background preloader

Design thinking

Facebook Twitter

Le design thinking : une méthode pour créer la bibliothèque troisième lieu ? - Nicolas Beudon. Le design thinking : une méthode pour créer la bibliothèque troisième lieu ? Par Nicolas Beudon le 5 février 2018 Temps de lecture estimé : 6 minutes Cet article est classé dans la catégorie : Design thinking, Le métier de bibliothécaire Il parle de : Histoire des bibliothèques, Troisième lieu Partagez-le : Share on twitter Share on facebook Share on linkedin Il y a quelques semaines, j’ai été sollicité par Amandine Jacquet pour contribuer au prochain Mediathème édité par l’ABF (« Concevoir une bibliothèque rurale », sortie prévue en juin 2018). Le texte qui suit est une version légèrement remaniée de la première partie de cet article. Lorsqu’un historien du futur se penchera sur l’évolution des bibliothèques publiques au XXIe siècle, il pourra sans trop de peine caractériser les années 2010 comme une période de foisonnement. 2009 : le mot d’ordre du troisième lieu L’idée de troisième lieu repose sur des compétences professionnelles très éloignées du traitement traditionnel des documents.

. [5] A. Vers la disparition de la signalétique en bibliothèque ? Rob Lavinsky, iRocks.com – CC-BY-SA-3.0, via Wikimedia Commons En ayant assisté à l’Académie de la couleur (dont je ne vous donne pas le lien vers le site web qui, malheureusement, ne le mérite pas), cette année toute dévolue au vert écarlate, j’ai eu droit à une présentation d’un cabinet d’architecture parisien qui travaille régulièrement avec des institutions. Un exemple de réhabilitation de mairie était éloquent : la signalétique, comme montrée sur les images de la présentation, avait tendance à disparaître. (Il s’agissait de la mairie du 17e arrondissement de Paris, dont on trouvera une description sur son site). Tendance, car il s’agirait justement d’une mode. J’avoue n’y rien connaître, je ne fais que croire sur parole. Il y a toujours signalement, évidemment, mais sous des formes nouvelles. Limiter le bruit de la pollution visuelle Mais avant d’en arriver là, il existe bien des étapes.

La reconnaissance visuelle Dans une bibliothèque, cette reconnaissance est surtout visuelle. Redesigner le bibliothécaire. Ce projet a été réalisé dans le cadre de la session de Biblio Remix du vendredi 28 juin, à l’EESAB de Rennes. L’idée Les participants ont travaillé autour d’une idée qui a émergé pendant le brainstorming : "redesigner le/la bibliothécaire ! (et son environnement de travail". Cette idée provenait elle-même d’une réflexion lancée par plusieurs participants : souvent, les bibliothécaires n’ont pas l’air commode / semblent occupés / ne donnent pas envie d’aller leur parler. Cela pourrait provenir de plusieurs choses : l’attitude des professionnels, leur environnement de travail (grands bureaux ou comptoirs qui les éloignent du public) et le regard (les clichés ?) Que porte le public sur la bibliothèque.

Le projet a donc pour but de participer à l’évolution des bibliothèques en changeant la présentation même du professionnel : changer l’image du bibliothécaire et de fait de la bibliothèque pour les rendre plus attrayants au yeux des publics et non publics. Comment ? Résultat Voir aussi Like this: Pour du design inclusif en bibliothèque : le cas de la station d’aide à l’information et au lecteur.

La station d’information et d’aide au lecteur à la bibliothèque de Delft au Pays-Bas. Les bibliothèques s’affirment de plus en plus comme des lieux de sociabilité. On peut y boire et manger, comme au café; on peut y parler et c’est désormais le silence que l’on isole et non la parole. On cherche à favoriser la participation, l’approche-client, la valorisation de l’accueil et plus d’autonomie pour l’usager en ce qui concerne les transactions cléricales – tout en l’accompagnant dans une démarche de proximité, humaine, personnalisée pour des services à valeur ajoutée comme la formation ou la recommandation de lecture.

Pour ceux et celles qui sont amené(e)s à réfléchir au sujet du rôle et du design de ce point de service fonctionnel où se pratique la référence, l’aide à l’information et au lecteur dans la bibliothèque de demain, il est suggéré de se demander: • Que veut-on offrir comme service et quel niveau de service veut-on y dispenser ? • Plus d’accessibilité, moins d’obstacles;