Musique en ligne Décembre 2011

Facebook Twitter

L'actualité musique digitale de la semaine – 10 décembre. Musique en ligne : les petites mains se rebiffent. Profitant de l'agitation politique en ce début de campagne présidentielle, la Spedidam (la société de perception des droits des artistes-interprètes, qui en gros défend les musiciens de studio quand la Sacem se préoccupe des auteurs) a réuni hier un colloque sur un thème qui lui est cher: la rémunération des artistes dans l'économie numérique.

Musique en ligne : les petites mains se rebiffent

«Aujourd'hui, a expliqué son président, Jean-Paul Bazin, les interprètes que l'on dit secondaires ne touchent en très grande majorité rien lorsque leur travail est exploité en ligne, aussi bien dans la vente que dans le streaming.» La faute, selon la Spedidam, à une convention collective signée en 2008 par des syndicats «peu représentatifs» (le SNAM-CGT et la FNSAC-CGT), qui considère que l'ensemble des droits dus à un interprète secondaide sont payés lors des sessions d'enregistrement auxquelles il participe. La maison de disques harmonia mundi lance une nouvelle version de son magasin en ligne. Last.fm's Discover Site - Just the Tip of the Iceberg. Discover – Last. Rara.com, le nouvel acteur du streaming musical. Rara.com, nouveau service de musique en ligne vient de se lancer simultanément aux Etats-Unis et dans 15 pays européens.

Rara.com, le nouvel acteur du streaming musical

Cette nouvelle offre de streaming musical devrait également s’étendre au Canada, au Mexique et au continent asiatique d’ici la fin de l’année. Selon Reuters, il s’agit d’un service en abonnement mensuel qui peut être pré-installé sous certains ordinateurs HP et smartphones fonctionnant sous Android. Au total une bibliothèque de près de 10 millions de titres est disponible pour 1,18 € les trois premiers mois et pour 6 € ou 12 €, ensuite, selon les supports. Malgré le nombre important d’acteurs déjà positionnés sur ce marché, Rara.com reste convaincu de pouvoir séduire les consommateurs, en visant un public qui reste peu enclin aux nouvelles technologies, comme les personnes âgées par exemple. Rara music. Blog - AUPEO! – THE CROWD. Music. Social. Together. Spotify, la planète des apps. Cela fait maintenant une semaine qu'on s'amuse avec les applications lancées par Spotify, dévoilées le 30 novembre en plus d'un lifting de son logiciel qui achève de mettre à terre, côté souplesse d'utilisation, l'iTunes vieillissant d'Apple.

Spotify, la planète des apps

Il est donc temps de faire un premier bilan des nouveaux usages créés ou entrevus par cette couche interconnectée supplémentaire. Pour en profiter, il faut tout d'abord passer à la version bêta du logiciel, qui s'attrape là et s'installe avec quelques bugs sur Mac, où il faut parfois désinstaller la version précédente pour laisser place à la nouvelle – qui refuse de s'installer par-dessus. On peut aussi être patient quelque jours encore, puisque Spotify France affirme que cette version bêta sera «progressivement déployée pour tous les utilisateurs à partir de la fin de la semaine» , et donc rendue disponible par une classique mise à jour du logiciel.

#LeWeb : Sean Parker veut se racheter avec Spotify. C'était un des speakers les plus attendus de LeWeb et il s'est offert plusieurs heures de retard.

#LeWeb : Sean Parker veut se racheter avec Spotify

Sean Parker, co-fondateur de Napster, investisseur et président éphémère de Facebook, est à la fois enfant terrible de la Toile et investisseur au nez creux (dernièrement : Spotify). Il s'est livré à quelques confidences sur scène. Pas investisseur. ShareMyPlaylists Launches Spotify App. Spotify : découvrir des artistes similaires. Spotify vous permet de découvrir des chansons et des artistes similaires à ceux que vous écoutez dans votre client musical.

Spotify : découvrir des artistes similaires

Les artistes similaires dans Spotify Depuis toujours, Spotify se profile comme un outil social de partage de musique. Si les possibilités offertes avant la mise en ligne des Apps étaient restreintes, elles étaient tout de même au rendez-vous. A l’image de cette liste de 10 sites qui permettait de découvrir des playlists populaires d’utilisateurs. Spotify : du flou dans le flux. Oh la belle faille !

Spotify : du flou dans le flux

En publiant hier son classement des 100 titres les plus écoutés en 2011 en France (et dans sept autres pays), nouveautés et vieilleries comprises, Spotify a ouvert un boulevard au doute. Que vient faire en deuxième position Intro , un titre de 55 secondes signé Nec Pluribus Impar, groupe de rock français complètement inconnu, entre Adele (carton de l'année avec plus de 100000 albums vendus sur iTunes) et Rihanna? Spotify confirmait hier son classement, avant de revenir dessus aujourd'hui et de publier une nouvelle liste sans le fameux titre de Nec Pluribus Impar... sans autre explication qu'une «erreur dans la compilation des données» . Pourtant, si Spotify réfute la présence d'Intro parmi les titres les plus lus en 2011 depuis la France, on se pose des questions en le trouvant à la seconde position des titres qui contiennent «intro» dans leur titre, juste derrière l'ultra classique Intro des Britanniques The XX.

Du 27 novembre au 10 décembre 2011. Johannes BrahmsSonate pour piano en fa mineur, Op. 5Marco Tezza, p (archive.org) 01.

du 27 novembre au 10 décembre 2011

Nos quinze coups de coeur en 2011 - Le fond de l'air est french, 09/12. Pour Pascal Nègre, le monde musical a réussi sa révolution numérique (interview) En août, il a fêté ses 50 ans, l’année où Universal Music (groupe Vivendi) a acquis EMI, un mariage qui va en faire le premier producteur mondial.

Pour Pascal Nègre, le monde musical a réussi sa révolution numérique (interview)

Patron d’Universal Music France depuis 1998, également en charge des pays d’Europe du Sud et d’Amérique du Sud, Pascal Nègre assume son rôle d’industriel de la musique. Jusqu’à la provocation. Maison de disques et producteurs : bientôt la fin. A l’heure où le téléchargement illégal continue de faire des ravages dans une industrie déjà très fragile, à l’heure où chaque personne munie d’une connexion internet haut débit vole sans impunité le travail de centaines d’artistes, rappelons qui sont les vraies victimes de ce pillage.

Maison de disques et producteurs : bientôt la fin

Aujourd’hui, il est de bon ton de penser que le téléchargement illégal de musique n’est pas vraiment un problème, que, de toute façon, l’industrie l’a bien cherché et que le temps où les méchants producteurs et patrons de maison de disques exploitaient les pauvres petits artistes est révolu. Mais parmi toutes les personnes raisonnant ainsi, je suis bien curieux de savoir combien savent réellement à qui ils font du tort.

Pire, je me demande combien parmi eux savent quel est le vrai travail des producteurs de musique. Midem à Cannes: le retour du concert live! Le Midem cannois (28-31 janvier 2012) ne se contente plus d'être un salon privé réservé aux professionnels de l'industrie musicale, confiné au Palais des Festivals.

Midem à Cannes: le retour du concert live!

Pour accroître son audience, le voilà qui lance son premier Midem Festival. Trois soirées de concert sous un chapiteau de 3 500 places à proximité du Palm Beach, ouvert au grand public. 30 Music Startups Set to Rock Midem. Faut-il être illégal pour exister dans l'industrie musicale ? Ce fut le cas pour Jiwa racheté par Digiteka, ou bien encore Deezer par Orange. Pourtant, d'un point de vue purement médiatique, les Majors et les institutions semblent livrer un combat acharné pour éradiquer toutes solutions de piratage. Mais, il existe une guerre tout aussi dure contre les petits éditeurs et les sites légaux qui tentent de se faire une place entre les géants sites Américains et Russes. Et s'il existe encore quelques sites qui subsistent et qui se partagent le marché, le streaming musical est largement dominé par les sites de téléchargement illégal. Les réseaux sociaux : les nouveaux accès pour le téléchargement illégal. Le rapport entre Hadopi et les semences agricoles ? La création en panne.

Quel lien peut-on établir entre le discours d’Avignon du chef de l’Etat, dans lequel il a annoncé une loi Hadopi 3 pour lutter contre le « streaming », et la loi votée le 28 novembre par l’Assemblée nationale, qui interdit aux agriculteurs d’utiliser les semences issues de leurs récoltes ? Ces deux annonces sont emblématiques de l’impasse dans laquelle se trouve la réflexion sur l’innovation.

Les brevets, une idée à l’origine vertueuse Dans le cas de la loi sur les semences, on reste dans le schéma classique des brevets et de la protection de la propriété intellectuelle. L’idée à l’origine est vertueuse : trouver un nouveau produit (ici des semences résistantes) prend du temps en recherche, nécessite des investissements pour industrialiser, et distribuer la nouvelle invention.

SOPA, la loi contre le piratage qui durcit la répression. La Chambre des représentants examine actuellement aux Etats-Unis une proposition de loi, baptisée "Stop Online Piracy Act" (SOPA), qui vise à lutter contre piratage des oeuvres culturelles sur internet. Ce projet fait l'objet de discussions enflammées et oppose violemment les lobbies de la Silicon Valley et de Hollywood.

L'enjeu est considérable dans les deux camps, et bien sûr aussi pour les internautes. Hollywood contre la Silicon Valley SOPA, qui trouve défenseurs et opposants dans les camps Républicains comme Démocrates, est un produit des lobbies américains du film (MPAA), de la musique (RIAA) et des chaînes de télévision, qui auraient dépensé cette année 91 millions de dollars en tout pour faire valoir leurs arguments.

Disney, News Corp, Time Warner, 20th Century Fox, Sony, Viacom etc, la soutiennent. Anti-piratage : l'industrie du disque infantilise Google. Avec le soutien de la RIAA, l'IFPI - dont la mission est de faire respecter les droits d'auteur de l'industrie du disque dans le monde - prend Google de haut et lui adresse une sorte de bulletin scolaire. Dans ses mesures pour lutter contre la violation des droits d'auteur, l'IFPI estime que Google a fait des efforts modestes mais n'a pas satisfait à ses engagements pris fin 2010 et réitérés en septembre dernier.

L'IFPI accuse notamment Google de tirer des bénéfices de sites et applications liés au téléchargement illégal, et de pointer ainsi du doigt des publicités AdSense qui ne sont pas retirées suffisamment rapidement de sites dits pirates, voire des publicités in-app pour des applications mobiles sur Android aussi qualifiées de pirates. Modifier le droit d’auteur - Interdire le copyright. Quand je lis le titre, je vois - modifier le droit d’auteur - interdire le copyright. Les labs Hadopi avancent vers un filtrage contrôlé par l'abonné. Deezer : "Le téléchargement illégal est notre concurrent" - - Le Nouvel Observateur. iTunes Match d’Apple désormais ouvert aux internautes français. SoundCloud lève 50 millions de dollars auprès de Kleiner Perkins. Music in the Digital Age - Leanpub. Nouvel échec pour la Carte musique ? [Entretien] Jamendo mise sur les synchros 2.0. Tubalr. The Musicians Guide to Google +

Musique - Article - L'avenir de la musique indépendante est dans le numérique. TuneRights: A Stock Market For Future Hit Songs. Musique : Everyone's mixtape, le réel partage par K7 virtuelle. LIVKONTROL Ableton Live remote controller for iPad. Topforty.it turns Twitter into a DJ.