background preloader

Totalitarisme

Facebook Twitter

Article

Totalitarisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le totalitarisme est l'un des trois grands types de systèmes politiques avec la démocratie et l'autoritarisme. C'est un régime à parti unique, n'admettant aucune opposition organisée et dans lequel l'État tend à confisquer la totalité des activités de la société. C'est un concept forgé au XXe siècle, durant l'entre-deux-guerres, avec une apparition concomitante en Allemagne et en URSS. Le totalitarisme signifie étymologiquement « système tendant à la totalité[1]. » L'expression vient du fait qu'il ne s'agit pas seulement de contrôler l'activité des personnes, comme le ferait une dictature classique. Les origines du concept[modifier | modifier le code] L' adjectif « totalitaire » (« totalitario ») apparut en Italie dès le mois de mai 1923 (on prête parfois son invention à Giovanni Amendola[4],[5], opposant et victime du fascisme).

Des définitions diverses[modifier | modifier le code] Définition selon Hannah Arendt[modifier | modifier le code] Totalitarismo. Da Wikipedia, l'enciclopedia libera. È il termine più usato dagli storici per definire un tipo di regime politico, affermatosi nel XX secolo al quale possono essere ricondotti il nazismo, il fascismo e il comunismo. Il regime totalitario è caratterizzato soprattutto dal tentativo di controllare capillarmente la società in tutti gli ambiti di vita, imponendo l'assimilazione di un'ideologia: il partito unico che controlla lo Stato non si limita cioè a imporre delle direttive, ma vuole mutare radicalmente il modo di pensare e di vivere della società stessa. Il termine totalitarismo, inoltre, è usato nel linguaggio politico, storico e filosofico[1] per indicare "la dottrina o la prassi dello stato totalitario", cioè di qualsiasi stato intenda ingerire nell'intera vita, anche privata, dei suoi cittadini, al punto da identificarsi in essi o da far identificare essi nello Stato.

Definizioni[modifica | modifica sorgente] Definizione alternativa di John Keegan[modifica | modifica sorgente] Brudny, Totalitarisme, histoire du terme. Arthur Koestler. Giovanni Amendola. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Amendola. Giovanni Battista Amendola (né le à Salerne en Campanie, mort le à Cannes dans les Alpes-Maritimes, en France) est un homme politique italien, opposant au fascisme.

Biographie[modifier | modifier le code] Giovanni Amendola obtient un diplôme en philosophie. En 1924, il est candidat à la présidence du conseil d'une coalition libérale. Son fils Giorgio Amendola est un homme politique et un écrivain, membre du Parti communiste italien. Publications[modifier | modifier le code] (it) Giovanni Amendola, Il convegno nazionalista, « La Voce », 1er décembre 1910. Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ (it) A. Voir aussi[modifier | modifier le code] (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Giovanni Amendola » (voir la liste des auteurs) du 15 novembre 2007. Bibliographie[modifier | modifier le code] Lien externe[modifier | modifier le code]

Luigi Sturzo. Franz Leopold Neumann. Biography[edit] Labor law and social democracy[edit] In the weeks after the assumption of power by the National Socialists, Neumann was warned of his imminent arrest and he fled to England. There he studied under Harold Laski at the London School of Economics, and with the former Frankfurt sociology professor, Karl Mannheim. He earned a second doctorate with a study of the rise and fall of the historical epoch of the rule of law. On Laski's recommendation, Neumann was employed by the Frankfurt Institute of Social Research (in exile at Columbia University in New York City after some years in Geneva and Paris) in 1936, initially as administrator and legal advisor, and later as research associate, although he was never as well established in the group led by the Director, Max Horkheimer, as Friedrich Pollock and Theodor Adorno.

American exile[edit] Neumann, Herbert Marcuse and Otto Kirchheimer worked on numerous projects, including the analysis of political tendencies in Germany. Notes[edit] Béhémoth Structure et pratique du national-socialisme. Le national-socialisme et la soci t ... Behemoth: The Structure and Practice of National Socialism. Behemoth: The Structure and Practice of National Socialism 1933–1944 is a book by the German lawyer and political scientist Franz Leopold Neumann.

It was written from 1941 to 1944 during his exile in the United States and appeared for the first time in 1942, then in an expanded edition in 1944. Contents[edit] Although Nazi Germany appeared as an authoritarian and strong state, Neumann did not compare it with the monster Leviathan, also used by Hobbes. Instead, he equated it with Behemoth, which to Hobbes had represented a state of lawlessness in society, the state of nature. In a complex analysis, Neumann tried to show that behind the authoritarian and autocratic façade of the Nazi regime, there was ultimately nothing but unbridled terror, egotism and arbitrariness on the part of certain social groups. An example of this was the aryanization (confiscation) of Jewish property, which had mostly served the interests of large capitalist companies such as Mannesmann or Thyssen. References[edit] The Nazi Behemoth. Franz Borkenau. Benito Mussolini. Giovanni Gentile. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Gentile.

Giovanni Gentile Giovanni Gentile (Castelvetrano, le 30 mai 1875 - Florence, le 15 avril 1944) était un philosophe italien, idéaliste et néo-hégélien, proche de Benedetto Croce. Il se décrit lui-même comme le « philosophe du fascisme », et a en grande partie rédigé pour Benito Mussolini la Doctrine du fascisme en 1932. Il est également à l'origine de l'idéalisme actuel, un courant philosophique qui entendait se distinguer de l'idéalisme trancendental de Kant et de l'idéalisme absolu de Hegel.

Biographie[modifier | modifier le code] Fils d'un pharmacien et de la fille d'un notaire, il grandit à Campobello di Mazara, en Sicile et étudie au lycée de Trapani. En 1897, après avoir suivi un cours de perfectionnement à Florence, Gentile obtient une chaire de philosophie au lycée Mario Pagano, à Campobasso et trois ans plus tard au lycée Vittorio Emanuele, à Naples. Philosophie[modifier | modifier le code] Ernst Jünger. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ernst Jünger Œuvres principales Ernst Jünger (Heidelberg, – Riedlingen, ) est un écrivain allemand. Julien Hervier, qui a dirigé l'édition des Journaux de guerre de Jünger dans la Bibliothèque de la Pléiade a écrit : « Si l'on voulait conclure sur Jünger, il faudrait avant tout éviter la facilité qui tend à accorder autant d'importance, sinon plus, à sa légende d'homme d'action, engagé dans la guerre, la politique et l'aventure, qu'aux milliers de pages de son œuvre d'écrivain[3] ».

Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse & Première Guerre mondiale sous les « Orages d'acier »[modifier | modifier le code] Ernst Jünger est l'aîné d'une famille de cinq enfants parmi lesquels son frère, Friedrich Georg, devient un de ses compagnons privilégiés. Il se porte volontaire dès que l’empereur Guillaume II ordonne la mobilisation en août 1914. Entre-deux-guerres : nationalisme et révolution[modifier | modifier le code] Dupeux, Ernst Jünger, du nationalisme absolu à la gnose totalitaire. Dossier Ernst Jünger : Jünger tel que je le connais. Ernst Jünger offre le curieux privilège d'avoir surtout des partisans ou des détracteurs inconditionnels. Le fait qu'il atteigne sa centième année semble accroître encore l'agacement et l'indignation chez les uns, l'admiration chez les autres.

Comme les philosophes antiques qui faisaient profession de sagesse - souvent contre espèces sonnantes et trébuchantes, et sans pouvoir brandir les punitions et récompenses d'un au-delà à la manière de leurs successeurs chrétiens -, il aurait tout loisir d'invoquer à l'appui de son système de pensée l'extrême réussite de sa vie, imperturbablement productive et voyageuse à l'âge des patriarches. Le débat sur la valeur de sa personne et de son ouvre encyclopédique dépasse d'ailleurs largement les clivages politiques.

Les difficultés commencent dès qu'il s'agit d'analyser sa position exacte vis-à-vis du progrès, pierre de touche théorique de la distinction entre conservateurs et progressistes. La Grande Guerre ou la naissance de la civilisation totalitaire. En cette période de célébration de la conquête de la Lune, découvrez cette série en 12 épisodes produite par Ron Howard, Brian Grazer, Tom Hanks et Michael Bostick. De la Terre à la Lune retrace ainsi les événements marquants du programme spatial Apollo pendant les années 1960 et le début des années 1970. Les épisodes 1. Pouvons-nous réussir ? (Can We Do This?) Les Acteurs Tom Hanks, Dan Butler, Tim Daly, Chris Isaak, Lane Smith, Ted Levine, Cary Elwes, Ronny Cox, John Drew, Kevin Pollak. Fiche détaillée Editeur: Studio Canal Langue : Français, Anglais Sous-titres : Français Format : Couleur, Plein écran, PALStudio : Studio Canal Durée : 12 x 1 heureDate de sortie du DVD : 1 octobre 2007.

Carl Schmitt. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Carl Schmitt ( - ) était un juriste (constitutionnaliste, théoricien et professeur de droit), un philosophe et un intellectuel catholique allemand. Il s'engage dans le parti nazi dès 1933 et se veut le juriste officiel du IIIe Reich[1]. Ses principales œuvres sont : Théologie politique (1922), Théorie de la Constitution (1928), La notion du politique (1933), Le Léviathan dans la doctrine de l’État de Thomas Hobbes (1938), Le Nomos de la Terre (1950), Théorie du partisan (1963). Auteur d'une réflexion sur la nature de l'État et des constitutions, il considère, dans la filiation de la pensée de Jean Bodin, que la souveraineté étatique est absolue ou n'est pas.

L'autonomie étatique, selon Schmitt, repose sur la possibilité de l'État de s'autoconserver, en dehors même de la norme juridique, par une action qui prouvera cette souveraineté. Repères biographiques[modifier | modifier le code] Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code] Pacte germano-soviétique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pacte germano-soviétique Signature du pacte par Molotov en présence de Ribbentrop, Staline, et le général Boris Michailowitsch Schaposchnikow. Derrière, un portrait de Lénine. Le Pacte germano-soviétique ou Pacte Molotov-Ribbentrop, officiellement Traité de non-agression entre l'Allemagne et l'Union soviétique, désigne les accords diplomatiques et militaires signés entre le IIIe Reich et l'URSS, le , à Moscou, au Kremlin, en présence de Staline, entre le ministre des Affaires étrangères de l'URSS, Viatcheslav Molotov, et celui du IIIe Reich, Joachim von Ribbentrop.

Le contexte géopolitique[modifier | modifier le code] Dès avril 1938, l'URSS engage des négociations diplomatiques avec la Finlande pour tenter d'améliorer leur défense mutuelle contre l'Allemagne. Les intérêts soviétiques[modifier | modifier le code] Les raisons pour lesquelles Staline va conclure le pacte sont l'objet de discussions[5]. Contenu du pacte[modifier | modifier le code] Waldemar Gurian. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Waldemar Gurian, né le 13 février 1902 à Saint-Pétersbourg en Russie, mort le 26 mai 1954 à South Haven (Michigan) aux États-Unis, est un professeur de science politique de l'université Notre-Dame. Parcours[modifier | modifier le code] D'origine juive, Waldemar Gurian se convertit au catholicisme.

Alors qu'il réside en Allemagne, il condamne de façon virulente le national-socialisme et s'exile en 1934 en Suisse. Il publie alors dans ses « Lettres allemandes », envoyées anonymement, des mises en garde contre la politique ecclésiastique du national-socialisme. Il tente de freiner l'ascension de Carl Schmitt comme juriste officiel du Troisième Reich, tout en critiquant fermement l'attitude des évêques allemands. Waldemar Gurian forge le concept d’« idéocratie » concernant les régimes soviétique et nazi, qui partagent selon lui la caractéristique d'être guidés et organisés par des ambitions utopiques.

Bibliographie[modifier | modifier le code] Gurian_Totalitarianism as Political Religion. The term "totalitarianism," which started its triumphal march through our time in Italy and was taken over in Germany, has never been accepted by the regime which today is regarded as the survival of totalitarianism in its most powerful form. The representatives of the Soviet regime did not care to appear on the side of Fascism and Nazism as belonging to the front of totalitarianism. The ruling Soviet party does not officially pretend to be a ruling elite separated from the masses, destined to lead and dominate them. . . . And even today, after the withering away of the state, announced in Lenin's State and Revolution (1917), has been postponed to a future very far away, beyond all human calculation, and after the strong almighty Soviet state has been accepted as the decisive fact of the present, the belief is not abandoned that the state will disappear.

But this belief has become a utopian promise completely overshadowed by the political regime as exist today. Jacques Maritain. Jacques Maritain en Europe. Élie Halévy. Élie Halévy (6 September 1870 – 21 August 1937) was a French philosopher and historian who wrote studies of the British utilitarians, the acclaimed book of essays, Era of Tyrannies, and a history of Britain from 1815 to 1914 that greatly influenced British historiography.[1] Biography[edit] Élie Halévy was born in Étretat, Seine-Maritime, where his mother had fled as the German army marched on Paris. His father was the playwright Ludovic Halévy, his brother Daniel Halévy; Halévy grew up surrounded by musicians, scholars, and politicians.[2] After studying at the École Normale Supérieure, he received his doctorate in philosophy in 1901 with the theses The Platonic Theory of Knowledge and The Origins of Philosophical Radicalism.

The latter formed the base of his first major study, The Formation of English Philosophical Radicalism (3 vols., 1901-1904).[3] In 1892, Émile Boutmy invited Halévy to lecture on English political ideas at the newly founded School of Political Science. Books[edit] Elie Halévy : L'ère des tyrannies (1936) Le socialisme, depuis sa naissance, au début du XIXe siècle, souffre d'une contradiction interne. D'une part, il est souvent présenté, par ceux qui sont les adeptes de cette doctrine, comme l'aboutissement et l'achèvement de la Révolution de 1789, qui fut une révolution de la liberté, comme une libération du dernier asservissement qui subsiste après que tous les autres ont été détruits: l'asservissement du travail par le capital. Mais il est aussi, d'autre part, réaction contre l'individualisme et le libéralisme; il nous propose une nouvelle organisation par contrainte à la place des organisations périmées que la Révolution a détruites: a) Le socialisme, sous sa forme primitive, n'est ni libéral, ni démocratique, il est organisateur et hiérarchique.

Ces remarques nous semblent trouver une confirmation sensationnelle dans l'évolution générale de la société européenne, depuis le début de la Grande Guerre et l'ouverture de ce que nous proposons d'appeler l'ère des tyrannies. M. M. M. Raymond Aron. Machiavel et les tyranies modernes.

Pays

Des « origines du totalitarisme » à la « condition de l’homme moderne » Totalitarisme. TLF - Totalitarisme. TLF - Totalitaire. Totalitarisme. Totalitaire. Hannah Arendt. Sigmund Neumann. Carl Joachim Friedrich. Robert C. Tucker. Benjamin Barber. John Alexander Armstrong. Ian Kershaw. Roland Lew. L'ennemi intérieur et la violence extrême : l'URSS stalinienne et la Chine maoïste. Alain Blum. Claude Lefort. Eric Voegelin. Waldemar Gurian. Jacob Talmon. Alain Besançon. Ernst Nolte. Retour sur Ernst Nolte - Cairn.info. À propos de la réception d'Ernst Nolte - Cairn.info. De l'anticommunisme - Cairn.info. Du négationnisme de chaire et de l'apothéose des survictimes - Cairn.info. Travailler sur des objets détestables : quelques enjeux épistémologiques et moraux - Cairn.info.

Histoire et mémoire du passé nazi en République fédérale d'Allemagne - Cairn.info. Ce qui rattache les fascismes et le communisme à la modernité - Cairn.info. Le génocide de classe : définition, description, comparaison - Cairn.info. Des ennemis, un ennemi : l'amalgame hitlérien - Cairn.info. Terreurs de la France modérée - Cairn.info. MENTOR.

2002 - Hist-Géo Seconde générale et techno. 2002 - Hist-Géo cycle terminal. 2004 - Note service - adaptation des programmes. Démocratie, totalitarisme et parcellitarisme. Communisme et nazisme: 25 réflexions ... Understanding the Nazi genocide ... Hannah Arendt, totalitarisme, monde contemporain. Stalinisme et nazisme: histoire et ...

Nicole Laurin-Frenette, sociologue, U. de Montréal, Classes et pouvoir. Les théories fonctionnalistes. (1978) Daniel Côté, anthropologue, candidat au doctorat, Université de Montréal, “ Le respect de la différence. Relativisme culturel et droit et démocratie ” (2004) Simone Weil - Réflexions sur la liberté. SOUMISSION A L’AUTORITE STANLEY MILGRAM. Enseigner le totalitarisme.