background preloader

Forces nucléaires françaises

Facebook Twitter

Force de dissuasion nucléaire française. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Force de dissuasion nucléaire française

L'histoire de la force de dissuasion nucléaire française, aussi nommée « force de frappe », commence officiellement en 1958, pendant la Guerre froide, lorsque Félix Gaillard, président du Conseil sous la présidence de René Coty, décide de doter la France d'une force de dissuasion nucléaire. Objectifs[modifier | modifier le code] La base de la doctrine française est la volonté de conférer à l’arme nucléaire un rôle fondamentalement politique. Il s’agit « d’empêcher la guerre » : l’arme nucléaire ne saurait être un moyen de coercition ou une « arme d’emploi », c’est-à-dire une arme utilisable au même titre que les autres.

Mais il s’agit également de pouvoir affirmer, sur la scène internationale, que la France ne dépend d’aucune autre puissance pour ce qui est de sa survie. Missile Pluton. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Missile Pluton

Pour les articles homonymes, voir Pluton. Missile Hadès. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Missile Hadès

Le missile Hadès est un ancien missile sol-sol nucléaire tactique (à courte portée) mobile français, démantelé depuis 1997. La doctrine concernant son emploi a évolué vers un rôle d'ultime avertissement, faisant officiellement du Hadès un « missile préstratégique », destiné à être utilisé sur le champ de bataille pour marquer le passage du "seuil nucléaire" avant d'envisager de déclencher la frappe nucléaire massive anti-cités en cas d'invasion par les forces du Pacte de Varsovie de l'Europe occidentale.

Plateau d'Albion. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plateau d'Albion

Toponymie[modifier | modifier le code] Ici, dans l'Antiquité résidèrent les Albienses, qui faisaient partie de la fédération des Albiques. La génèse du plateau d'Albion. La France n'était pas seule à s'engager dans l'armement avec des missiles balistiques. Les USA avaient également élaborés une stratégie de défense basée sur les SSBS. Au début des années 1960, seules deux familles de missiles intercontinentaux sont logées en silos, les Atlas et les Titan. Les Atlas étaient avec quelques Titan 1 les premiers en alerte le matin du 24 octobre 1961, lorsque le Président Kennedy a lancé un ultimatum à l'Union soviétique afin d'empêcher le déploiement de missiles à Cuba.

Deux types de bases avaient été construits pour abriter ces missiles. Les premières générations d'Atlas D étaient érigées comme à Cap Canaveral sur un pad de tir. pour la génération suivante, les Atlas E, le missile était stocké dans un silo à l'horizontale dans un bunker en béton, juste au-dessous du niveau du sol. La base des Atlas E est partagée en deux bâtiments souterrains principaux, il s'agit du bâtiment de service et du bâtiment des opérations de lancement. Missile S2. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Missile S2

Le S2 est le premier missile balistique français à être développé avec un premier vol d'essai en 1965. Il s'agit d'un missile à portée intermédiaire (en anglais IRBM : Intermediate Range Ballistic Missile, en français SSBS : Sol-Sol Balistique Stratégique) basé à terre et il est doté d'une seule tête nucléaire.

La première unité opérationnelle avec 9 missiles S2 est mise en service dans la base aérienne 200 Apt-Saint-Christol situé dans le plateau d'Albion le 2 août 1971, la seconde le 23 avril 1972. Ces engins seront remplacé par les missiles S3 au début des années 1980. La première unité opérationnelle SSBS-S3 a été mise en service le 1er juin 1980, la seconde le 31 décembre 1982. Sur les autres projets Wikimedia : Missile S2, sur Wikimedia Commons. Missile S3. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Missile S3

Pour les articles homonymes, voir S3. Le S3 est un missile balistique à portée intermédiaire (en anglais IRBM : Intermediate Range Ballistic Missile) français basé à terre. Il est doté d'une seule tête nucléaire. Conception[modifier | modifier le code] TN 61. The TN 61 was a French nuclear warhead. It was a lighter weight version of the TN 60 warhead and quickly replaced it in service on the M20 SLBMs on the Redoutable class SSBNs. Forces aériennes stratégiques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forces aériennes stratégiques

Les forces aériennes stratégiques françaises sont créées le et sont chargés de l'emploi des armes nucléaires au sein de l'armée de l'air française. FAS. Dassault Mirage IV. Www.avionslegendaires.net. Aller à : HistoireCaractéristiquesPlans 3 vuesProfil couleurPhotosVidéo Quand en 1954, le gouvernement français décide de ce doter d’une force de dissuasion nucléaire (la Force de Frappe), Dassault proposa une amélioration de son Mirage III existant pour en faire un vecteur capable de rapidité et de pénétration lointaine.

www.avionslegendaires.net

Le 17 juin 1959, le prototype vola pour ma première fois et fut nommé Mirage IV. Trois prototypes supplémentaires ont été construits, plus grand que l’original pour être plus représentatifs de la production qui début en 1964. Le Mirage IV pouvait se déplacer à la vitesse de Mach 2 et répondait aux caractéristiques techniques voulues par l’Etat Major des Forces Armées qui commanda 50 appareils, qui devaient être mis en service entre 1963 et 1965. Mirage IV, Dassault Mirage IV, Mirage IVA, Mirage IV P, Mirage 4. Petite histoire du Dassault Mirage IV Le prototype du Mirage IV effectue son 1er vol le 17 juin 1959.

Mirage IV, Dassault Mirage IV, Mirage IVA, Mirage IV P, Mirage 4

Le premier appareil de série quant à lui, vol effectue son vol initial en décembre 1963 pour être livré à l’Armée de l’Air en février de l’année suivante. Bienvenue au CFAS. Sous-marin nucléaire lanceur d'engins. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sous-marin nucléaire lanceur d'engins

Un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE), aussi connu comme SSBN (Sub-Surface Ballistic Nuclear) selon le code OTAN, est un sous-marin à propulsion nucléaire navale de très grande taille, équipé de missiles balistiques stratégiques à charge nucléaire en silos verticaux et lancés en plongée. Il est également équipé en torpilles et en missile à changement de milieu aérodynamiques, des armes anti-navires pour son auto-défense. Sa mission est la dissuasion nucléaire ; il assure, à ce titre, la garantie d'une frappe nucléaire de riposte, en raison de la difficulté de le localiser lors de ses patrouilles en plongée, grâce notamment à ses qualités de discrétion acoustique.

Les pays qui disposent en ce début de XXIe siècle de ce type de sous-marin sont les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni, la Chine et l'Inde. Les États-Unis et la Russie possèdent à eux seuls plus des 4/5e de la flotte de SNLE mondiale. L’outil naval français et la sortie de la guerre froide (1985-19. NC : non communiqué dans le document.1 JO du 3 mars 1972, page 2308. Décret n° 72-161 du 29 février 1972 fixant la composition des forces navales françaises.2 Flottes de combat, édition des années 1986, 1988, 1990, 1992 et 1994. SHD/DM, EMM, bureau « Études générales », Dossier d’information Marine, édition 1991, p. 30-31 et bureau « Affaires générales », Dossier d’information Marine, édition 1993, p. 32-33.

Soutou (G. Liste des classes de sous-marin français. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Certaines classes ont également été vendues à l'export. Classe Le Redoutable. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Terrible (sous-marin de 1973) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Terrible. Le Terrible (S612) était un sous-marin nucléaire lanceur d'engins de la marine française. Lancé à Cherbourg le 12 décembre 1969, il fut le deuxième bâtiment de la classe Le Redoutable. Il fut mis en service le , et durant 23 ans, fut une pièce de la force de dissuasion nucléaire française. Liste des sous-marins construits à Cherbourg Description et caractéristiques sur Netmarine. Missile M20. Missile M4. Missile M45. Missile M51. Classe Le Triomphant. France's Nuclear Weapons - Development of the French Arsenal. Last changed 1 May 2001 AN-11 Bomb This free fall bomb was the first nuclear weapon stockpiled by France, going into service in 1964.

It was a pure fission plutonium implosion design, a development version of which was fired in France's first nuclear test on 13 February 1960. A prototype bomb was first tested 1 May 1962. The bomb was intended for high altitude delivery against strategic targets by France's first strategic nuclear bomber - the Mirage IVA (entered service October 1964). France and nuclear proliferation. French and British nuclear forces.