background preloader

Vrac dépression

Facebook Twitter

Dépression à répétition : des effets toxiques sur le cerveau ? Baisse d’humeur, faible estime de soi, tristesse, perte de plaisir… caractérisent la dépression.

Dépression à répétition : des effets toxiques sur le cerveau ?

Mais pas seulement. D’après les résultats d’une étude dirigée par Philip Gorwood, les personnes qui ont connu au moins deux épisodes dépressifs auraient des risques élevés de voir leurs fonctions intellectuelles altérées. Or, les risques de rechute étant relativement élevés pour cette maladie, ces conséquences sur le cerveau ne sont pas à prendre à la légère. Plus de temps à réaliser des tâches simples Pour arriver à ces résultats, les chercheurs de l’Inserm ont mené une étude chez plus de 2000 patients ayant connu entre 1 et plus de 5 épisodes dépressifs au cours de leur vie.

Résultat : chez les patients qui sortent d’une première dépression, le temps moyen pour réaliser ce test est de 35 secondes. Prévenir les rechutes Annabelle Iglesias. Le système immunitaire peut causer la dépression, montre une nouvelle étude. Le système immunitaire peut jouer un rôle dans la dépression, selon une étude présentée au congrès annuel de la Society for Neuroscience.

Le système immunitaire peut causer la dépression, montre une nouvelle étude

L'activation du système immunitaire amenait des souris à se désintéresser d'une activité qu'elles aiment habituellement. Elles ont repris leur activité normale lorsque l'action de l'interleukine-6, une hormone immunitaire qui transmet un signal de maladie au cerveau, a été bloquée. "Nos résultats suggèrent que bloquer l'action de l'interleukine-6 pourrait réduire les symptômes de dépression, comme la fatigue ou la perte d'intérêt dans des activités agréables, chez des gens qui sont déprimés et qui ont des niveaux élevés d'interleukine-6", dit Simon Sydserff de Braincells Inc, qui a mené cette étude chez AstraZeneca Pharmaceuticals. Des recherches ont déjà montré des niveaux élevés d'hormones immunitaires, comme l'interleukine-6 chez des personnes déprimées qui étaient autrement en bonne santé, indique le chercheur.

L'activité du système immunitaire pourrait causer la dépression. «Le système immunitaire peut jouer un rôle important dans le développement de la dépression», a indiqué Andrew Miller de l'Université Emory lors d'un symposium sur les neurosciences et l'immunologie à la New York Academy of Sciences.

L'activité du système immunitaire pourrait causer la dépression

C'est ce qu'ont suggéré plusieurs études dans les dernières années. Les personnes déprimées ou stressées ont tendance à être plus sensibles à diverses affections médicales, telles que les maladies infectieuses et peut-être même le cancer, ont montré des études. Mais la relation causale peut aussi être dans la direction opposée, explique Miller. Les personnes qui sont gravement malades ont un risque 5 à 10 fois plus élevé de dépression, et cela pourrait ne pas être simplement dû au combat contre leur maladie, dit-il, mais à l'inflammation sous-jacente, une réponse de l'organisme fréquente à la maladie ou aux blessures.

Voyez également: Une nouvelle conception de la dépression et de son traitement. Ce processus impliquerait des mécanismes anciens utilisés par l'organisme pour faire face à des blessures physiques.

Une nouvelle conception de la dépression et de son traitement

Contrairement à d'autres théories biologiques de la dépression, les chercheurs ont commencé en se demandant quels étaient la fonction et les mécanismes de la dépression qui favorisent l'adaptation plutôt que de concevoir ces processus comme étant fondamentalement dysfonctionnels. Selon cette théorie, un stress important et les adversités, comme la perte d'un d'emploi ou d'un membre de la famille, déclenchent des processus neurobiologiques qui altèrent physiquement le cerveau. Des cellules nerveuses changent de forme et de connexions.

Certaines meurent, mais d'autres se développent alors que des circuits du cerveau se modifient. En dépression, plus d'inflammation en réponse au stress. Voyez également: La dépression causerait l'inflammation, augmentant le risque cardiovasculaire L'inflammation causerait la dépression Les personnes souffrant de dépression majeure ont une plus grande réponse inflammatoire au stress psychologique, selon une étude publiée dans l'American Journal of Psychiatry.

En dépression, plus d'inflammation en réponse au stress

Parce qu'une telle réponse peut contribuer à plusieurs maladies ainsi qu'à la dépression elle-même, les résultats suggèrent que cette réponse inflammatoire peut faire partie de l'explication du lien entre dépression et d'autres maladies incluant les maladies cardiaques, le cancer et le diabète. Des médicaments anti-inflammatoires pour traiter la dépression? Des recherches antérieures ont suggéré que les cytokines bloquent la naissance de nouveaux neurones (cellules nerveuses) dans les hippocampes des personnes stressées et déprimées, un effet qui peut sous-tendre certains des symptômes de dépression, comme les problèmes de mémoire.

Des médicaments anti-inflammatoires pour traiter la dépression?

Ronald Duman et ses collègues de l'Université Yale ont étudié la cytokine NF-κB qui est connue pour contrôler plusieurs réponses immunitaires, afin de vérifier si sa libération pouvait diminuer la neurogenèse (la création de nouveaux neurones) et si ces effets pourraient être prévenus. Après un stress, qu'il soit aigu ou chronique, il y avait moins de neurones créés dans le cerveau de rongeurs. Quand ces derniers recevaient un inhibiteur de NF-κB avant de subir le stress, la naissance de nouveaux neurones se poursuivait à un taux normal. La dépression liée à des anomalies du contrôle des émotions. Pour évaluer le rôle de la régulation des émotions dans la dépression, l'équipe chercheurs en psychiatrie et en psychologies de l'Université de Wisconsin-Madison a observé, au moyen d'une technique d'imagerie cérébrale (scan), les réactions du cerveau de personnes en santé et de personnes en dépression majeure à une série de photos choisies pour provoquer des réactions émotionnelles négatives (scènes d'accidents ou d'animaux sauvages menaçants par exemples).

La dépression liée à des anomalies du contrôle des émotions

Les chercheurs ont demandé aux participants de travailler consciemment à réduire leur réaction émotive à certaines images négatives en imaginant une version plus positive de la scène ou en se disant qu'il s'agissait de fiction. "Nous leur avons demandé de modifier le contenu de ce qu'ils voyaient plutôt que de distraire leur attention en pensant à autre chose afin que les régions du cerveau associées à la réflexion soient impliquées dans la ré-interprétation du contenu émotif des images", explique M.

Johnstone. Voyez également: Des exercices simples aident à augmenter le bonheur et diminuer la dépression. Les exercices suggérés pour augmenter le bonheur de façon durable abondent toutefois.

Des exercices simples aident à augmenter le bonheur et diminuer la dépression

Seligman et ses collègues en ont recensé plus d'une centaine. Ils ont testé rigoureusement plusieurs de ces exercices auprès d'étudiants et de psychothérapeutes les utilisant auprès de leurs clients afin de vérifier si certains d'entre eux augmentaient vraiment le bonheur. Étant donnés les témoignages encourageants de soulagement durable de la dépression et de bien-être amélioré, les chercheurs ont entrepris une étape de vérification selon les normes scientifiques.

Pour ce, les participants sont assignés au hasard à un groupe mettant en pratique des exercices ou à un groupe contrôle recevant un traitement placebo afin de comparer les résultats. L'espoir aide à combattre la dépression. Comment le développer? - un chemin ou une façon pour atteindre un objectif désiré et, - la motivation et la force pour suivre ce chemin.

L'espoir aide à combattre la dépression. Comment le développer?

Des changements de mode de vie comme traitement de la dépression, de l'anxiété et du stress. Des changements dans le mode de vie peuvent être aussi efficaces que les médicaments ou le counseling pour de nombreux problèmes de santé mentale, incluant la dépression et l'anxiété, selon une étude publiée dans l'American Psychologist, la revue phare de Psychological Association (APA).

Des changements de mode de vie comme traitement de la dépression, de l'anxiété et du stress

Roger Walsh de l'Université de Californie à Irvine a analysé les études sur les effets de ce qu'il appelle «les changements thérapeutiques du mode de vie», qui incluent l'exercice, l'alimentation, les relations, les loisirs, la relaxation, la gestion du stress, le temps passé dans la nature et l'aide apportée aux autres. Il a analysé les études sur l'efficacité et les avantages des "changements de vie thérapeutiques" ainsi que les coûts psychologiques associés aux faits de passer trop de temps devant la télévision ou l'écran d'ordinateur, de ne pas sortir assez à l'extérieur et de devenir isolé socialement. Selon les études passées en revue: Psychomédia avec source: PsychCentralTous droits réservés.

Tomber en dépression est-il inscrit dans les gènes. Dépression, anxiété: un gène affecte la régulation des émotions négatives. Une recherche du National Institute of Mental Health (américain) utilisant l'imagerie cérébrale suggère qu'un gène pourrait prédisposer à l'anxiété et à la dépression en affaiblissant un circuit neurologique impliqué dans la gestion des émotions négatives. Les gens qui ont une certaine variation de ce gène lié à la dépression ont moins de matière grise et de neurones ainsi que des connections moins actives dans ce circuit qui tempère l'humeur.

La différence d'activité des connections (par rapport aux gens qui n'ont pas cette variation du gène) rendrait compte d'environ 30% du tempérament anxieux mesuré selon un test psychologique. Ce gène influence l'activité de l'amygdale, le centre de la peur situé profondément dans le cerveau, et du noyau cingulé, un centre tempérant les émotions situé à l'avant du cerveau. Cetteétude est rapportée dans la revue Nature Neuroscience.

Voyez également: Découverte neurologique concernant les troubles anxieux PsychoMédia avec source: ScienceDaily. Dépression, colère: analyser ses émotions ou se distraire? Ils ont mené quelques recherches expérimentales qui tendent à supporter ce point de vue. Dans l'une de celles-ci, dont les résultats sont publiés dans la revue Personality and Social Psychology Bulletin, ils ont assigné au hasard 141 étudiants dans 3 groupes. Anxiété, dépression, colère : remettre en question les pensées automatiques. Les pensées automatiques sont des interprétations des expériences vécues. Elles sont les paroles spontanées que l'on se dit à soi-même sur ce que l'on vit. Ce sont des pensées observables, que l'on peut saisir au vol mais qui passent souvent inaperçues. Dans des états d'anxiété, de dépression ou de colère, les pensées automatiques deviennent typiquement moins objectives et contribuent à maintenir ces états émotifs et à les amplifier.

La personne anxieuse a tendance à imaginer le pire plutôt qu'à anticiper le plus probable. La personne déprimée a tendance à s'évaluer elle-même, ainsi que son environnement et l'avenir de façon plus négative et pessimiste. La personne en colère a tendance à ne considérer que les éléments qui alimentent la colère plutôt que de tenir compte aussi des éléments qui aideraient à faire une meilleure part des choses. L'observation des pensées, lorsque des émotions négatives sont vécues, permet d'identifier graduellement ces pensées automatiques. Voyez également: