage du Monde. Un reportage du magazine Le Point. Un reportage de RTL. Un reportage de 7sur7.

Un texte de Fatima Houda-Pepin. Un texte de Causeur. Etc., etc. C’est fou tout ce qu’on apprend quand on s’informe, non ? Mais que voulez-vous : madame Germain n'a pas le temps de lire les journaux, elle est trop occupée à écrire des chefs-d’œuvre de la littérature, comme Soutien-gorge rose et veston noir ou Gin tonic et concombre... A-t-on privatisé Radio-Canada? C’est la question que je me pose chaque fois que j’écoute la télé ou la radio de Radio-Canada : coudonc, a-t-on privatisé l’auguste société d’État pendant la nuit sans l’annoncer?

Parce que plus ça va, plus Radio-Canada se comporte comme un diffuseur privé... Je coanime depuis deux ans une émission sur les ondes de CHOI RadioX à Québec. CHOI est une station de droite. Ça s’entend et tout le monde le sait. Ça ne nous empêche pas de recevoir régulièrement des invités de gauche et d’être très polis avec eux, de les écouter et de faire entendre leurs points de vue afin que nos auditeurs (qui ne sont pas des imbéciles, quoi qu’en pense Dominique Payette) puissent se faire leur propre idée. Mais les animateurs et les animatrices de la station portent fièrement à droite. C’est le ton que CHOI s’est donné. Il y a des stations 100 % sport, des stations 100 % météo, des stations 100 % rock, des stations 100 % circulation automobile, des stations 100 % pop... T’aimes ou t’aimes pas. Tout le temps. Le nouvel ami du PLQ. Comme prévu, Gabriel Nadeau-Dubois a été élu député de Gouin hier soir. L’ironie de la situation n’aura échappé à personne.

Pendant de longues années, du temps des Jacques Rochefort et André Boisclair, le PQ a régné sur cette circonscription. Il aurait pu y être compétitif à défaut de l’emporter. Oups ! Il a préféré laisser le champ libre à Québec solidaire dans l’espoir de «faciliter les rapprochements», comme on dit dans ces télé-réalités qui fabriquent des couples sous nos yeux. Puis, le PQ a découvert que QS, comme dirait «Rambo» Gauthier, lui faisait l’amour par-derrière sans autorisation. Je trouve piquant de voir tous ces fins observateurs de notre scène politique «découvrir» soudainement que QS est rempli de fédéralistes multiculturalistes, de «souverainistes» pour qui la souveraineté est moins importante que les toilettes pour transgenres, et de fanatiques qui pensent sérieusement que le PQ est le club-école du fascisme.

Essentiellement, M. M. Pas du tout. Utile M. Faire sauter la planète. De toutes les bêtises que l’on peut entendre au sujet des terroristes islamistes, la pire est que c’est la pauvreté et l’exclusion sociale qui poussent de pauvres musulmans vers l’extrémisme religieux. Les damnés de la terre ? Comme l’a fort bien souligné la chroniqueuse Natacha Polony dans Le Figaro vendredi dernier: «Le djihadiste qui se fait exploser au milieu d’adolescentes sortant d’un concert ne proteste pas contre une quelconque discrimination. Le djihadiste de Manchester vivait dans une société qui tolère le voile intégral et juge incompréhensible la laïcité à la française...» Le philosophe Pascal Bruckner va dans le même sens: «Les tenants de l’explication économique, qu’ils soient marxistes ou libéraux, disent: donnons du travail à ces jeunes gens et ils rentreront dans le droit chemin. Les faits témoignent du contraire. «Coulibaly, l’assassin de l’Hyper Casher, travaillait chez Coca-Cola et passait ses vacances aux sports d’hiver ou dans des îles lointaines.

Helter Skelter. Bob le bricoleur en beau joual vert. Avouez : on a presque cru qu’ils avaient changé, avec leurs discours sur la conciliation travail/famille. «Je ne veux pas travailler le samedi, car je veux voir grandir mon enfant», «L’autre jour, j’ai raté les pratiques de ballet de ma fille à cause de ma job», «Je veux passer plus de temps avec ma famille»... Un travailleur de la construction qui aurait tenu de tels propos il y a 15 ans serait devenu le souffre-douleur du chantier­­. Machos, les hommes québécois? Misogynes? Voyons, même nos gros gars de la construction sont roses! Tout juste s’ils ne regardent pas des films de Meg Ryan à l’heure du lunch, en mangeant une salade au quinoa... (Bon, si leur employeur acceptait de les payer temps double le samedi, ils se foutraient peut-être de leur famille, mais ça ne fait rien, ces témoignages étaient touchants...)

On peut sortir le gars de la jungle, mais on ne peut pas sortir la jungle du gars. C’est ce qu’on appelle: se tirer dans le pied avec un gun à clous. Être barré de TVA, c'est vrai! | Hugo Dumas | Hugo Dumas. Mais hier, la situation avec TVA a escaladé un sommet ridicule. Il ne m'est dorénavant plus possible de parler à des comédiens, animateurs ou auteurs liés à TVA sans qu'ils obtiennent une autorisation officielle du réseau. Autorisation qui, vous l'aurez deviné, ne leur est plus accordée. Oui, on est rendus là. Visiblement, TVA utilise les artistes à son antenne pour mener sa guerre commerciale et ces artistes, qui ont peur de déplaire à leur employeur, se soumettent docilement à ces restrictions qui datent d'une autre époque.

Je me demande ce que les actionnaires de la chaîne de Québecor pensent de cette stratégie de repli, qui n'aide pas à embellir l'image de marque du réseau et qui le prive d'une visibilité médiatique importante. Voici un exemple récent du contrôle serré exercé par TVA, qui se traduit en boycottage de La Presse, au final. Bien sûr, cette « nouvelle exclusive » a d'abord été coulée dans Le Journal de Montréal. Un malaise était palpable au bout de la ligne.

Immigrants, nous? Rien ne nous sera épargné­­. Montréal est en fête et cette commémoration de la fondation de Ville-Marie par nos ancêtres français permet au maire Denis Coderre de conclure que «nous sommes tous des immigrants». Tous, mais d’abord et avant tout les Canadiens français de souche. On a bien compris­­ le message.

Le maire n’en est pas à un raccourci près lorsqu’il veut nous faire part de la réflexion qui inspire ses initiatives. Pour comprendre sa vision orthodoxe du multiculturalisme, ne l’oublions pas, puisque Denis Coderre­­ a été dans une vie antérieure ministre libéral à Ottawa. Le hic est que les Français venus coloniser­­ le Canada n’étaient pas des immigrants. Le procès du colonialisme de ces grands empires a déjà été fait. Et si les Québécois, par leur silence et leur mémoire défaillante, donnaient­­ raison au maire. Casseuse de party. Je veux me laisser emporter par l’émotion du 375e de Montréal, mais je n’arrive pas à chasser cette idée que les célébrations masquent des craques, petites et grosses, dans les fondations de l’édifice.

Dans une grande ville, un corps policier top niveau trône au sommet des priorités. Or, le SPVM croule sous les scandales. Le crime organisé contrôle le remorquage et la collusion règne dans le déneigement. Le syndicalisme de confrontation revient chez les cols bleus. Les policiers non plus n’ont pas le cœur à la rigolade. Montréal arrive au 7e rang sur 17 régions du Québec pour le revenu par habitant, soit 26 984 $. La rue Saint-Denis n’est plus qu’une enfilade d’espaces commerciaux vides. Les nouvelles terrasses réglementaires en 2 x 4 rappellent des enclos à bétail et grugent le peu de places de stationnement disponibles, surtout avec les stations Bixi en expansion. La ville est surgouvernée avec 218 conseillers municipaux pour 19 arrondissements (New York en a 51 pour 5 arrondissements). Le party des Desmarais. Denis Coderre aime penser qu’il pense grand, mais quand on y regarde de près, on s’aperçoit que ses cercles d’influence tournent souvent autour des mêmes personnes, souvent des libéraux­­ notoires, la famille Desmarais­­ en tête.

Qui préside le conseil d’administration des célébrations du 375e? France Chrétien Desmarais. Qui a reçu le grade le plus élevé de l’Ordre de Montréal, créé pour marquer le 375e? Jacqueline Desmarais. Mais non, la couverture complai­sante des activités du 375e par La Presse­­ n’a rien à voir avec les Desmarais­­. Pas plus que les articles «brosse à reluire» sur Montréal, ville parfaite, dont La Presse gave ses lecteurs­­ depuis deux ans. C’est moins glamour d’être photographié devant un nid de poule sur le boulevard Langelier que d’être immortalisé­­ en train de recevoir les félicitations du gratin montréalais à l’hôtel de ville. Ex-homme du peuple Le maire avait promis que «[...] Ah oui? Misère. Pureté multiculturelle.

Les rédacteurs en chef de deux magazines en vue de Toronto se retrouvent sans emploi aujourd’hui après avoir défendu le principe de liberté artistique contre les assauts vicieux des zélotes de la gauche dite décoloniale, opposée à «l‘appropriation culturelle». Une forme extrême de multiculturalisme qui ordonne à chacun de rester dans son carré de sable identitaire. La dénonciation de «l’appropriation culturelle» dépasse désormais l’interdiction de coiffes à plumes sur la tête de Blancs, du sushi et du poulet général Tao cuisinés par des non-Asiatiques (vu dans plusieurs universités américaines). Tremblay, Shakespeare : coupables! Les artistes privilégiés, comprenez blancs ou de classe moyenne, n’auraient plus le droit d’interpréter artistiquement les réalités de groupes «opprimés». En bien ou en mal. Démissions Le Writer’s Union of Canada, qui représente les auteurs professionnels, s’est excusé publiquement d’avoir «offensé et fait de la peine aux lecteurs» («offended and hurt readers»).

Donald Trump et Network (1976) Après Le Parrain et La Crise, un autre film qui nous permet de mieux comprendre l’actualité: Network, de Sidney Lumet, que j’ai cité à maintes reprises dans ma chronique. Fable grinçante sur le monde des médias, ce chef-d’œuvre mettant en vedette Peter Finch, Robert Duvall et Faye Dunaway annonçait sans le savoir l’élection de Donald Trump, le phénomène des fake news, la montée du populisme et le cynisme des gens envers l’establishment politique et médiatique.

Quarante et un ans après sa sortie en salles, il est étonnant de voir à quel point le scénariste de ce film (le génial Paddy Chayefvsky, célèbre pour ses colères épiques) avait tout prévu. C’est bien simple, on dirait que ce miroir déformant de notre époque a été réalisé cette semaine! Le héros, Howard Beale, est un chef d’antenne dépressif. Propulsé à la tête d’une émission d’affaires publiques après avoir annoncé qu’il se suicidera en ondes, cet homme devient un héros national, une sorte de Jean-Luc Mongrain sur l’acide.

J'ai testé les algorithmes de Facebook et ça a rapidement dégénéré. Facebook ne peut pas nous montrer toutes les publications de chacun de nos amis et des pages auxquelles nous sommes abonnés. Ça serait beaucoup trop. Les algorithmes de Facebook font donc un tri. En utilisant Facebook, on indique à ces algorithmes ce qui nous plaît. Tout ce qu'on fait sur le réseau social - nos partages, nos « j'aime », nos abonnements - permet aux algorithmes de se créer une image de nous et de deviner ce que nous aimerions voir. Depuis quelques années, plusieurs observateurs - dont moi - s'inquiètent de l'effet que cela pourrait avoir sur l'information que nous consommons sur Facebook.

Sommes-nous alors vraiment informés, même si nous avons accès à tous les médias du monde sur notre fil d'actualité? D'autres médias ont déjà tenté des expériences pour mesurer l'effet des algorithmes de Facebook sur ce qui apparaît dans le fil d'actualité (liens en bas de page). Et Herbie Neutre, qui ne fera absolument rien (donc aucune activité, même pas de clics sur des articles). Drôles de Québécois. Depuis quelques années, nombre de Québécois­­ désabusés au point de se laisser entraîner vers le cynisme se cherchent des icônes. Plusieurs s’expriment sur les réseaux sociaux et dans les médias et semblent attirés par un nouveau trio politique inquiétant. En effet, l’on trouve des fans de Trump, Le Pen et Poutine. Qu’ont-ils en commun, ces trois politiciens?

Ce sont des personnalités à la brutalité déconcertante, qui partagent une vision du pouvoir qui laisse peu de place aux nuances, qui possèdent un cran doublé d’une agressivité permanente et dont le discours est sans filtre. Ils se nourrissent du mépris de ceux qui osent les contester et, fins connaisseurs de la faiblesse humaine, ils savent d’expérience que l’argent et l’ascendant sur les autres sont les mamelles­­ de leur puissance. Trump est impressionné par Poutine­­ et respecte Le Pen dans son extrémisme, laquelle se laisse flatter par Poutine et a adopté Trump comme­­ modèle. Six minutes. Les histoires de corruption, de copinage et de renvois­­ d’ascenseur vous écœurent? Le fait que, malgré tous les scandales qui s’accumulent, la seule façon pour les partis d’opposition de renverser le gouvernement est de se pincer le nez et de s’allier vous décourage?

Attendez, vous n’avez rien lu. Selon les récentes données du ministère de la Santé, la durée moyenne de séjour dans les urgences (le temps qu'un patient allongé sur une civière passe à l’urgence avant d'obtenir son congé ou d'être hospitalisé) est de 15,6 heures. Or, selon le gouvernement, c’est une grande victoire, car avant, ce temps d’attente était plus long de... six minutes!!!! On est passé de 15 heures 42 minutes à 15 heures 36 minutes, et on se pète les bretelles! Malgré tout l’argent qu’on envoie à l’État, malgré les changements de gouvernement, malgré les réformes, malgré les consultations, malgré tous les médecins qui se sont succédé à la tête du ministère de la Santé, c’est tout ce que nous avons réussi à gagner­­.

De gauche, musulmane et raciste. Les notes gonflées: WTF ? Le français, encore vaincu. La loi 101 au cégep. L’assurance-médicaments est inéquitable pour plusieurs Québécois. Une histoire de fous. Une odeur effrayante. Entre trop et pas assez. Charest-Bibeau: questions. Diagramme fin. illégal. Une autre France. Le Québec va mal. Une linguiste populiste. Corruption, corruption. Dr Barrette, vous me forcez à aller au privé. Pendant ce temps, au Québec | Patrick Lagacé | Patrick Lagacé. L’armée canadienne en guerre contre les gais. À quand des excuses aux soldats gais? Sommes-nous racistes? Intégration ou assimilation. La guerre à finir contre le nationalisme québécois. Langue française : mourir dans l’indignité. La perte de poids de Katherine Levac: pourquoi elle aurait dû en parler. De l’ingratitude crasse. Ceci n’est pas un poisson d’avril. Êtes-vous raciste ? Cherchez l’erreur. Penser pareil, c’est moins dur. L'Occident devant le concept d'islamophobie : à propos du plus récent livre de Pascal Bruckner.

Psychologie de nos élites folles. Où va le fric? Le Québec édenté. Bombardier ou l’obscénité de l’hyperclasse. «Ça n’a pas de sens», soutient Claude Béland. L'Occident devant le concept d'islamophobie : à propos du plus récent livre de Pascal Bruckner. Bombardier: quand le capitalisme perd la tête. L'échec référendaire de 1995 imputable au départ des Nordiques, selon l'un des fondateurs du PQ. Le paradis des racistes. Quebeckers aren’t thin-skinned; they just don’t tolerate falsehoods - The Globe and Mail.

Potter: mea culpa. Le trouble-fête. La pendaison du jour. Vitrine enneigée. Combien nous coûtent les fonctionnaires invisibles ? How a snowstorm exposed Quebec's real problem: social malaise. Comment expliquer la haine antipéquiste? Le chantage médical. Un gouvernement dans la tempête. Déneigement privé, problèmes publics. Bureaucratie en panne. Ne cherchons pas de complot à Radio-Canada. Welcome, Emmanuella! Du très grand n’importe quoi. Le Québec, province la plus pauvre. Le «nous» des autres. Les Enquêtes bizarres du SPVM | Patrick Lagacé | Patrick Lagacé. Quand la détestation devient politique. Un quota de femmes? Vraiment? Le monstre qui bouffait les contribuables. N'est pas «Charlie» qui veut... Pauvre Québécois! L’ange Gabriel. Onction du pape Guy A. Lepage à Nadeau-Dubois.

Emmanuella préfère l’anglais. La géographie ethnique. La persécution des fumeurs. Système de santé : face à l'échec, que faire. La mort et l’État-providence.