background preloader

Cancer du sein

Facebook Twitter

Cancer du sein : diagnostic et traitement. Soutien-gorge et cancer du sein : attention, ils pourraient être liés ! - Femmes Beauté sur Free.fr : Magazine feminin en ligne. Si nous entretenons une relation quasi amoureuse avec nos soutiens-gorge push-up, il faut savoir que ceux-ci seraient toxiques, à haute dose. On n'a pas envie d'y croire mais les études reliant le port de ce sous-vêtement de manière inadaptée ou trop prolongée au cancer du sein ne cessent de se multiplier. Ne pas porter de soutien-gorge fera vieillir, et (pardonnez l'expression mais c'est vrai) s'affaisser avec le temps. Oui. Mais en porter un trop longtemps et en particulier s'il est très serré peut avoir des conséquences bien plus néfastes.

Il ne sera plus simplement question d'esthétique, mais véritablement de santé. Nos push-up ultra-gainants et nos brassières de sport au maintien si ferme (absolument nécessaires pour courir en revanche !) De nombreuses études ont fait le lien, et ce depuis de nombreuses années. Prendre les bonnes précautions Sachant tout cela, on ne peut pas continuer à persister dans certaines de ces mauvaises habitudes.

Plus d'infos et de photos sur Grazia.fr. Néosanté #12 : Cancer du sein : lorsque l'ignorance finit par tuer. Cela fait maintenant trois mois que je vous invite à m'accompagner dans cette démarche de vérification des travaux du docteur Ryke Geerd Hamer. Je vous rappelle que mon objectif, lorsque j'ai eu connaissance de sa théorie en 1988, fut de collecter un maximum de témoignages directs de personnes atteintes de maladies pour confirmer ou infirmer le contenu des lois biologiques de la Médecine Nouvelle. Dans le numéro 9, je vous ai raconté l'histoire de Charles, guéri naturellement d'un terrible cancer généralisé des os après avoir refusé toute forme de traitement.

Dans le numéro 10, je vous ai décrit ma première rencontre avec Hamer lors d'un protocole de vérification en Belgique, en 1990. Dans le numéro 11, je vous partageais les circonstances qui avaient permis à Sylvie de guérir complètement d'un cancer du sein et d'échapper in extremis à une ablation inutile... Nourrir un enfant au sein : une évidence maternelle Mai 2002. Annie sent la terre s'ouvrir sous ses pieds. Néosanté #11 : Un cancer du sein riche en enseignements. Depuis deux mois, j'ai entrepris de vous partager pourquoi et comment j'avais décidé de vérifier la validité des travaux du docteur Ryke Geerd Hamer depuis que j'avais eu connaissance de ses travaux en 1988.

Scientifique de formation, spécialisé dans le domaine de l'épistémologie des sciences, je ne suis pas du style à croire naïvement tout ce qu'on me dit, tout simplement parce que la thèse présentée paraît séduisante ou alternative. Dans le monde des thérapies parallèles, j'ai entendu tellement d'âneries déguisées en explications pseudo-scientifiques que j'ai appris à ne pas m'emballer lorsque je découvre une nouvelle approche de la santé. C'est donc en confrontant les théories de Hamer à des faits, à des observations, à des témoignages de première main que je me suis fait, petit à petit, une opinion précise de son travail. Sachant que toute conclusion est forcément provisoire, jusqu'à preuve du contraire...

Quand éduquer son enfant devient un calvaire Début novembre 1998. Mars 1999. Pilule dangers. Avant même de commencer cet article, il faut que vous compreniez bien les deux choses suivantes : 1 - La pilule estro-progestative imite le cycle naturel et donc maintient les menstruations en les régulant mieux que les hormones naturelles. Le cycle est donc régulier, mais il est totalement artificiel. 2 - Les estro-progestatifs bloquent l'ovulation, mais comme ils bloquent également les secrétions hormonales des ovaires, ils empêchent la formation de glaire au niveau du col et s'opposent aux modifications de l’intérieur de l’utérus : la grossesse devient alors impossible.

Des doses d’hormones copiant les hormones naturelles mais à quels taux ? La belle idée d'un auteur de science fiction En 1951, le chimiste et auteur de science fiction Carl Djerassi (d’origine autrichienne) unit ses talents de visionnaire à ceux de Luis Ernesto Miramontes, chimiste mexicain, pour synthétiser une forme active par voie orale de la progestérone.

Son rêve : mettre au point une pilule contraceptive. L'accompagnement des patientes atteintes de cancer du sein avec les médecines complémentaires... L'accompagnement des patientes atteintes de cancer du sein avec les médecines complémentaires... AVIS - Veuillez prendre notre que les expressions employées dans ce texte ont été écrits avant la promulgation de la LOI 21, encadrant la pratique de la psychothérapie au Québec. Je tiens à préciser tout de suite, l'importance pour moi d'une cohabitation harmonieuse entre les 2 approches de la médecine: je suis issue de la médecine allopathique et j'en suis fière; j'ai acquis des formations en médecines complémentaires: elles m'ont ouvert une perspective plus globale dans ma pratique . Les 2 pour moi sont essentielles, un peu comme nos 2 mains: il n’y en a pas une meilleure que l’autre: il y a des habiletés différentes, à connaître, à développer, et à utiliser correctement.

C'est par curiosité au départ que je m'étais inscrite en homéopathie et médecine chinoise...et arrivée là un peu «en touriste» ...j'y ai trouvé des réponses plus globales vis-à vis-de mes patients. • désintoxiquer le foie. Le sucre nourricier du cancer du sein ? Rédigé le 14 avril 2014 à 12h18 Besnard Beatrice, Référent thématique TRAD GRACE, Référent thématique Mme Montanera Marie, Référent thématique Mme Court Denise, Référent thématique Le risque de développer un cancer du sein pourrait être lié à la consommation de sucre. Plus celle-ci est importante, plus l’éventualité d’act...

Le contenu de cet article est réservé à nos membres. abonnez-vous ou achetez ce numéro à l'unité Je suis abonné, je me connecte Pour 2€ / mois soutenez notre cause ! 2€ / Mois Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. SUIVRE la thématique "Cancer" Vous serez tenu informé des articles paraissant sur ce sujet Devenez référent "Cancer" Bienvenue ! > Connectez-vous. Une petite graine banale, un grand pas en prévention (lin, cancer, sein, prostate. 26 sept 2013 | Commentaires 22 La graine de lin est un aliment immémorial. C’est une plante aux milles usages, d’où son nom Linum usitatissimum, qui signifie « lin le plus utilisé » ou le plus utilitaire ou le plus courant. 8000 ans avant notre ère, on trouve des traces archéologiques de son utilisation en Chine.

Le lin est utilisé pour sa fibre (les égyptiens en faisait un tissu très prisé), pour son huile (qui protège les meubles en bois) ainsi que pour sa graine (comme aliment). Son histoire est bien racontée sur le site grain de lin : et Source de phytoestrogènes Dès qu’on parle de cancer ou d’effet hormonal, la consommation de graine de lin (entière ou moulue, cuite ou crue, ou son huile) demeure controversée. Revue systématique Elle pourrait en plus : Améliorer les cytologies atypiques.Améliorer les densités anormales aux mammographies.Avoir un effet anti-angiogenèse. Et chez l’homme ? Cancer du sein : les facteurs protecteurs. Je m'abonne pour 1,75€/mois Vous avez entendu dire que le ménage pouvait préserver les femmes du cancer du sein ?

Que certains aliments avaient un rôle protecteur ? Des études ont en effet identifié quelques facteurs protecteurs, parmi lesquels la pratique d'une activité physique régulière et la lutte contre l'excès de poids. Bougez d’avantageLes scientifiques s'accordent tous pour affirmer que l'activité physique à un rôle primordial pour prévenir le cancer du sein. Une étude britannique récente va même jusqu'à affirmer que faire 2h30 de ménage chaque jour réduit le risque !

Contrôlez votre poidsEn effet, à la ménopause, l'excès de poids semble favoriser les tumeurs du sein. >> A découvrir aussi : Les fibres 100% bénéfiques Mais d'autres facteurs, qu'on ne maîtrise pas forcément, augmentent le risque de cancer du sein.- L'âge : plus on vieillit et plus le risque augmente. Plus de cancers du sein chez les femmes aisées.

Je m'abonne pour 1,75€/mois Les femmes issues d'un milieu social aisé ont davantage de risques d'être atteintes d'un cancer du sein que les femmes venant d'un milieu modeste mais elles ont un meilleur taux de survie. Une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut national de Veille sanitaire (Invs) traite des inégalités sociales face au cancer de 1975 à 1990, à partir de données provenant de l'Insee. L'âge de la femme à la première grossesse expliquerait en partie cette différence d'incidence du cancer du sein selon les milieux sociaux. Les femmes issues de milieux sociaux élevés ont tendance à avoir leur premier enfant plus tard que celles dont la situation sociale est défavorisée. Or, avoir un enfant tôt protègerait en partie du cancer du sein. Cancer du sein : les femmes travaillant de nuit sont plus exposées. Le cancer du sein, dont on voit des cellules tumorales à l'image, est le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme.

En France, 53.000 nouveaux cas ont été détectés (33 % de l'ensemble des cancers) en 2011, et 11.500 personnes en sont mortes (18 % de la mortalité). © David Becker, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0 Cancer du sein : les femmes travaillant de nuit sont plus exposées - 2 Photos À lire, notre dossier complet sur le cancer du sein Certaines usines ou entreprises tournent 24 heures sur 24 grâce au travail posté, où des équipes de travailleurs se relaient par exemple toutes les 8 heures (le fameux « trois-huit »).

Travail de nuit et cancer du sein : jusqu’à 4 fois plus de risques Les chercheurs ont contacté 210 femmes de l'armée danoise, qui ont travaillé pour cette institution entre 1964 et 1964 (sur les 218 femmes au total). La mammographie est l'examen médical qui permet de détecter le cancer du sein. Dérégulation de l’horloge biologique ou manque de lumière ? Voici comment prévenir le cancer du sein. Prévenir n’importe quelle localisation cancéreuse n’est possible que si on en connaît toutes les causes. C’est vrai pour le cancer du sein. Cette localisation cancéreuse touchera en France, rien que cette année, près de 60 000 femmes en plus – malheureusement de plus en plus jeunes. Le cancer du sein est responsable de 11 500 décès par an.

Même si nous savons bien traiter et guérir le cancer du sein, mieux vaut l’éviter, car les traitements sont lourds. Il s’agit de la chirurgie totalement ou partiellement mutilante au niveau du sein, de la radiothérapie sur la paroi thoracique et souvent l’aisselle. Il y a aussi des chimiothérapies de première, puis deuxième, troisième et « énième » ligne, responsables d’alopécie (perte de cheveux) et de nombreuses autres complications : problèmes cutanés (peau) ou perte de sensibilité aux extrémités des membres.

Ces complications peuvent persister définitivement, sans parler de la stérilité souvent irréversible même chez des femmes jeunes. 1. 2. 3. 4. Dépistage en ligne du cancer du sein | Professeur Joyeux. Édition spéciale : le dépistage du cancer du sein est dangereux. Cela fait tout drôle, mais vous pouvez aujourd’hui lire dans les grands médias ce que je vous ai écrit, sous le sceau du secret, sur les dangers du dépistage du cancer du sein [1]. La vérité éclate au grand jour !! Une étude canadienne de grande ampleur vient de tomber. Publiée dans le British Medical Journal, elle confirme point par point mes très fermes mises en garde [2] : le dépistage du cancer du sein ne diminue absolument pas le nombre de morts par cancer du sein ;il augmente de façon drastique (+ 22 %) le risque de se faire diagnostiquer un pseudo-cancer qui n’aurait jamais évolué ou aurait disparu spontanément.

Comme ces surdiagnostics déclenchent toujours de lourds examens et souvent des traitements, ils augmentent globalement le risque de souffrance, d’invalidité, et même de mortalité parmi les femmes qui se font dépister par mammographie. Par conséquent, le dépistage systématique du cancer du sein par mammographie doit être formellement déconseillé. Une étude très fiable. Cancer du sein : les substances chimiques à éviter au quotidien - 12/05. C’est une découverte importante qui devrait permettre de mieux prévenir l’apparition du cancer du sein chez les femmes. La revue Environmental Health Perspectives a dressé une liste de substances chimiques les plus cancérigènes.

Des scientifiques américains ont identifié 17 substances chimiques cancérigènes présentes dans l’environnement quotidien des femmes. Les éviter permettrait de réduire les risques de contracter un cancer du sein. Ces 17 substances ont provoqué des tumeurs mammaires chez des rats lors des tests en laboratoire. . « Cette recherche offre une feuille de route pour la prévention du cancer du sein en identifiant des produits chimiques hautement prioritaires auxquels les femmes sont le plus communément exposées et montre également comment mesurer cette exposition » explique le Dr Ruthann Rudel, directeur de la recherche au Silent Spring Institute à Newton.

Pour éviter ces substances cancérigènes, les chercheurs préconisent les précautions suivantes :